mercredi 20 mai 2020

SALAH STETIE...HOMMAGE

                                                                                         .   Merci , Monsieur Stétié, merci pour vos mots, merci pour votre humanité et votre gentillesse, merci pour votre amitié.... Que votre chemin soit parsemé d'étoiles....   .   Dans les filets du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 16 avril 2020

HISTOIRE D'UNE MOUETTE ET DU CHAT QUI LUI APPRIT A VOLER - LUIS SEPULVEDA, HOMMAGE...

A Loreleï . Cette petite mouette, plombée sous une chape de mazout, sent bien que ses jours sont comptés. Son agonie est imminente. Elle tente, telle Icare, de s'approcher des rayons du soleil, là, très haut dans le ciel. Même cette chaleur ne fait pas fondre la masse noire, gluante qui s'accroche et l'empêche de respirer. C'est fichu ! « Les humains sont devenus fous », c'est exactement çà. Fous ! « la malédiction des mers, la peste noire » ont fait d'elle une victime….victime de la pollution.Hasard ou destinée, fatalité ou manque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 18 décembre 2019

EVASIONS DE RETOURS

Au grand poète Lorand Gaspar   Poète enfant des vertiges premiersAux confins des rêveuses racinesD’orient et d’occidentT’engendre l’encre du ventAu-delà de la mortA chaque port de plumesAux battements frissonnantsD’ailes et d’îles de nouvelles sèvesSculptant le tempsEn disparition de mursEn apparition de vasquesPour effacer les distances des cerbèresGardées par leurs obscurs casquesEt ouvrir leurs cagesEmprisonnant tes étoiles et chantsLibérant la véritéDans ses multiples visages Poète tu es l’éternel enfantDans le... [Lire la suite]
vendredi 11 octobre 2019

LORAND GASPAR...HOMMAGE

Une grande figure de la poésie et de l'humanisme vient de disparaître...Lorand Gaspar    .   https://www.oeuvresouvertes.net/spip.php?article102   .   Avoir conscience de ma vie finie.De l’infinité infinie immanente des mondes.De la relativité de toute connaissance.Le plaisir et le déplaisir parfois de regarder,d’entendre de sentir de penserles choses, humaines et non humaines,l’obscurité et la lumière. Trouver des mots pour essayer de dire.Écrire ce quelque chose qu’on appelle un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 5 septembre 2019

L'INOUBLIABLE...Extrait

Nous avons grand désir De regarder le Jour, Un jour vertical, joyeux, Qui nous ramène à la source. Mais nul ne peut sans ailes Arriver tout droit à ce qui est Tout proche et le saisir Et venir sur l'autre versant. Orienté vers l'origine, attiré Par la fraîcheur des ombrages, Au sein de forêts mythiques.  Le poète voulait là-haut Fonder ce qui demeure, En beauté. Là où il pourrait Parler seul avec Dieu, Et ne recevoir d'autre écho.  Mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

mardi 23 juillet 2019

LA PETITE LAMPE

  J'allume à ma fenêtre une petite lampe,Une petite lampe bleue comme mon cœur,Afin que tous les mots qui trainent dans la nuit - les mots perdus, les mots blessés,les mots ivres de clair de lune,les mots amoureux de la brume,les bons mots, les mauvais mots,les petits et les gros mots,les mots qui voient, qui rampent,les mots qui luisent,les mots qui chantent,les obscurs,les délaissés - Afin que tous les mots de la nuitSachent qu'il y a ici, au bord du ciel,La maison d'un poèteQui est prêt à les accueillirPour les bercer,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 27 décembre 2018

LAISSEZ MOI VOUS DIRE...

... Laissez-moi vous dire que le poète n'a pas la vie facile dans un monde devenu ce manteau de ténèbres, pailleté d'éphémère par une actualité exténuée en quelques heures, qu'on renouvelle tous les jours et qui tient toute la place avant de s'effacer. Un monde où le niveau des larmes, cependant, ne cesse de monter. Un monde pilonné, trituré, sermonné de plus en plus sévèrement par le verbe surnaturel des catastrophes, couché sous le vent fort de ce langage, le plus clair et le plus nu de tous, dont les statisticiens s'emparent... [Lire la suite]
lundi 29 octobre 2018

KEMBE FEM PA LAGE !

« jour après jour je creuse le tracé des origines remonter à la source du flot lumineux et ce tourbillon d’où naissent les consciences » ...  seuls les battements du cœur rythment ce noir cosmique lumière ravalée jusqu’au plus profond d’elle-même violence de la parole éteinte sur les contreforts de tous les silences » Vinod Rughoonundun   .   Ce matin, Gérald Bloncourt a quitté ce monde qu'il a tant photographié et représenté ...Né  le 4 novembre 1926 à... [Lire la suite]
mardi 2 octobre 2018

CHARLES AZNAVOUR - HOMMAGE - LES EMIGRANTS , MOURIR D'AIMER, LE PERE GORIOT, ECRIRE

      .   . Comment crois-tu qu'ils sont venus? Ils sont venus, les poches vides et les mains nues Pour travailler à tours de bras Et défricher un sol ingrat Comment crois-tu qu'ils sont restés? Ils sont restés, en trimant comme des damnés    Sans avoir à lever les yeux Pour se trouver tout près de Dieu Tous ensemble Ils ont vois-tu, plein de ferveur et de vertu Tous ensemble Bâti un temple à temps perdu Comment crois-tu qu'ils ont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,