vendredi 16 décembre 2016

JE ME SUIS RECONNU...Extrait

Le tyran a posé devant lui ses mains nues et, seul devant ces mains étrangères, ces Mères presque exsangues sur le drap pourpre des nations, seul contre ces ménades pâles de l’histoire dont l’ombre lacère sans trêve l’univers, il fixe leur blancheur funèbre dans les âges il sent la nuit grandir derrière elles, le sang les soulever jusqu’au regard de dieu qui juge ! Les siècles neigeront en vain sur ces déserts et le sang vainement saturera leur poudre, ils sont blancs jusqu’au sang même dont ils sont teints et nus, jusqu’à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 22 mai 2016

INSTANT

Comme tout le sel de la mer peut se goûter du bout d'un doigt Ainsi toute l'éternité est le suspens d'un seul moment L'unique battement de cils de la paupière originelle Est à l'instant de tressaillir sur un œil qui ne le sait pas Ce battement s'est répété des trillions de trillions de fois Pourtant au bout du plus long cil l'étoile inexistante encore Attend de poindre à la prunelle où elle est fixe pour jamais Au crépuscule transparent d'un bleu d'avant le firmament Ce petit jour est l'avant-goût annonçant le Commencement ... [Lire la suite]
lundi 10 novembre 2014

ORPHIQUES...Extrait

Quand  la  musique  de  mes  yeux  se  sera  tue quand  mon  Ombre  descellera  le  jour  de  pierre quand  mes  mains  ne  feront  plus  obstacle  aux  nuées quand  mon  oreille  aura  son  lit  parmi  les  astres quand  les  cieux  oubliés  ma  bouche  ensableront   Alors  l'amère  lassitude  du  néant ayant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 15 juin 2011

LA FACE HUMAINE...Extrait

« Athées et croyants, nous savons que cette puissance d’aimer est notre commun mystère : ce germe d’infini, c’est nous. Consentir à ce mystère, c’est en aimer le Principe, consciemment ou non. L’amour de l’athée pour le mystère sans nom soutient sa pensée du vrai et du juste. La science même est soumise au Principe d’amour, faute de quoi elle se livre d’avance à la mort : pareillement l’art, et la parole. Quelque déplaisante que puisse être l’apparence d’un savant, d’un philosophe, d’un artiste, il s’y discerne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 3 avril 2011

LA FACE HUMAINE...Extrait

« À peine en venons-nous à concevoir – c’est proprement nous concevoir homme – que la vraie vie est identique à la croissance spirituelle, l’une et l’autre potentiellement illimitées, nous prenons conscience, au même instant, d’être indéfiniment manquants et comblés par pure grâce. Ce sont là des sentiments fondamentaux de toute vie intérieure. (…) Avec l’exercice de ces sentiments grandit en nous, comme le débit d’une source, l’intuition d’une générosité surabondante dont les esprits, dans leur inépuisable réciprocité, doivent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 8 septembre 2008

NAITRE

Plus je regarde à mon passéEt plus je m'apparais béantTerreur d'être sans fondementO ma mère terre où es-tuTant aimé j'ai aimé si peuQu'encore aujourd'hui je ne saisQuel sens donner au mot donnerO ma mère terre où es-tuPardonnez-moi j'ai trop reçuSans en être jamais conscientCoupable de ce manquementO ma mère terre où es-tuToi qui seule m'auras manquéJamais je ne fus ton enfantVieux je t'appelle maintenantO ma mère terre où es-tuLa lie du non-amour sans fondMe vient aux lèvres comme aux yeuxC'est son dégoût qu'en tout je veuxO ma mère... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 8 septembre 2008

LES DENTS SERREES

Les dents serréesJe hais. Ne me demandez pas ce que je haisIl y a des mondes de mutisme entre les hommesEt le ciel veule sur l’abîme, et le méprisDes morts. Il y a des mots entrechoqués, des lèvresSans visage, se parjurant dans les ténèbresIl y a l’air prostitué au mensonge, et la VoixSouillant jusqu’au secret de l’âmemais il y ale feu sanglant, la soif rageuse d’être libreil y a des millions de sourds les dents serréesil y a le sang qui commence à peine à couleril y a la haine et c’est assez pour espérer. . PIERRE EMMANUEL .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,