vendredi 8 décembre 2017

UN GOÛT DE FRUIT MÛR...Extrait

Pensées vers Agnès  . Crois-tu que le bleu de l'encre couvrira les cris ? Crois-tu que l'encre couvrira le gris ?   C'est dire qui fait mal. C'est mettre en mots cette longue nécessité cette respiration hachée jamais apaisée.     C'est dire les angles morts les poussées   les passages de travers l'encore informe qui fait mal.     C'est crever les ombres éprouver les figures enfanter le chant supporter la lenteur du silence.     C'est s'abandonner à la... [Lire la suite]

mardi 14 novembre 2017

LA FIN SE LEVE

La fin se lève. Qui a parlé. Moi, un inconnu, un fantôme. Nous habitons une terre féroce où les « Droits de l’homme » sont au mieux notre misérable butin. Dans la mort qui monte, j’entends tourner les roues maléfiques qui broientvictimes et bourreaux, pêle-mêle.Le flanc percé d’une lance longue et fourbe, l’homme saigne.La lumière a rétréci dans notre regard jusqu’à épouser la dimension de la plus minuscule piécette d’argent.La fin se lève ?Mais  nous  n’avons  pas  encore  donné ... [Lire la suite]
dimanche 29 octobre 2017

LA DEMANDE

 Il est des heures où je demande :   Pourquoi la fragilité des choses la frilosité des êtres   Pourquoi éclore un corps jusque au bout d’un baiser     Pourquoi la transparence l’obscurité de certains langages       La demande a besoin de liberté Non pas d’oser, mais d’une liberté née du profond silence     Comme au bord d’un lac : un lieu où dire n’existe plus que dans le frémissement d’un reflet sur l’eau de nuit Seule la demande l’entend     ... [Lire la suite]
samedi 23 septembre 2017

LE CHANT DE LA TERRE

Dans la transparence du regard, le ciel s’accouple avec la terre ; les nuages sont des sources, les feuillages, des étoiles. Depuis longtemps l’Homme s’interroge sur le fluide et sur l’opaque ; sur ce qui coule et ce qui voile ; ce qui prodigue ; ce qui recèle. Le sang provient-il des océans ; et la peau, de la glaise ? Qu’y a-t-il en deçà du commencement ? Et par delà nous-mêmes, qu’y a-t-il d’autre, qui ne soit ni le tout ni le néant ? L’Homme, arc-bouté sur ses pensées, depuis toujours se nomme,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 3 septembre 2017

MES NUITS VEILLENT SUR MOI LE JOUR...

Mais qui es tu, intriguant et fidèle visiteur de mes nuits ? Dans la foule intense et pourtant invisible, ton bras entoure mon cou, ta main s'est arrêtée sur mon épaule je me suis laissée emmener sans essayer de voir à qui appartenait ce collier inattendu et rassurant. Dans un jardin de fleurs sans parfum, assise sur un banc je n'ose te regarder par crainte de te perdre . Derrière , un bruit d'eau , peut- être une fontaine ?  Le son de ta voix ne me parvient pas. Mais qui es-tu, toi que j'espère le soir en... [Lire la suite]
mercredi 12 juillet 2017

LIBRATIONS

Jusqu’où peut aller la danse, Dans le tumulte d’un tapis nocturne ? Qu’accompagne, au juste, Cette lumineuse euphorie ? Les mains, semblables à des fruits aveugles, A des fruits de questions, Froissent la page d’éther Qu’entretient le quiet phénix. Et la robe, de ses flammes, enveloppe La danse qui se lave à l’ivresse de l’éphémère. Tant que semblent durer Cette nuit, cette barque, Ce port, ce pont, ce phare, Je chanterai cette lune aux arabesques foetales.   .     © MOKHTAR EL AMRAOUI "Arpèges sur les ailes de... [Lire la suite]

dimanche 11 juin 2017

SI LA MUSIQUE DOIT MOURIR

 Si la musique doit mourir Si l’amour est l’œuvre de Satan Si ton corps est ta prison Si le fouet est ce que tu sais donner Si ton cœur est ta barbe Si ta vérité est un voile Si ton refrain est une balle   Comment peux-tu aimer le soleil dans ta tanière ?     Si ta terre est un champ de mine Si ton mûrier est une potence Si ta porte est un barrage Si ton lit est une tranchée Si ta maison est un cercueil Si ton fleuve coule de sang Si ta neige est un cimetière   Comment peux-tu aimer... [Lire la suite]
mercredi 31 mai 2017

ECCE HOMO...Extraits

J'ai vu l'homme.Je n'ai pas vu l'homme comme la mouette, vague au ventre, qui file rapide sur la mer indéfinie.J'ai vu l'homme à la torche faible, ployé, et qui cherchait ...Je n'ai pas entendu le chant de l'homme, le chant de la contemplation des mondes, le chant de la sphère, le chant de l'immensité, le chant de l'éternelle attente.Mais j'ai entendu son chant comme une dérision, comme un spasme....  C'était donc bien lui, lui, toujours l'homme, l'homme gonflé de soi, mais pourtant embarrassé et qui veut se parfaire et qui... [Lire la suite]
jeudi 9 mars 2017

LA BELLE SAISON

Je regarde d’ici les guerres fatiguées Les mots qui sont des mouches sur les vitres Prisonnières Le poids mort de la pesanteur sur la nuque et ce temps que l’on tue De peur De croiser son regard d’y voir le décompte A rebours et le va et vient qui finira Les mêmes boucles la même fin qui ramène le naufragé Toujours à la même vague quand le sol se dérobe Je pense à Diogène avec sa lampe qui cherchait un homme Quand j’écarte de mon chemin les humains en cherchant la lumière Pourquoi Est-il impossible d’être debout Sans retomber... [Lire la suite]
dimanche 19 février 2017

ON N'ECRIT PAS AVEC LES LARMES

Est-ce la pluie sur ma joue ou la sueur amère des jours passés à boire? Je ne suis ni gai ni triste, tout simplement poète. On n'écrit pas avec des larmes. On a beau faire les durs, le cœur saigne sous la carapace. Que deviendra l'enfance dans cet enfer moderne? Trop de barreaux remplacent la ligne d'horizon. Le matin vient trop tard pour réveiller le soleil. Les ombres sont partout et snipent l'infini. Je me sers des mots pour saluer la mer, la duvet des palombes et le vent dans les branches. Il faut bien que les mots dépassent le... [Lire la suite]