mercredi 17 novembre 2010

URGENCE DE L'INACCOMPLI

Écrire c'est brûler vif, mais c'est aussi renaître de ses cendres. Blaise Cendrars, L'Homme foudroyé, 1945    Ce goût de cendre, quand donc nous quittera-t-il ? Et cette mélancolie des plus noires, — celle des ruines. Faut-il toujours des ombres pour voir la lumière ? Et puis, il faut convenir qu’il en est ainsi. On voit cela de la sorte et pas autrement. La Restauration gouverne avec ses semblants. — Ses semblants d’ordre, de paix, de sécurité. Or, si la ruine est inscrite dans les choses humaines, — la ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 30 octobre 2010

POETE FUSILLE A GRENADE

(...)L'inspiration essentielle de Garcia Lorca réside dans un sens exceptionnel de l'âme populaire et son plus haut talent en un art non moins extraordinaire pour transformer cette inspiration en une poésie pure qui occupe déjà un rang éminent dans notre littérature nationale, et qui s'est déjà rendue fameuse dans l'ambiance internationale de la langue espagnole.Voilà pourquoi Garcia Lorca était arrivé à être considéré comme le grand poète de la nation.Telle était sa signification, connue mais non comprise par ceux qui l'ont fusillé ;... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 5 octobre 2010

LES ANGES DE LA PLEINE LUNE

  À la Fontaine lumineuse on joue un quatuor de Mozart dont le motif de l’andante me met au cœur un chant vaudou et je m’en vais en sifflotant pour mon Pays cet air Congo cet air si beau à quatre voix.  En cours de route j’ai trouvé deux compagnons de clair de lune et bras dessus et bras dessous nous arpentons de long en large tout le Boulevard Harry Truman Moi je préfère assurément BOULEVARD DES AMOUREUX mais n’étant point de la Commune je ne saurais légalement baptiser les rues de ma ville.  Nous sommes trois sur le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 31 août 2010

POETES ET DIEUX

"Comme les dieux ne répondaient pas, on a inventé les oracles. Ceux-ci ont été à la fois les premiers prêtres et les premiers poètes. Dans la voix des poètes, il doit y avoir quelque chose de la voix des dieux." .. .      CHRISTIAN ERWIN ANDERSEN . . .
Posté par emmila à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 31 juillet 2010

LE DROIT DE RÊVER...Extrait

C'est pour construire un instant complexe, pour nouer sur cet instant des simultanéités nombreuses que le poète détruit la continuité simple du temps enchaîné. .. .GASTON  BACHELARD .. .Œuvre Bona Mangangu
Posté par emmila à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 2 juillet 2010

PESSOA...

Feindre est le propre du poète. Il feint si complètementQu’il en arrive à feindre qu’est douleurLa douleur qu’il ressent vraiment. Et ceux qui lise ses écritsRessentent sous la douleur lueNon pas les deux qu’il a connues,Mais bien la seule qu’ils n’ont pas. Ainsi, sur ses rails circulairesTourne, accaparant la raison,Ce petit train a ressortsQui s’appelle le cœur. .    FERNANDO PESSOA.
Posté par emmila à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 7 juin 2010

POETES, VOS PAPIERS...Extrait

…Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s’ils ont leur compte de pieds ne sont pas des poètes: ce sont des dactylographes. Le vers est musique; le vers sans musique est littérature. Le poème en prose c’est de la prose poétique. Le vers libre n’est plus le vers puisque le propre du vers est de n’être point libre. La syntaxe du vers est une syntaxe harmonique – toutes licences comprises. Il n’y a point de fautes d’harmonie en art; il n’y a que des fautes de goût. L’harmonie peut s’apprendre à l’école. Le goût est le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 6 juin 2010

PARCOURS POÉTICO-PRÉCAIRE

Pour être autorisé à faire quelque chose, il faut l'avoir déjà fait.Où finit l'autorisé ?Où commence le faire ?Pour être, il faudrait arrêter de faire, mais si on ne fait pas, on est « rien ».Rien. Serait-ce l'accomplissement suprême ?Le rien, le vide, pro matière, n'est-il pas la source originelle de toute énergie ?Contenant et contenu, énergie inépuisable du Tout.Mais ne nous égarons pas.Il faut pouvoir prouver ce que l'on est.Il faut légaliser ce que l'on fait.Sinon on est hors.La loi.Du monde.Mais en soi ?Pour être intègre, il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 29 mai 2010

FEUILLES D'HERBE...Extrait

  "Poètes à venir! Tribuns, chanteurs, musiciens à venir! Je ne demande pas au Présent ma raison d'être. Le Présent ignore pourquoi je suis. Mais vous, nouvelle couvée, couvée insulaire, athlétique, cosmopolite, plus grande que toutes, Levez-vous! Avancez et grandissez! Je n'écris que deux ou trois mots indicateurs de l'avenir; Je suis celui qui n'accomplit que quelques pas et se retire dans ses ténèbres originelles; Je suis l'homme qui va sur la route, sans fléchir, jette un regard léger vers vous, et vous retire son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 28 mai 2010

UN ETE SANS FIN...Extrait

Trois flocons de neige trois gouttes de temps enfermés dans une pierre le souvenir est une géode à ne pas fracasser que le poète soit ce caillou au cœur duquel cristallise un peu de lumière adolescente. . FRANCOISE  HAN .
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,