dimanche 30 décembre 2012

TOUTES LES ÎLES SONT SECRETES...Extrait

La présence n'est-elle fondée que par le mystère de l'absence ? La lumière n'est-elle fondée que par le mystère de la nuit ? Garde en mémoire l'autre mémoire.Garde en délire l'autre délire. Garde en légende l'autre légende.  Puis, d'os en os, à qui ne sait si le désert joint ou sépare et si dire jette dehors comme un pansement qu'on arrache - apprends que même la prière peut être démunie du dieu, que certains mots deviennent saints là où la mort n'a plus de nom, et qu'à la lisière de l'été toutes les îles sont  secrètes. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 23 décembre 2012

SOUVENIR

Et tu attends, et tu attends l’unique, qui amplifie à l’infini ta vie ; La puissante, l’extrême, le réveil des pierres, profondeurs, qui t’appartiennent. S’assombrissent dans les bibliothèques les volumes en or et brun ; et tu songes en ces pays traversés, à des tableaux, aux robes de femmes à nouveaux perdues.   Et alors tu sais enfin : c’était bien cela. tu te redresses, et devant toi se tient une année écoulée peur et figure et prière.     RAINER MARIA RILKE     Vitrail Marc... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 21 décembre 2012

DEUX FRAGMENTS D'ODES...Extrait

Viens, Nuit très ancienne et identique, Nuit Reine qui naquis détrônée, Nuit intérieurement égale au silence, Nuit semée d’étoiles pailletées au rapide éclat sous ton vêtement frangé d’infini. Viens, vaguement, viens, légèrement, viens toute seule, solennelle, les mains abandonnées contre ton flanc, viens et amène les monts lointains auprès des arbres proches, fonds dans un champ à toi tous les champs que je vois, de la montagne fais bloc avec ton corps, estompe toutes ses différences que de loin je distingue, toutes les routes qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 14 décembre 2012

PRIERE DU MECREANT

A Jean-Luc Maxence, fraternellement   Mon Dieu mon Dieu Je viens à toi Le pied enflé de terre le pied terre déjà Moi qui ne t’ai jamais su Moi qui n’ai jusqu’alors jamais su me faire à l’idée de toi Je viens ce soir vers ton silence Je ne suis que le peu et je suis si seul Je t’ai nommé je t’ai créé à mon image Je viens à toi démuni Les mains vides et le cœur fatigué Toute ma vie mon Dieu J’ai lâché l’ombre pour la proie Toute ma vie j’ai couru comme un fou au lointain Vers ce rêve qui était à ma porte Trop longtemps aussi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 6 décembre 2012

MON DERNIER CORPS...Extrait

C'est à toi, Soudain, que je m'adresse.   À toi, Soudain, nourri de rêve, beau gosse, d'une bravoure folle, enfant bâtard de causes inconnues, qui préserves du Rare la rareté, montrant une granitique indifférence pour la passion lascive, douloureuse, que nourrit pour toi la Fréquence. Étincelle du frottement têtu d'une attente contre un renoncement, que tu abreuves de carafes et de soifs sans recours aux sources, aux fontaines. Temps venu de Dieu, petit corps qui accumules ta force monstrueuse en accumulant des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 26 septembre 2012

PRIERE DEMESUREE

Dominant les naufrages depuis les miradors des tours penchée et distante des éléments du désastre des choses qui arrivent au-dessus des paroles célébrant le néant dans un vent facile de satiété d'impunité Sur le scandale métallique des armes en usage ou hors d'usage dirigeant la colonne de douleur et de fumée que laissent les batailles infinies à la tombée du soir la majorité est la majorité est à réciter un chapelet de mesquines ambitions de peurs millénaires d'inépuisables ruses à cultiver tranquillement l'effroyable variété de sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 21 septembre 2012

ON THE ROAD AGAIN II

Je crois bien sur la route, sur la mer sur mes pieds je scrute mes pas qui avancent et reculent par l’eau salée par les rivières dénudées par le gravier du coin par les sentiers de mon cœur mais surtout c’est mon âme qui sourit depuis ce matin.   Je crois bien que le poème est la survie de nos âmes nomades. Ce soir j’irai me baigner dans la sueur des gens, et je nettoierai mes plaies à même la chaleur des pierres. Je chanterai en silence par la seule force de ma pensée.   Je crois que la prière est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 7 septembre 2012

LA PRIERE DU CHAT...Extrait

Seigneur, me voici devant ToiEn cette aube mystiqueLes hommes dorment à cette heure,Et même ma vieille maîtresse dort, elle aussi !Seigneur, je ne puis faire le signe de la Croix,J'aligne simplement mes deux pattes de chatReposant sagement sur mes flancs postérieurs,Et seul Toi saisQue lorsque je suis ainsi, humblement recueilliC'est pour mieux te prier...L'autre jour, devant ma prunelle enchantéeUn ange est passéEt m'a rappelé à mes devoirs de serviteur !Depuis trop longtemps, je m'étais endormiDans la lente digestion des félins... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 9 juillet 2012

CHAPELLE

Chapelle inhabitée As tu donc une âme Eteinte est ta flamme L'esprit t'a quitté   Chapelle désolée Plus une seule prière Chantée dans tes pierres Pour nous consoler    Chapelle désertée Les hommes sont partis Et leurs litanies Aussi leurs regrets   Chapelle refermée Comme une coquille vide Absente de l'abside L'humble humanité   Chapelle inanimée Aux dalles immobiles Au porche inutile Autel oublié   Chapelle ranimée Par un agnostique Dont le cri tragique Fait tes murs trembler ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 18 juin 2012

SER/LOVE...Extrait

Bonté Suprême ! Caresse-nous comme une mère ! Donne-nous de l'espoir comme une sœur ! Et comme un frère, tiens-nous la main ! Et pas à pas, d'un mouvement l'autre, Pas à pas, d'un souffle l'autre, Pas à pas, Sors-nous au plus vite de ce Nulle Part obscur, Fais-nous en passer le seuil, Fais-nous arriver jusqu'à la maison de notre père... Ah ! Un pas encore. Ah ! Encore un mouvement. L'ultime gorgée d'air de l'ultime effort Par quoi, loin des lèvres, se jette d'elle-même, Pour toujours, la coupe : " Tout est accompli. " (...) Ainsi,... [Lire la suite]