dimanche 8 juillet 2018

LES VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

"Moi, j'aime. J'aime tant tout ce que j'aime ! Si tu savais comme j'embellis tout ce que j'aime, et quel plaisir je me donne en aimant ! Si tu pouvais comprendre de quelle force et de quelle défaillance m'emplit ce que j'aime... C'est cela que je nomme le frôlement du bonheur. Le frôlement du bonheur... caresse impalpable... frisson mystérieux près de se fondre en larmes, angoisse légère que je cherche et qui m'atteint devant un cher paysage argenté de brouillard, devant un ciel où fleurit l'aube, sous le bois où l'automne souffle une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 18 février 2018

SIDO...Extrait

« … Je revenais à la cloche de la première messe. Mais pas avant d'avoir mangé mon soûl, pas avant d'avoir, dans les bois, décrit un grand circuit de chien qui chasse seul, et goûté l'eau de deux sources perdues, que je révérais. L'une se haussait hors de la terre par une convulsion cristalline, une sorte de sanglot, et traçait elle-même son lit sableux. Elle se décourageait aussitôt née et replongeait sous la terre. L'autre source, presque invisible, froissait l'herbe comme un serpent, s'étalait secrète au centre d'un pré où des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 30 octobre 2017

MA VIE GRAPILLE DE CI DE LA

Au bout de l’heure tragique, j’ai perdu le contrôle de ma vitesse intérieure. Je me suis abandonné à l’hégémonie du souffle et il m’a percuté de sa lame tranchante.  La différence n’est pas toujours là où on le croit. Etonnant ce corps qui vieilli et dont on conserve la sensation d’avoir toujours vingt ans. Sans doute, pour tous ceux qui ont connu l’handicap dès la première heure, la notion de différence n’égale pas celle de la comparaison. Le déchirement de nos pensées et de l’estime que l’on se porte peut nous être fatal.... [Lire la suite]
dimanche 22 octobre 2017

LA NAISSANCE DU JOUR...EXTRAIT

 …Un faible sirocco, silencieux, va d’un bout de la chambre à l’autre. Il ne ventile pas plus la pièce que ne ferait un hibou prisonnier. Quand j’aurai quitté ces pages, couleur de jour clair dans la nuit, j’irai dormir sur le matelas de raphia, dehors. Le ciel entier tourne, sur la tête de ceux qui reposent à la belle étoile, et, si je m’éveille une ou deux fois avant le grand jour, la course des larges étoiles, que je ne retrouve plus à la même place, me donne un peu de vertige… Certaines fins de nuits sont si froides que la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
samedi 9 septembre 2017

LA CHASSE

Prenez-garde animaux à poils et à plume, la chasse, aujourd’hui est ouverte ! Sachez que les chasseurs ne chassent que par plaisir et non par faim, et n’ont donc pas de limites à vous trucider. La chasse est la rencontre nauséabonde de la mort d’un être et du petit plaisir malsain d’un individu qui tue, non pour se nourrir, pour se protéger, pour faire de l’argent ou par accident, mais pour jouir de la prérogative de donner la mort. Le chasseur traque, fusille, piège par jeu, et abaisse ainsi l’homme à un degré de cruauté dégradant. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 22 juillet 2017

L'ARMEE DU PLAISIR

  Ne parlez pas de culpabilité, ne parlez pas de responsabilité. Quand défile l’Armée du Plaisir, musique et drapeaux en tête; quand les sens frissonnent et tressaillent, insensé et impie quiconque reste à l’écart, quiconque ne se lance pas dans la belle expédition, celle qui part à la conquête des voluptés et des passions.     Toutes les lois de la morale — aussi mal conçues que mal appliquées — ne sont rien et ne résistent pas une seconde, quand défile l’Armée du Plaisir, musique et drapeaux en tête. ... [Lire la suite]

jeudi 11 mai 2017

UN JARDIN SUR LA MER

Je sais un lieu de haute lice Où la livrée du matin joue À robinsonner sous les lys Près des falaises d’amadou Où le déhanchement des îles Grise la Manche qui s’exile Sous son chapelet de Corfou . Je sais un lieu de haute sphère Où les sternes vont poinçonnant Le nonchaloir évanescent D’un archipel bagué de mousse Où la veine bleutée du vent Sur les voiles des barcaroles Jette la clé de ses vingt ans . Je sais un lieu d’étreintes folles Où pour l’ongle d’un souvenir La mer au large s’émeraude Et encorbelle de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 26 décembre 2016

CENSÉMENT

Les figues, qui sont parmi les meilleurs fruits de la terre, (je les eusse à la pomme préférées dans le Jardin) mériteraient elles aussi leur place dans le Mythe, comme elles nous donnent une aussi infinie douceur. Autant les noix semblent contenir de la matière grise en hémisphères dits des cerneaux, proches du cerveau, non sans légers accidents du relief à leur surface, en écho distant de nous, de leur squelette captifs, autant la figue, plutôt évocatrice d’un ventre, renvoie difficilement l’image de la pensée : ses rondeurs de... [Lire la suite]
mardi 13 décembre 2016

J'AIMERAIS TOUT SAVOIR

J'aimerais tant savoir comment tu te réveilles, J'aurais eu le plaisir de t'avoir vue dormir La boucle de cheveux autour de ton oreille, L'instant, l'instant précieux où tes yeux vont s'ouvrir. On peut dormir ensemble à cent lieues l'un de l'autre, On peut faire l'amour sans jamais se toucher, L'enfer peut ressembler au Paradis des autres Jusqu'au jardin désert qu'on n'avait pas cherché. Quand je m'endors tout seul, comme un mort dans sa barque, Comme un vieux pharaon je remonte le Nil. Les années sur ma gueule ont dessiné leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 24 juin 2016

LE PAROXYSME SEUL...Extrait

Ecoute J'atteins de nouveau l'instant nul où l'avant et l'après s'anéantissent, Foudroyés Des grains de mimosas m'éclaboussent dans l'ombre Je n'ai rien à t'apprendre Je ne dure pas Je ne perpétue que le défi de chaque seconde Ne dis rien Le présent est ce plaisir absolu de n'avoir pas de lendemain Précédé de rien Suivi de rien Total   . COLETTE GIBELIN   .     Oeuvre Pierre Bonnard
Posté par emmila à 18:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,