lundi 21 novembre 2011

FAUT PAS DECONNER !

  Vous, grelottant sous vos cartons, le ventre vide et le coeur asséché par les morsures de la misère   Des papiers empilés sous vos chemises pour vous protéger d’un climat moins froid que la conscience de cette justice qui vous refuse ceux qui vous rendraient la dignité à laquelle tous hommes, toutes femmes, de cette planète ont droit   Vous, à qui quelques passants jettent une pièce pour se refaire une conscience un peu plus présentable, avant de s’engouffrer dans un resto trois étoiles où ils s’empiffreront... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 29 octobre 2011

BRUINE

 J’ai migré vers la Terre enveloppée de silence Écrite sur un reflet, sentier vers la parole J’apportais ma voix fertile, mon offrande sans épines Et une paix de bruine au fond des yeux   J’ai trouvé un abri de marécages et piquants Un Pouvoir qui calcine le sang des enfants, J’ai vu des hommes tels des loups, j’ai vu des loups angelisés Et un déluge saumâtre de rêveries moribondes   À chaque jour, encore des êtres brisés et déchirés On les taille, on les arrache, on les éclate, on les tue Alors que Goya et... [Lire la suite]
mardi 18 octobre 2011

NIKI...Extrait

 L’abus de pouvoir, ce vice funeste de tous les rois, chefs, dictateurs, de tous les directeurs, chefs de service, secrétaires, de tous les bergers, vachers et porchers, de tous les chefs de famille, de tous les éducateurs, de tous les frères aînés, de tous les vieux et de tous les jeunes ayant charge d’âme, cette puanteur, cette maladie, ce foyer d’infection qui est le propre de l ‘homme et qui ne se développe chez aucun autre fauve sanguinaire, cette malédiction et ce blasphème, cette guerre, ce choléra était chose... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 12 octobre 2011

AB IRATO

(En pensant à André Laude et après l’avoir relu) . J’irai de la colère à la colère J’irai au risque des mots Au désordre de la révolte J’irai aux vents de mon esprit au tourment Et Je vous arracherai vos masques la face dévoyée de vos vœux le groin de vos puissances Crachat sur votre monde ! Je marche dans la rue Je parle dans la rue Il ne me reste rien que les mots pour demain le sang des morts les cris et les blessures Il ne vous reste que la force et j’ai le poids des mots J’irai de la colère à la force des mots J’irai du refus au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 21 septembre 2011

LES BONS USAGES D'UN BUREAUCRATE...Extrait

"Quand il n'y a plus d'idées il reste toujours les mots et les morts qui sont des héros et qui servent de noms de rues de clairons, d'alibi, d'oubli [...] Dans son bureau climatisé le bureaucrate dont la chair croît rêve à la guerre des frontières et s'étonne en contemplant la baie d'Alger qu'il fasse si beau si froid et que son cœur se traîne ventre en l'air il ne sait où Peut-être au milieu des requins rouges et pleins qui croisent dans la rue de la Révolution ? Dans le désert des croque-morts le bureaucrate soupire... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 5 janvier 2011

L'HOMME ET LA VILLE ....Extrait

" Le moins qu'on puisse dire du pouvoir, c'est que la vocation en est suspecte " Jean Rostand(...) La domination est un phénomène précis. Elle s'exprime par l'impossibilité, pour le prolétariat, d'assurer son propre destin. Toutes les décisions essentielles de la vie individuelle et collective sont entre les mains des autres, monopoles, groupes de pression économique, mais aussi bien des technocrates et bureaucrates à l'Est européen. Or, ces groupes de pression ne sont pas maîtres de leur destin. Ils se trouvent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 22 décembre 2010

AINSI SOIT-IL ET CA IRA

Brigade de réparation à la fabrique des citoyens soumis Les libéraux graissent La machine à briser les hommes avec du saindoux de cerveau Ils huilent le portail qui conduit au passé Avec leurs insipides jus d’avenir, chaque jour Ils ravaudent la société déchirée Mais le soir, ils se remettent De ce travail en écoutant mes chansons Même dans une gueule de menteur, le pain ne se transforme pas en pierre Dans le verre des tartuffes, le vin ne tourne pas au vinaigre Ceux qui froncent leurs nez enluminés Cachés sous le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 19 décembre 2010

QUITTER

Obéissez à vos porcs qui existent. Je me soumets àmes dieux qui n'existent pas.Nous restons gens d'inclémence.RENE CHAR. René  Char
Posté par emmila à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 3 décembre 2010

ROGER CUREL

Toujours ces militaires éternels et bornés qui dirigent si mal la circulation aux carrefours de l’histoire. Le souvenir d’un ami commun mort assassiné nous a     rappelé l’injustice du monde. L’inexistence de tout rempart spirituel contre la félonie des hommes et des États préfigure notre avenir : on ne court pas au fascisme, on y est. Cette     injustice du monde je continue à la vérifier dans les dépêches : ceux qui tuent au canon et au napalm continuent d’appeler « terroriste » celui qui tue au couteau.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 30 novembre 2010

UN BRASIER DORT SOUS L'ECHO

    Cette effroyable résignation à être des consommateurs et des pourvoyeurs de mort, à sortir en rangs disciplinés des usines, des rues, des misères, des échecs, pour aller faire la guerre à l’autre, pour aller détruire et revenir sagement se faire enchaîner dans des mailles de pauvres haines, se faire broyer par les ordres de l’argent, du besoin et de la sécurité.   Où est l’ombre de l’homme appuyé à l’ombre, Où est son image oubliée aux fers, Où est son cri sur le silence des éclairs ?   Le grand ordre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,