vendredi 9 août 2019

LA VIE COMME ELLE EST, LAISSER VENIR LES MOTS...Extrait

La vérité de l'univers, ne serait-ce tout d'abord l'éclosion des pétales au soleil du matin,l'explosion d'une étoile dans le vide sans fin, cette ronde sans but des comètes au ciel- la puissance de la houle à la côte où elle miaule, le soulèvement des montagnes pour toucher à ce ciel qui leur échappe de toujours ? L'apparition de la Vie dans la vie qui scintille, le chant de l'Âme du monde où se déroule le fil tissé du destin tout autour des troncs secs des oliviers- et des platanes ombreux ?     . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mardi 30 juillet 2019

L'ENERGIE DU SILENCE...Extrait

Mes amis, le défi fondamental consiste à entrer soi-même en révolution et à permettre qu'un être humain naisse en soi. La voie à suivre pour cela est celle de la méditation. La méditation est une attention incluant tout.Dans la méditation, le silence de l'esprit total aiguise votre être entier ; chaque cellule de l'être devient active. C'est pourquoi la totalité entrant en action et œuvrant avec le mouvement de la vie est un événement prodigieux.Quand l'esprit total devient silencieux, ce silence imprègne l'être entier. Savez-vous ce... [Lire la suite]
lundi 18 mars 2019

A UNE TÊTE DE MORT

  Mon frère, d'où, viens-tu ? Dans quel siècle? Comment ? Que contint le cerveau qui fut dans cette boîte ? L'Infini douloureux ? ou la pensée étroite Qui fait qu'on vit et meurt sans nul étonnement ? Chacun presque, ici-bas, suit naturellement, Sans rien voir au delà du cercle qu'il exploite, La route de l'instinct si commode et si droite, Et toi tu fus ainsi jusqu'au dernier moment. Oui! mais comme eux aussi, à l'heure solennelle, Ne sachant rien des cieux, ô frère tu partis Les yeux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 22 janvier 2019

LA VAGABONDE...Extrait

" Il y a des jours où la solitude, pour un être de mon âge, est un vin grisant qui vous saoule de liberté, et d'autres jours où c'est un tonique amer, et d'autres jours où c'est un poison qui vous jette la tête aux murs. Ce soir, je voudrais bien ne pas choisir. Je voudrais me contenter d'hésiter, et ne pas pouvoir dire si le frisson qui me prendra, en glissant entre mes draps froids, sera de peur ou d'aise."     .   COLETTE   .   Oeuvre Bato Dugarzhapov
Posté par emmila à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 28 novembre 2018

LAMBEAUX...Extraits

Un soir d'été, tu t'échappes en cachette avec une couverture sous le bras. Tu déplies ceĺle-ci au milieu du pré, t'étends sur le dos et passes la nuit à contempler ce ciel où frémissent des millions d'étoiles. Tu interroges, scrutes, demeures longtemps dans une stupeur émerveillée. Puis soudain, la foudroyante conscience que tu n'es rien. Qu'un être humain n'est rien. Que ta vie n'a pas plus d'importance que ces brins d'herbe pris entre tes doigts. Grelottante, déprimée, tu regagnes ton lit quand le jour se lève, te demandant si l'on... [Lire la suite]
vendredi 2 novembre 2018

POURQUOI LES MORTS...Extrait

Pourquoi les morts           toujours           nous devancent .           Pourquoi leur silence           comme un visage           nous blesse .           Pourquoi ne sont-ils plus séparés . Pourquoi les morts ... [Lire la suite]

mercredi 22 août 2018

VERDICT

A Pierre Bourgeois     On est comptable et de tout et de rien on est comptable irréversiblementirrévocablementde tous les mouvements divers de sa conscience Tout nous assailletout nous meurtritnous circonscrittout nous concernenous cernenous emprisonnenous désavouenous loue enfin pour mieux nous accusernous particularisetout se nourrit de notre défaillance En apparence à notre insuun oiseau médite sur son aile briséeet sur sa toile une araignée est tristeet sur le banc des accusésun innocent s’efforce en vain de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 5 juillet 2018

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Ta langue s'est perduedans les méandres de Babel ...Perdus le chant et la comptine et la voix de la mère Et tu cherches tes mots dans l'errance du vent,la cicatrice des larmessèche sur ton visage déserté Enchanteresse, elle l'étaitcomme toute langue d'enfance -- de châteaux en Espagneenchantée, et de sableaux yeux gris-vert --mer océane Te voilà sans mots, dans l'enclos semé de graines à vendre,de fleurs sages : où sont tes ailes ? tes injures ? tes griffes et tes crocs ? De ta langue sauvage,... [Lire la suite]
dimanche 1 juillet 2018

NE PAS FAIRE DE BRUIT...

Et puis, dans la perte et le désenchantement, la récupération de l’étonnement primordial. À «mieux» regarder, tout était déjà là dès le départ, bien avant les questionnements métaphysiques, les maîtres, les voyages, les livres. Que la Présence, sans mobilier. Dans la candeur consciente des ténèbres, la toute-puissance du mystère, la joie sans prétextes. De l’ivresse du jeu, du healing, où chaque endroit est espace, au petit siège du manège. Tous, mains et pieds attachés, le numéro est assigné… prends garde de ne pas faire de bruit… ... [Lire la suite]
lundi 11 juin 2018

PREMICES DU DESERT III...Extrait

Où vas-tu, toi qui dans le vent aride courspar une de ces rues sans saisonsderrière des murs lumineux de laquelleun pas qui vient à retentir excite les chienset éveille l’écho ? Vus de la maisond’où je te regarde, où le corps est vivant,mouvement et quiétude se défont.Je t’invoque pour la nuitqui vient et pour le sommeil ;toi qui souffres, toi seule peut me secourirdans ce passage aveugle du tempsvers le temps, dans cet âpre voyagede celui que je suis à celui que je serai,vivant une vie dans la vie,dormant un sommeil dans le... [Lire la suite]