samedi 18 janvier 2014

ON PRIVATISE TOUT...

« On privatise tout, on privatise la mer et le ciel, on privatise l’eau et l’air, on privatise la justice et la loi, on privatise le nuage qui passe, on privatise le rêve, surtout s’il est diurne et qu’on le rêve les yeux ouverts. Et finalement, pour couronner le tout et en finir avec tant de privatisations on privatise les Etats, et on les livre une fois pour toutes à la voracité des entreprises privées, vainqueurs de l’appel d’offre international Voilà où se trouve désormais le salut du monde... Et, en passant, on... [Lire la suite]

jeudi 28 février 2013

LA TABLE DU PRESIDENT

Çà pleut d’engelures Sur les doigts des enfants Des veuves des libérateurs Comme elles pleurent dans leurs taudis Leurs sacrifiés bouffés aussi Par l’ortie dans le carré froid des martyrs Le Président a chaud dans son palais Il ordonne de diminuer le chauffage Çà vente d’air dans les panses Des prolétaires trop maigres Par trop se serrer la ceinture Comme ils se servent au compte mie Les miettes d'un pain trop noir Sur le résidu négatif d’une paie aléatoire Le président se met à table Il bouffe des yeux repu avant terme Et çà... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 26 février 2013

MILLE ET UN ENFANTS

 Pour mille et un enfants effacés d'un trait de haine à l'aube muette des peuples fous de parole Pour mille et un enfants jetés dans la fosse du ciel avec la chaux incandescente de leurs pupilles Pour mille et un enfants partis avec la panoplie des espoirs les derniers cierges trempés dans la ciguë du désert Pour eux cette prière hérétique dans la pâleur de l'exil levant vipère autour du cou crachats refroidis vomissures noires d'ivresse sans bride chair spasmodique bile torve d'ébloui ssements Pour eux... [Lire la suite]
samedi 16 février 2013

LE MANIFESTE DU PELICAN...Extrait

 Moi, l'homme pélican l'homme cosmique   Moi, l'homme chat l'homme maïs, l'homme grenouille l'homme hibou   Je déclare que l'univers la terre, ses fruits et ses ressources sont la propriété inaliénable de tous les peuples de toutes les espèces de tout ce qui est du monde des vivants    Je déclare que l'univers, la terre ses fruits et ses ressources sont la propriété inaliénable du vent que l'on empoisonne de la mer qui pleure des étoiles que l'on souille du présent et du futur dans... [Lire la suite]
lundi 27 août 2012

PARIS 61 DIX SEPT OCTOBRE...

En mémoire des victimes du 17 Octobre 1961 http://17octobre1961.free.fr/pages/Histoire.htm .   Paris 61 dix-sept octobre on est à l’heure grise où le pays se met à table en disant c’est l’automne lorsque silencieux venus des bidonvilles et cagnas des Algériens français sur le soir envahissent de leur foule entêtée les boulevards ils n’aiment pas ce couvre-feu qui les traite en coupables décidément ça fait trop d’Arabes qui bougent le Pouvoir envoie ses flics sur tous les ponts nous montrer qu’à Paris l’ordre règne il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 26 avril 2012

LETTRE DE PHILIPPE TORRETON A JEAN FERRAT

Jean, J'aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J'aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu'à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j'étais à Entraigues il n'y a pas si longtemps et je n'ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c'est sacré ! Pardon de t'emmerder, mais l'heure est grave, Jean. Je ne sais pas si là où tu es tu ne reçois que le Figaro comme dans les hôtels qui ne connaissent pas le débat d'idées, je ne sais pas si tu vois tout, de là-haut, ou... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 19 avril 2012

ADRESSE AUX VIVANTS SUR LA MORT QUI LES GOUVERNE ET L'OPPORTUNITE DE S'EN DEFAIRE

« A l’heure où la faillite de l’économie comme système de survie frappe de dérision tant d’efforts investis dans la rage de gagner plus, d’être le meilleur, de posséder davantage, peut-être un revirement d’attitude est-il prévisible, peut-être l’opiniâtreté mise à se délabrer dans le travail va-t-elle redécouvrir la création des êtres, des choses, de l’environnement comme plaisir d’exister ? L’économie propage ainsi la subversion mieux et plus vite qu’une horde d’agitateurs spécialisés. Il suffit de jeter un regard sur les vitrines... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 19 avril 2012

POEME DU COUP DE GRÂCE

Seigneur on tue on  viole on pille on assassine des continents entiers   et le commerce de détail ne va pas mal non plus   l'état torture on terrorise la rue une balle dans la tête est l'argument des croyants   la faim est l'arme anonyme des multinationales la drogue fait plus de dégâts que la dialectique   la poésie s'enfuit sur un vaisseau spatial et regarde le vide   Les poètes contemplent leur nombril et attendent les critiques   Notre inconscient travaille dans la pub... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 22 février 2012

LA NUIT TALISMANIQUE QUI BRILLAIT DANS SON CERCLE...Extrait

Nous n'avons pas plus de pouvoir s'attardant sur les décisions de notre vie que nous n'en possédons sur nos rêves à travers notre sommeil. À peine plus. Réalité quasi sans choix, assaillante, assaillie, qui exténuée se dépose, puis se dresse, se veut fruit de chaos et de soin offert à notre oscillation. Caravane délectable. Ainsi va-t-on. Soudain nous surprend l'ordre de halte et le signal d'obliquer. C'est l'ouvrage. Comment ramener au liseron du souffle l'hémorragie indescriptible ? Vaine question, même si un tel ascendant avait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 28 janvier 2012

COMMUNE PRESENCE...Extrait

Montagne des grands abusés, Au sommet de vos tours fiévreuses Faiblit la dernière clarté. Rien que le vide et l'avalanche, La détresse et le regret! Tous ces troubadours mal-aimés Ont vu blanchir dans un été Leur doux royaume pessimiste. Ah! la neige est inéxorable Qui aime qu'on souffre à ses pieds, Qui veut que l'on meure glacé Quand on a vécu dans les sables. . RENE CHAR . Oeuvre Giorgio de Chirico
Posté par emmila à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,