mardi 10 novembre 2015

LES VIGILES VEILLENT...

      sous les biefs du nord fleurit le mauve de ton sel    dans le mot bâillonné la mer se noie en silence           voici la quête aujourd'hui traversées d'errance           tu cheminais le bleu des étoiles         la lune dans une main dans l'autre le soleil    tes rêves étaient senteur de libertéentre tes doigts se tissait le lin de la... [Lire la suite]

mardi 18 août 2015

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

«Gisement de ténèbres et d’éclairsd’immobilité et de mouvementGisement d’air qui vibre et de languesau fond du silence tenace.Ici un mot, là un geste, une absenceque nous montre, nous épelle l’érosion.Dénudés sur les routes du SudNous portons plus loin nos gîtes d’énigmes,Nos quêtes d’aurore dans la nuit—Entre deux margelles de clartéUn pléistocène grouillant et obscur.L’accord ici est hors clavier.Dans l’écartèlement –bonheur, détresse-nous accouchons parfois d’une vie vraiedans l’espace habitable—»   .   LORAND GASPAR ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 30 août 2014

RIEN QUE LA LUMIERE

Rien que la lumière.Je n’ai arrêté mon chevalque pour cueillir une rose rougedans le jardin d’une Cananéennequi a séduit mon chevalet s’est retranchée dans la lumière :« N’entre pas, ne sors pas »...Je ne suis pas entré et je ne suis pas sorti.Elle a dit : Me vois-tu ?J’ai murmuré : il me manque pour le savoir,l’écart entre le voyageur et le chemin,le chanteur et les chants...Telle une lettre de l’alphabet,Jéricho s’est assise dans son nomet j’ai trébuché dans le mienà la croisée des sens...Je suis ce que je serai demain.Je n’ai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 16 mai 2014

LE BLEU DE LA NUIT CRIE AU SECOURS

abîme je me ferai ailepour distancer la douleurà travers un nouveau cielhabité par les voyelleset les soleils rameursnuit je m'éveillerai aurorejacassant sur la pierreDans mon sang de feu verton entendra peu à peu se taireles voix herbeuses des mortssilence je me ferai paroleessentielle comme l'outilj'aurai des amours de rossignolet des gloires d'épifanfares entre les épaulesje n'irai plus à l'ordureà l'eau pourrie, à la souche éteintej'habiterai la rosée qui tintel'enfant sur le chemin de l'écolej'aurai plein les poches la monnaie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 10 novembre 2012

PATMOS ET AUTRES POEMES...Extrait

La lutte fait soir dans l’arène paix à la rougeur reposée fraîche la route de poussière au pas du porteur de musique  — étranger. Sauf en ce silence oublié où se meut l’ardeur d’être ici clarté confiante en sa source. Étranger, sauf en cette roche où affleure une eau impensée, le cri nocturne de l’effraie. À jamais bégayant, boiteux à jamais sans racines au-dehors autres que l’eau, autre qu’aller dans le coeur ouvert du désir au battement propre des choses la part insondable en chacun visages de mots à jamais dissonants,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 8 mai 2012

TOUT CE POURQUOI EST DE SEL...Extrait

Le vrai demeure introuvable si ce n'est qu'ilcherche des outils en nous.Quelque chose a plus à voir avec ce qu'il fautabandonner parce que le monde n'est qu'unerecherche et que nous n'avons que le temps.L’œuvre seule passe par la terre – par le vide.C'est toujours le dénuement.Et chaque fois est un recommencement.Vers ce qu'on ne sait pas. . . . THIERRY METZ . . .
Posté par emmila à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 26 avril 2012

MON CORPS EST MON PAYS...Extrait

(...) Je rêve au nom de l’herbe,quand le pain devient enfer,quand les feuilles sèches en leur ancien livredeviennent cité de terreur,je rêve au nom de la glaisepour abolir les ruines, recouvrir le temps,pour appeler le secours du souffle premierrécupérer ma flûte la premièreet changer de parole. Après les cendres de l’univers,le rêve est la couleur et l’arc de la couleur,il secoue ce temps qui dort dans l’épaisseur du givre,muet comme un clou,et le verse comme une urneet l’abandonne au feu, à l’instant bondissantdu germe des âges et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 26 août 2011

L'ATTACHEMENT

Roulé plus que la feuille au fort de la tempête je ne sais plus l’endroit l’envers et quelle quête votre voix me sommait d’entreprendre J’aime et du même amour j’épuise la colère mon double a rejeté le double qui l’altère si l’écho n’en cesse de reprendre . DANIEL BOULANGER .
Posté par emmila à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 4 juin 2011

J'AI VOYAGE

J’ai voyagé, j’ai vu, j’ai rencontré. J’ai cru, cru me tromper, cru aimer, cru que le vrai avait une couleur, cru que le malheur, le bonheur, comme toutes choses, avaient leur couleur. Je ne savais pas les larmes de joie, les rires de douleur et le festin des pélicans. Je ne savais pas qu’il y a dedans et dehors, je croyais le bien et le mal partout pareils. Je croyais que le bonheur du maître et celui de l’esclave avait une même odeur. Je n’avais rien vu du dehors. Je croyais au blanc et au noir je ne savais rien du "ni blanc ni du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 11 mai 2010

MÛR A CREVER...Extrait

Chaque jour, j'emploie le dialecte des cyclones fous. Je dis la folie des vents contraires.   Chaque soir, j'utilise le patois des pluies furieuses. Je dis la furie des eaux en débordement.   Chaque nuit, je parle aux îles Caraïbes le langage des tempêtes hystériques. Je dis l'hystérie de la mer en rut.   Dialecte des cyclones. Patois des pluies. Langage des tempêtes. Déroulement de la vie en spirale.   Fondamentalement la vie est tension. Vers quelque chose. Vers quelqu'un. Vers soi-même. Vers le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,