samedi 30 mai 2020

LA POESIE ECLOT SOUS LA PEAU DIAPHANE DES MOTS

... Il n’y a d’ailleurs que dans le bruissement de l’eau qui court entre les pierres, le feulement du vent sur la plaine, l’alarme, le frémissement soudain des arbres, le fouet de l’été qui cingle le maquis ébloui à la verticale d’un cri… et plus tard au couchant, un murmure : la lumière radieuse, douce et franche qui redessine l’horizon et semble abolir à jamais la peur ancestrale des abîmes. ... Midi : le chant des cigales enflamme les collines, l’énigme du monde s’époumone. ... Ecriture tremblée, approche... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

mercredi 13 mai 2020

SONNET

  J’aime, de la nuit, le prélude lorsque vous venez, Main dans la main et me prenez lentement, strophe après strophe, dans vos bras. Vous m’emporterez, tout là-haut, sur vos ailes. Amis, restez, ne vous hâtez pas Et dormez contre mes flancs pareils aux ailes d’une hirondelle fatiguée.   Votre soie est chaude. A la flûte d’attendre un peu Pour polir un sonnet lorsque vous me trouverez secret et beau Comme un sens sur le point de se dénuder. Ne parvenant à arriver Ni à s’attarder devant les mots, il me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 9 mai 2020

MARION LUBREAC

Entrez, soleils!Ce matin, assise sur un banc bleuJ’ai vu rire la terre.Alors les grenouilles, puissantes et limpides, ont envahi de verdure cette nouvelle nuit,tandis queDurant des heures,siffle le merle noir.De mes orteils de plumes sauvagesont germé d’énormes tournesols éblouissants pour éclairer ma route. Froufrou d’envol ;On s’ improvise d’évasion.Vole, enfant du secret!Les hélianthes voguent et tremblotent entre mes cuisses cigogne.Je dois voler,tête haute au vent,frôler de près la mousse des arbres engourdis,sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 8 mai 2020

BERNARD PERRROY...Extrait

"La poésie est désuète pour ceux qui sont gavés, mais quand le réel est insupportable, elle prend la valeur d'une arme de survie" Boris Cyrulnik . à André Laude, i.m.   .     J'écris pour survivreet partager la promesse de bonheurqui me tenaille de l'intérieur,   j'écris pour la pluie, pour le beau temps,pour toutes les heures qui m'interpellentafin que je contemple les visageset tout ce qui danse autour de moi...   J'écris pour rire et pour pleurer,pour chacun de ceux que j'ai rencontréspar... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 3 mai 2020

HAMID CHERIET DIT IDIR....HOMMAGE

 Adieu Ami, que la terre te soit légère...Tu continueras à bercer les anges  et à voyager dans nos coeurs... Le étoiles ne meurent pas... . Yidir   Tewεer sseba n uɣilfIɣab yidir si lharaGujlent tzeɣwaIṭij yedli-t ussigna   Yuɣwas udrar nat leḥsenUzelent wallen d tiregwaTafsut tuɣal d cetwaYendef uglim n tmazɣa   Gugemen iẓuran n teqvaylitLjerh iḥuz tudrin maraMkul lεerc ihuss s tyitaDeg umendil tezza ccama   Yenna uzemni s ttvutYidir yeǧǧa-d lɣellaTudert tezwar tagaraYettru wul terra... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 29 avril 2020

POEME POUR UNE PATATE DOUCE

  Il est très tard chez vouspeut-être tropdes experts pêle-mêledes technocrates et des docteurs fousnous embobinent à la chaînedans cette usine aseptiséequ'est devenue notre sociétéNous n'avons rien vu venirpourtant depuis des annéesnous éprouvions les démangeaisonsdu pire à venir chargé de veninsA vos chaînes citoyens!Les morts-vivants creusent des tombespour les vivants traumatisés par la torpeurles gratte papiers s'en donnent à coeur joietandis que bavent les limacesdont on peut suivre la tracepour peu que l'on y prête... [Lire la suite]
Posté par emmila à 06:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

jeudi 23 avril 2020

MILA....

Mille remerciements à Mokhtar El Amraoui   . Mila l’amie du printemps Tu es son doux refuge Pour les chants De ses belles couleurs Comme tu sais  le prendre Dans la joyeuse danse Des rayons de tes seize ans Tu offres à ses ailes fleuries Le beau rivage De ton visage qui sourit Leur ouvrant  de nouvelles pages Pour t’écrire de radieux horizons Pour d’autres saisons Où naîtront les sublimes gerbes De tant de nouveaux sillons Mila Mila Mila Du printemps l’adorable amie Santé et bonheur pour toute la... [Lire la suite]
mercredi 22 avril 2020

COMME UN INTERDIT

  Comme un interditUn grand soleil, les jours de pluieElle a changé ma vie morosePour un bouquet de fantaisies Comme un interdit elle joue ma vieComme un succès qui lui souritA sa manière, elle a chevauché mon ego Moi qui dormais dans ses silencesJe me réveille pour goûter à son sommeilJ'ai le sentiment d'avoir trouvéLe cœur en apnée un trésor qui vaut de l'or Comme un interditElle m'offre une chance, à contresensMille et une nuits perdu d'avanceMille et un jour perdu d'amour Moi qui rêvais la libertéD'un grand oiseau,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 19 avril 2020

LE RÉCIT DU RESTE DE NOTRE VIE

  Rien ne sera pareilQuand tout sera redevenu comme avantNous porterons sur les arbres les nuagesLes vieux murs de nos chagrinsLes chevaux les prairiesUn regard de nouveau-néÉtonné de voir le monde venir à luiDans la splendeur des premiers jours Chaque instant sera printempsNoce et chants d'oiseauxNous remonterons sans hâte les courantsVers les eaux de nos enfancesConfiants avec le ventAccordés à nous-mêmesCapables du plus simpleSaisis d'une marche silencieuseAux sources du vivant Nous nous tiendrons deboutDans l'insolente... [Lire la suite]
jeudi 26 mars 2020

SOLAIRE...Extraits

Un jour je suis entrée dans la maison de ton nom, c’était l’exact de ce que j’attendais. J’y suis restée et plus jamais je n’ai eu froid et plus jamais je n’ai eu peur. Qu’on ne me parle pas de cage, il s’agit là de la plus haute, de la plus absolue des libertés. ...  Des traces de mots sur la neige de papier. Un chant d’alouette dans la gorge. Des miettes de paix sur le fracas des hommes. L’eau, le sel, le pain. Et même si le fer-blanc du jour fait muraille, même si la terre crevasse, même si les mains rident comme... [Lire la suite]