mercredi 16 septembre 2015

ASTRONOMIE

Je vais cueillir des étoiles tombées du ciel, cette nuit. Elle est accrochée à une branche d'arbre, scintille seulement pour moi, unique fruit lumineux de l'été passé. Je la dépose dans un flacon afin qu'elle conserve son éclat, et je la vois s'éteindre, contre le verre, au fur et à mesure que le jour se lève, et que le monde s'éveille de la nuit. On ne peut pas garder une étoile. Sa place est parmi les constellations et nuages, où le rêve la protège. Alors j'ai sorti l'étoile du flacon et je l'ai recueillie dans le poème, où... [Lire la suite]

mardi 15 septembre 2015

AU SYBILLIN BALLET DE LA MER

Ô mon immensité hyalinema nuit perse     au visage voilé De renaître à  ton choeur sombreperpétuel et vagueà l'étreinte des vagues  Où divaguent le profond hiverdes ciels  les vastités confondues L'esquisse sublime de nos arabesques insensées  chaque fois nous révèleharmonique à ton plain-chantQue ne  m'emporterez-vous assez   Comme la danse de l'amour transcende et saouleembrase l'essence d'une ivresseà nulle autre pareille Et c'est au long poèmede l'absenceque vont sans rimele penser... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 3 juillet 2015

ARAGON

Le pré d'argent près de Séville,L'armoise autour d'Alméria,Et les monts comme un jeu de quilles,Sur les collines de jonquilles,Ou Grenade s'agenouilla* [...]Ecoutez pleurer en vous-même,Les histoires du temps passé,Le grain terrible qu'elles sèment,Mûrit de poème en poème,Les révoltes recommencées. . LOUIS ARAGON .   Photographie Nathalie Magrez      
Posté par emmila à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 16 février 2015

LE PAUVRE JOUR

Et je sais bien qu'un jour Je ne saurai plus même t'écrire Comme je le fais encore Comme je l'ose encore envers et contre tout   Car c'est une immense peine chaque fois D'arracher ces mots au silence Quand il serait si doux de te parler à l'oreille   Et je sais bien qu'au fond Tu ne me répondras jamais Puisque tu ne peuxm'entendre Puisque mes paroles  s'épuisent dans la mer Et dans l'ignorance de mon nom   Puisque mes poèmes N'atteindront jamais l'île de ton sourire   .   GUY ALLIX ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 7 février 2015

LA LIBERTE DES FEUILLES...Extrait

Il y a cette annéeBeaucoup de neige dans mes poèmesEt c'est aussi que l'hiverA longtemps reblanchi notre mondeOr si je regarde bienDedans dehors un peu partoutJ'aperçois des chevaux et des chiensQui marchent dans les fleurs au fond de l'eauComment ai-je pu tant dormir Le ciel soudain n'est plus désert Je reconnais des gens à leur sourire Voici que je respire au bord de la lumièreUn autocar jaune apporte des arrosoirsUn train pas bien long passe à travers le tempsJe vais au bout de mon petit couloirLà est le jour la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 18 décembre 2014

LA TRACE DU PAPILLON....Extrait

Un été automnal sur les collines tel un poème en prose. La brise est une cadence légère que je sens sans l’entendre dans la modestie des arbustes. L’herbe tend vers le jaune, images en ascèse qui séduisent la rhétorique en se comparant à ses fourberies. Pas de célébrations sur ces sentiers à l’exception des suggestions du moineau affairé entre sens et absurde. Et la nature est un corps qui s’allège de son clinquant et de ses atours que mûrissent la figue, le raisin, la grenade et l’oubli de désirs que la pluie ravive. "N’était mon... [Lire la suite]

mardi 9 décembre 2014

LETTRE DU COEUR ET AUTRES PAYSAGES...Extrait

Tu es la fête rebelle du désirsource du chant jailli d’instinctriposte vive du feuet forme inavouée de ses codesUn besoin d’aimer fait violenceà tout ce qui simple écho des censuresne peut se dresser en une suitede petits désordres déterminéscapables de tracerta ligne de vieau milieu de mon poèmeSans ta voix pour la portermon écriture ne serait plus jamais la même         DOMINIQUE LAUZON         Oeuvre Michael Gorban    
Posté par emmila à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 3 décembre 2014

LA TERRE SE TAIT

Ne me cherchez pasdans mes poèmesJe ne fais que les traverser —Ils sont la mersur laquelle je marchele morceau de silenceque j’enveloppe de mots   ANISE KOLTZ      
Posté par emmila à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 10 novembre 2014

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

Avoir conscience de ma vie finie. De l’infinité infinie immanente des mondes. De la relativité de toute connaissance. Le plaisir et le déplaisir parfois de regarder, d’entendre de sentir de penser les choses, humaines et non humaines, l’obscurité et la lumière. Trouver des mots pour essayer de dire. Écrire ce quelque chose qu’on appelle un poème, sachant qu’on ne sait pas ce que c’est .   .   LORAND GASPAR   .      
Posté par emmila à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 15 octobre 2014

DIVINES EMPREINTES...Extrait

C’est au-delà du temps : une cloche du soir, là-bas, Déverse, inattendus, les poèmes de la petite enfance Qu’on savait d’un souffle et qu’on a oubliés Ou seulement écartés Et laissés seuls, Mais sans doute n’est-ce jamais fini Le signe qui inscrit La voyelle qui chante, Le poème c’est Tous les jours commencer    D’où me vient ce soir Qu’il n’y a pas de solitude Quand bien même on est seule A jamais, Qu’il n’y a pas d’absence ? Et que le cœur est plein De ce qu’il a donné et donne Chaque jour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,