mardi 13 novembre 2018

JACQUES BREL - FILS DE ...

Posté par emmila à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 7 novembre 2018

HOMMAGE A GERALD BLONCOURT PAR ISABELLE BLONCOURT ( REPITON )

  5 novembre 2018 Hommage à Gérald Bloncourt par Isabelle Bloncourt (Repiton) Prononcé dans la salle de la Coupole du crématorium du Père Lachaise, Paris 20e . " Honneur Respect " Gérald aurait commencé ainsi, en vieil haïtien qu’il était, lui a qui on demandait si souvent ces dernières années de prononcer des hommages funèbres. « Je suis Haïtien, Natif Natal », comme il disait avec sa façon bien à lui de faire sonner les A. Pas Franco-Haïtien, comme on l’a qualifié ces jours derniers dans la presse. Sans renier la... [Lire la suite]
samedi 20 octobre 2018

LES PROVINCES AMERES...Extraits

 Pour un luminisme poétique Manifeste Les mots changent de lumière et d’âme.Et nous changeons avec.Il a suffi d’un grain d’ombre et notre poème a pris l’aile, un coup d’aile dans son éclat premier.Le sol plein de soleil et les tropismes du vague à l’âme des errants.Je vagabonde de soir en soir sur de maigres chemins.J’en rapporte des vers pour les oiseaux qui me picoreront.Je ne les prends pas pour des pigeons.Non, je suis ramasseur de l’essentiel. Du rien tombé des broutilles. A la lueur des mots.   ...   On ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 11 octobre 2018

DU SILENCE PREMIER

Mère soyez gentille différez l’heure de ma naissance Ainsi je serai en puissance comme on existe en poésie comme une lettre en souffrance qui aimerait bien faire sens sous le vacarme des idiots   Je me contenterai des traces des saveurs & du pur aliment d'un travail de silence   or feu puisés sans cesse dans les âges anciens de soi substance incandescente qui calcine les simulacres-   Je boirai ce que les oiseaux voudront me laisser de l'aurore   chaque jour un peu plus léger ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 22 septembre 2018

CAHIER DE VERDURE...Extrait

Le mince croissant de lune aperçu le soir dans le jardin, la serpe qui est pure illusion, qui est chose aigüe mais aussi doucement lumineuse, la «serpe de lait» qui perdra vite sa forme, qui s'inscrit un instant dans le ciel du couchant et surprend toujours, qui vous accompagne avec fidélité, lointaine, mais présente. À l'image de la serpe se lie inévitablement celle de la main qui devrait la tenir, de la moissonneuse dans quelque cortège en l'honneur de Céres — comme si, d'une fête, n'était visible qu'un emblème au-dessus de la... [Lire la suite]
vendredi 21 septembre 2018

RIVES EN CHAMADE...Extraits

Méditerranéenne je suisPar ma silhouette et ma peau mâtinéeKabyle par les épices de mon regardCorse par les sonorités de la langueKabyle-corse par la cuisine rougeUnie par l'arba barona et le cumunuFrançaise par Villon et Louise MichelFardée par toutes les intempériesJe suis femme     ...   Piège du sirocco et di a tramuntana détournés Je m'engouffre dans les rêves qui incisent l'horizonConfins déplacés je scrute l'espoir qui m'espionneA califourchon entre Bavedda et le DjudjuraCrainte blottie dans les grottes de... [Lire la suite]

dimanche 16 septembre 2018

FRERES DE MEDITERRANEE

Frères de Méditerranée, nés en Afrique, nés en Europe, que les continentsNe contraignent pas ne contiennent plus(Alors, les pays…) Frères noir bleu, noir d'éclair, bistres, basanés, ocres,Frères des grands rivages et des criques cachées,Frères des générosités, des pirogues des felouques frères des voiliers,Frères des voyages et des voyageurs, frères des langues que nous nous échangeonsGages de paix, Frères droits dans la mort et dans l'amitié Frères de pitié,Frères des khamsins et des meltems, Frères des vents insaisissables et des... [Lire la suite]
mardi 4 septembre 2018

LA POESIE

Il faut de l'amour et de la poésie pour sauver l’espoir et vice-versa. De l’espoir, de l’amour et surtout de la poésie avec des poings d’acier pour riposter convenablement aux sociétés de courtage administrées par des puissants, tel Jules Ferry, qui s’adressent aux peuples brocantés par l’oubli comme se dédicaçait Zeus aux divinités mineures. Il faut de la poésie face à la réplicabilité violente des hâbleurs qui sèment la brouille dans les cœurs afin de les fermer à double tour après les avoir détroussés des Si qu’ils gardent en... [Lire la suite]
jeudi 16 août 2018

LES EAUX SONT CERTAINES

Marche allègre et vive sur les passerelles de l’aubeLe sang dormant s’ébroueL’écriture coule drueVerticaleLa pluie a ravivé les feuillesJ’ai troqué mon pays contre le rire immenseDe chutes de cascades de torrents vers la merJ’ai traversé des fleuves qui n’avaient pas de nomJ’ai reconnu le ciel au tremblement des feuilles Troqué des cimetières contre des chemins d’orJ’ai tenu tête à l’âme elle s’en est souvenueJ’ai marché sans compter sans mesurer mes pasJ’ai senti le pollen de mes aurores vivesJ’ai bougé des écluses dans le sens... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
mercredi 15 août 2018

PREFACE

  La poésie contemporaine ne chante plus ... Elle rampe Elle a cependant le privilège de la distinction... elle ne fréquente pas les mots mal famés... elle les ignoreOn ne prend les mots qu'avec des gants: à "menstruel" on préfère "périodique", et l'on va répétant qu'il est des termes médicaux qui ne doivent pas sortir des laboratoires ou du Codex. Le snobisme scolaire qui consiste, en poésie, à n'employer que certains mots déterminés, à la priver de certains autres, qu'ils soient techniques, médicaux, populaires ou... [Lire la suite]