mardi 23 avril 2013

NICOLE BARRIERE

Travail de poésieparole dans le tempscomme un très vieil arbre et l’ombre porte fraîcheur au peuple déraciné racines, terre ingrate, l’âpre mélancolie des sombres solitudes !de la douleur des guerrescoupé des sources vives, poète aux poings serrés et de folle passion besoin de paix, à Paris ou ailleurs.Tout est déchirure et combat fratricide envers la femme, l’amante, la soeur, la poésieÉlans ardents du juste Vérité jusqu’au cri, tout en soi est contraire, exigence, déchirurequi fait œuvre de vie.On connaît la fuite qui fera mourir,... [Lire la suite]

mardi 26 mars 2013

UNE VOIX SANS PERSONNE ...Extrait

Le rôle du poète n’est-il pas de donner la vie à ce qui se tait dans l’homme et dans les choses, puis de se perdre au cœur de la Parole ? Cette parole qu’un peuple d’ombres se transmet d’une rive à l’autre du temps, il semble qu’une seule voix sans fin la porte et la profère. Elle seule, dépositaire d’un monde de secrets, tire de notre absence une longue mémoire, dessine dans l’espace la figure de l’Homme et prête à nos hasards la forme d’un destin… Mais peut-être, au-delà d’elle-même, si nous prêtons l’oreille avec plus de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 1 mars 2013

UN BOUQUET

J'ai fait un bouquet du monde II y avait des forêts vertes Deux ciels bleus pour le vol d'un oiseau blanc Une grande brassée D'eau de mer Un désert jaune Un soir d'été sur la place du marché Un trèfle à quatre feuilles Deux colonnes ioniennes Brisées J'ai attaché tout cela Avec un bout d'horizon Et j'ai offert à ma vie Le bouquet du monde Elle a souri Elle est partie Tout est fané Et je m'ennuie Moi qui pour elle Avais cueilli Le Monde   .   GILLES VIGNEAULT   .     Oeuvre Damian... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 25 février 2013

POESIE DE L'INSURRECTION

“Si tu te veux poète, crée des oeuvres capables de relever les défis d’une apocalypse, et s’il le faut prends des accents apocalyptiques” La poésie est un bateau en papier sur le déluge de la désolation spirituelle. Plus le temps pour l’artiste de se cacher au-dessus, au-delà ou derrière le décor, indifférent, à se ronger les ongles à se raffiner jusqu’à ne plus exister. Plus le temps pour nos petits jeux littéraires, plus le temps pour nos paranoïas et nos hypocondries, plus le temps pour la peur et la haine, juste le temps pour... [Lire la suite]
lundi 18 février 2013

UNE ALLOCUTION DU CHAGRIN...

Allocution de FARAJ BAYRAKDAR au cours de son procès :   « Je déclare, en tant qu’ être humain, qu'un poète est un politicien, que la liberté est le valeur suprême dans la philosophie de l'histoire humaine et que je suis contre toute personne qui s'y oppose, même s’il est de mon Parti. Messieurs, ces paroles que vous êtes en train d'entendre ou de lire ne sont pas une déclaration pour la presse, préparée ou répétée non plus. Ce sont les blessures de mon âme et de celles des centaines d’hommes honnêtes que sont les... [Lire la suite]
samedi 26 janvier 2013

LE DESHONNEUR DES POETES

Si l’on recherche la signification originelle de la poésie, aujourd’hui dissimulée sous les mille oripeaux de la société, on constate qu’elle est le véritable souffle de l’homme, la source de toute con-naissance et cette connaissance elle-même sous son aspect le plus immaculé. En elle se condense toute la vie spirituelle de l’humanité depuis qu’elle a com-mencé de prendre conscience de sa nature ; en elle palpitent maintenant ses plus hautes créations et, terre à jamais féconde, elle garde perpétuellement en réserve les cristaux... [Lire la suite]

samedi 12 janvier 2013

MEURTRE DU ROSSIGNOL

 Le chœur - Première femme - Deuxième femme - Troisième femme   Le Chœur   Il ne chante plus le rossignol Maintenant il dort Dans son éternité de cailloux et de racines Et son cœur glacé a la forme d’une guitare   Première femme   Chaque parole de sa bouche d’or Avait la saveur d’un fruit du printemps Ses caresses brûlaient le corps des amantes Et le flot de ses baisers Animait dans nos veines des roses de feu.   Deuxième femme   Je me souviens de la grâce de ses cheveux Si j’avais la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 20 décembre 2012

ON N'AUTOPSIE PAS UN POETE

Comme une odeur de mort qui vous colle à la peau, pour qui connaît Paris et les bords de la Seine. Pour qui connaît Paris, la balance à viscères, les tiroirs, les bocaux, la puanteur des jours. Pour qui connaît des nuits, l'étrange carrefour, des vies, des cœurs, des cris, ou de ce qu'il en reste. O putain de clarté, Place Mazas, à l'entour. Comme une odeur de mort, qui vous poursuit et vous précède. Pour qui connaît l'humiliation, qui la partage sans rien dire. Et qui ne parle plus. Qui fait d'instinct vers l'autre, comme un signe de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 11 décembre 2012

NOUS SOMMES TOUS LA TUNISIE...

 L'Émirat du Qatar, l'ami très fortuné et très adulé des pays se réclamant les garants de la démocratie planétaire (USA, Grande Bretagne, France, Allemagne ...) décore et récompense pompeusement des poètes étrangers tels que  Bernard Noël, André Miquel et Adonis,  tandis qu'il condamne sans vergogne à la prison à vie un des siens pour avoir écrit et déclamé en public, en novembre 2011, un poème en soutien aux révolutions arabes et à la démocratie dans un pays, le Qatar, qui prétend pourtant les soutenir.   Ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 9 décembre 2012

QATAR....UN POETE CONDAMNE A LA PRISON A PERPETUITE !

  Cliquer sur le lien ci-dessous   http://libertesconquises.blogspot.fr/2012/11/qatar-un-poete-condamne-la-perpetuite.htm .  François Hollande et l'Emir du Qatar Sheik Hamad bin Khalifa Al Thani à l'Elysée,  
Posté par emmila à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,