jeudi 8 juin 2017

LA FENÊTRE OUVERTE

à LR . Dehors Battements d’ailes et friselis des feuillages Dedans Un merle ponctue la voix sereine Monde d’ascensions, d’espoirs et de larmes Modelé par un christ-oiseau Souffert par l’enfant volé envolé Le fils de l’homme et le fils de l’autre Raviver la parole et l’image Pétrir l’écho et le reflet en pâte de lumière Qu’ainsi la présence froisse l’air Présence Légère et fidèle comme les printemps Souveraine comme cette fillette sous un pommier Bravant jadis la guerre dans son abri de fleurs Aux confins du cœur ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

vendredi 14 avril 2017

COLETTE GIBELIN...Extrait

Nous cherchons ce lieu de vertige où les rumeurs de la vie s’irisent de lumière, ce lieu de nulle part, oiseau fulgurant et avide, étrange et mauve, aux ailes déployées vers l’absence et le rêve. Chasseurs entêtés de l’ailleurs, nous flottons, îles de solitude au-dessus des grands fonds où grouillent tant de présences que le regard évite. Ici, le monde est plein. Le monde craque, éclate, pourrit. Le monde étincelle et jaillit. Ici. Le silence nous lance le cri des fontaines. Ici. Nous ne l’entendons pas,insensés que nous sommes,... [Lire la suite]
dimanche 23 octobre 2016

FLUCTUATIONS...Extrait

Inspire L’univers entre en toi avec ses printemps éphémères, ses fièvres éblouissantes Tu respires l’odeur envahissante du thym sauvage des souvenirs ramassés sur la plage Tu bois le lait de vie Ouvre la fenêtre Il n’y a plus de dedans, de dehors Seul, ce présent d’éclair et de surgissement, Cette hâte d’aimer et de connaître Tant de messages, de caresses, d’écorchures Tant de promesses nous traversent Le monde extérieur maintenant te pénètre Les sons ruissellent Les odeurs pétillent Respire le réel, Il t’appartient et tu lui... [Lire la suite]
lundi 15 août 2016

OCTOGONE...Extrait

Le ciel s’était empli de vagues. Les étoiles assuraient l’intelligence des formes. Ce n’était pas seulement l’oubli des origines mais aussi la minceur lente, absorbante, des trajectoires qui demandait cette autre géométrie. Les étoiles contenaient le présent, elles contenaient comme toujours le présent, étant passées par tant de passé ; elles faisaient autorité dans le ciel. Leur progression m’enveloppait et même, à certains moments, aurait pu changer pour moi, à volonté le sens des mondes.   Leurs chemins, alors, ces lignes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 24 juin 2016

LE PAROXYSME SEUL...Extrait

Ecoute J'atteins de nouveau l'instant nul où l'avant et l'après s'anéantissent, Foudroyés Des grains de mimosas m'éclaboussent dans l'ombre Je n'ai rien à t'apprendre Je ne dure pas Je ne perpétue que le défi de chaque seconde Ne dis rien Le présent est ce plaisir absolu de n'avoir pas de lendemain Précédé de rien Suivi de rien Total   . COLETTE GIBELIN   .     Oeuvre Pierre Bonnard
Posté par emmila à 18:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 18 juin 2016

ESPACE TEMPS...

« Le temps et l'espace vivent et prospèrent aux dépens l'un de l'autre. Quand le premier s'accroît, le second diminue et réciproquement. Tout corps se prolonge dans le temps aussi bien que dans l'espace ; sa tête baigne dans la durée, ses pieds plongent dans l'étendue. L'espace est du présent visible. Le temps est de l'espace qui s'ébranle et devient avenir ou passé. L'espace, c'est du temps étendu, du temps horizontal ; le temps, c'est de l'espace à pic, de l'espace vertical. L'espace c'est du temps qui dure ; le temps, de l'espace... [Lire la suite]

dimanche 22 mai 2016

UN MONDE DE PIERRES...Extrait

... Tant de choses passent que je ne sais assumer         Combien de fois         devrai-je renaître encore?         Personne ne connaît         mon cosmos intérieur         Les paradoxes         les rébellions de mes profondeurs         Mon... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 29 avril 2016

LE LIVRE A VENIR...Extrait

«Le désert, ce n'est encore ni le temps, ni l'espace, mais un espace sans lieu et un temps sans engendrement. Là, on peut seulement errer, et le temps qui passe ne laisse rien derrière soi, est un temps sans passé, sans présent, temps d'une promesse qui n'est réelle que dans le vide du ciel et la stérilité d'une terre nue où l'homme n'est jamais là, mais toujours au-dehors. Le désert, c'est ce dehors, où l'on ne peut demeurer, puisque y être c'est être toujours déjà au-dehors»   .   MAURICE BLANCHOT   .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 12 mai 2015

BURT NORTON I , QUATRE QUATUORS, LA TERRE VAINE ET AUTRES POEMES...Extrait

Le temps présent et le temps passésont tous deux présents peut-être dans le temps futuret le temps futur contenu dans le temps passé.Si tout temps est éternellement présenttout temps est irrémissible.Ce qui aurait pu être est une abstractionqui ne demeure un perpétuel possibleque dans un monde de spéculation.Ce qui aurait pu être et ce qui a ététendent vers une seule fin, qui est toujours présente.Des pas résonnent en écho dans la mémoirele long du corridor que nous n’avons pas prisvers la porte que nous n’avons jamais ouvertesur le... [Lire la suite]
lundi 4 mai 2015

RESONNANCES (4)

Heureux temps que le présent perpétuel. L’enfance s’y enroule comme une roue pas encore formatée par la rigueur de la morale et du bien séant. L’heure ensemence l’heure du plus pur murmure des fleurs. Le pas incertain ouvre des voies inconnues, il pleut des premières fois à foison. La nouveauté subjugue l’espace, catapulte l’obscurité que l’on croit revers de la blancheur. Nous marchons si souvent les yeux fermés qu’il nous arrive de traverser le feu sans même le voir. Comme cette eau oubliée dans le fond d’un baquet vieilli, nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,