mardi 27 mai 2014

MA MERE

Elle essayait de choisir la singularité paisible de chaque jour. Elle aimait les fleurs, la musique. Et les oiseaux. Pas toutes les musiques, mais toutes les fleurs. Et surtout les oiseaux. Plus que tout, elle aimait le jardinier, sa présence solide. Elle l'aurait voulu toujours près d'elle. Quand la solitude l'a happée, elle a continué à aimer la musique, les fleurs. Et de plus en plus les oiseaux. Dans sa tête, pleuvaient des images passées, son regard semblait en excursion. Alors, je crois, l'évadée rejoignait le jardinier dans le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 06:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 9 mai 2014

JOEL GRENIER...Extrait

Foutue horloge qui brise le rêve et le laisse s'enfuir les pieds nus. Et je reste accroché à un morceau de noir pour faire le conte de ma solitude.Les aiguilles du cadran persistent à tricoter le temps qui dévale les marches. Le bruit de tes pas résonnent encore dans l'escalier.Et moi, je déraisonne à te savoir princesse sans souliers.Les fées ne sont pas si belles quand elles abrègent les histoires et laissent aux plumes de la nuit le soin de les finir sur le bout d'un ruban délacé.Et j'écris un poème. Les vers sont mal faits. Il y a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 21 avril 2014

LES ECRITS DANS L'ARBRE...Extrait

Si tu donnes le nom d’une fleur à ton amour, choisisla plus secrète, la plus sauvage.Choisis un nom qui n’existe pas et ton amour sereconnaîtra dans le jardin de ton silence.L’amour parfois touche à la perfection du pontmalgré la complexité de son arche : ce sont desvoix d’une berge à l’autre.Un sourire d’une rive à l’autre : la reconnaissance.Si tu donnes le nom d’une étoile à ton amour,choisis celle qui traverse le ciel, choisis une étoilequi vient de loin et dont la brillance est une lumièremonastique dans ton coeur. Choisis une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 16 mars 2014

GASTON MIRON

Mon poèmecomme le souffle d'un monde affalé contre samortqui ne vient pasqui ne passe pasqui ne délivre pascomme une suite de mots moribonds en héritagecomme de petits flocons de râles aux abordsdes lèvrescomme dans les étendues diffuses de mon corpsmon poèmeentre haleine et syncopesce faible souffle phénix d'un homme cernéd'irréeldans l'extinction de voix d'un peuple granulédans sa déréliction pareille aux retours dessaisonsune buée non réparable dans le miroir dumondemon poèmece poème-làpaix à tes cendres .   GASTON MIRON ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 20 février 2014

FEUILLES D'HERBE...Extrait

« Voici ce que tu feras : aime la terre, le soleil et les animaux, méprise les richesses, fais l’aumône à qui la demande, consacre ton argent et ton travail aux autres, hais les tyrans, ne discute pas de Dieu, aie patience et indulgence pour les autres [...], réexamine tout ce que tu as appris à l’école ou à l’église ou dans les livres et rejette tout ce qui insulte ton âme. Alors ta chair deviendra un grand poème et aura la plus belle éloquence, pas seulement dans ses mots, mais dans les plis de tes lèvres et de ton visage et jusque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 15 février 2014

ART POETIQUE...Extrait

Si je fais couler du sableDe ma main gauche à ma paume droite,C'est bien sûr pour le plaisirDe toucher la pierre devenue poudre,Mais c'est aussi et davantagePour donner du corps au temps,Pour ainsi sentir le tempsCouler, s'écoulerEt aussi le faireRevenir en arrière, se renier.En faisant glisser du sable,J'écris un poème contre le temps.. GUILLEVIC.
Posté par emmila à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 14 février 2014

DIRE A VOIX NUE...Extraits

Ballet d’oiseaux dans les tilleuls.Un ciel qui se réveilledans les draps blancs de l’aube.Le temps d’errer dans ton désir,dans le tout-dire de nos silences.(...)               Lumière de cuivresuspendue dans nos poèmesqui perdent leurs mots.Le long voyage du sangnous lave du froidde nos étoiles déchues.La nuit n’a que nos crispour s’opposer aux vents.(...) .   EMILE HEMMEN   .  
Posté par emmila à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 2 février 2014

DES RIMES A RIEN

Un poème, dis-tu, où l'amour s'exprime résume tout en mots Mais que reste-t-il dans les mots de ce qu'on a vécu ? Une poussière de syllabes, le rythme pauvre de la grammaire, des rimes à rien...   .   NUNO JUDICE   .      
Posté par emmila à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 12 janvier 2014

FRAGMENTS POUR DOMINER LE SILENCE

Les forces du langage sont les dames solitaires, désolées, qui chantent à travers ma voix que j’écoute au loin. Et loin, sur le sable noir, gît une fille dense de musique ancestrale. Où est la véritable mort ? J’ai voulu m’éclairer à la clarté de mon manque de clarté. Les bouquets se meurent dans le souvenir. La gisante niche en moi avec son masque de louve. Celle qui n’en put mais et implora des flammes et nous brûlâmes. Quand s’envole le toit de la maison du langage et que les mots n’abritent plus, je parle. Les dames en rouge se... [Lire la suite]
mardi 19 novembre 2013

D'ÂGE EN ÂGE DES OISEAUX NICHENT

D'âge en âge des oiseaux nichent   dans un arbre généalogique.   Et d'autres, familiers de l'origine du monde,   dans l'arbre ambigu   de la science du bien et du mal.       Dans les jardins de mars   des anges aux épaules nues   fantasment des incarnations   et d'autres mises au monde   chez des vierges de décembre.       Ailleurs en d'autres saisons   des tempêtes s'en prennent à des forêts   dont les arbres rentrent leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,