mercredi 19 novembre 2014

ARGILE

Argile pétrie de rêves durables De corps que l’eau départage Rêves de jade et de rosée Corps de souffles et de sang Quelle main hors de la mémoire Pétrissant l’un et puis l’autre Pétrissant le vide médian Où tout désir sera échange Qui est brisé sera comblé Qui est comblé sera tout autre Argile pétrie de corps durables De rêves dont les corps sont nés Rêves de souffles et de sang Corps de jade et de rosée   .   FRANCOIS CHENG   .    Oeuvre Paul Sieffert  
Posté par emmila à 20:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 2 juillet 2014

PRESENCE

Du bout de la nuit Tu viens te poser sur mon épaule Comme un oiseau élu par le petit matin Je deviens aussi vert que l’éclair Qui, tel un serment originel, Rougirait dans la bourrasque Aiguisant mon appétit de dialogue Et m’incitant à lâcher les soucis pour les rêves Le rire du phare jaillit alors des ténèbres immenses. Tu viens telle une voile Naviguant sur mes lèvres Je me déploie comme l’espace qui s’étale en toi Ton buste se répand sur le jour. Je suis ce vert ; ma ceinture est un pays Où les souhaits grisonnent Et les chants... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 6 juin 2014

EN FILIGRANE, L'ARDENNE...Extrait

Dans la grisaille nos îles, collines aux courbes masquées.   Qu'aurions-nous été sans orages ?   Nous rêvions de départs brusques de rires calcinés par le temps d'arbres trempés de pluie serrés comme des bateaux   Nous rêvions d'une épaule qui nous toucherait l'épaule du rejet de nos masques trop étroits ajustés    sur nos âmes nues à les broyer.   .   AGNES SCHNELL   .              
Posté par emmila à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 6 juin 2014

PHARES,BALISES & FEUX BREFS suivi de PERIPLES...Extrait

In memoriam Paul Vigroux, peintre   .   Enfant, berger de mes troupeaux de rêves, j'allais foulant la folle avoine sur les ardents plateaux déserts où règne la senteur enivrante des buis entre les épineux soleils des cardabelles dans le thrène du vent parmi les herbes rases vigiles des reliques sans âge au secret dans l'ombre ignorée des dalles tumulaires. J'allais à travers les cheveux d'ange escorté de chardonnerets éperdu indifférent aux lendemains.   .   FRÉDÉRIC JACQUES TEMPLE   . ... [Lire la suite]
dimanche 1 juin 2014

JULIO CORTAZAR

Pas de larmes si les plantes poussent sur ton balcon, pas de tristesse si de nouveau la course blonde des nuages t’est donnée pour preuve de l’immobilité, de cette permanence parmi tout ce qui fuit. Car le nuage sera ici, constant dans son inconstance, quand toi, quand moi – mais à quoi bon nommer la poussière et la cendre. Oui, nous nous abusions, croyant que passer dans le jour relevait de l’éphémère, l’eau qui glisse sur les feuilles jusqu’à se perdre dans le sol. N’a de durée que l’éphémère, cette plante idiote que ne connaît pas... [Lire la suite]
samedi 31 mai 2014

LA MAPPEMONDE

Enfant je rêvais d'une mappemonde j'enviais ceux de mes petits camarades qui faisaient tourner la terre dans leur chambre en voyageant assis sur leur chaise à travers les mers et les continents je n'en avais jamais parlé à personne c'était un voeu que je voulais garder secret pour ne pas rompre le charme du merveilleux je me voulais marin contrebandier aventurier j'imaginais des archipels à découvrir où je rencontrerais la femme de ma vie je savais que j'avais de vrais amis qui ne me connaissaient pas mais qui m'attendaient dans le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 12 avril 2014

LA MAIN OUVERTE...

Je vis en état de provisoire permanent. Un merci sur les lèvres, j'avance où l'ombre s'étend, tenant par la main mon cortège de mots. Je suis parfois chemins étroits de musiques empruntées, pour les besoins de penser comme d'autre ceux de regarder, en fumées, partir leurs rêves. Les miens, je les plante et les arrose, pour qu'ils me donnent fruits bien murs, au matin lent de mes fatigues obscures. Je ne suis pas funambule, non, je tombe et me répand sur les pages en désordre. Je ne suis pas funambule, je vis la main ouverte, c'est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 6 avril 2014

LE TEMOIGNAGE SILENCIEUX D'UN CROISEMENT

Nus de ce que nous sommes, nus de nos vides à tarir, nus de nos prières à découdre l’amertume de nos sacrifices et de nos renoncements. Nos merveilles sont dans l’exploit de nos rêves. Dans la grandeur et la magnificence de l’illusion qui bataille nos réels foudroyés d’abstinences.  La nudité c’est la rencontre. C’est le lieu privilégié où se recoud le monde. C’est la gloire des profondeurs au service des ailes d’anges. Il n’y a qu’ici, que nous pouvons caresser l’idée de la réconciliation. Il n’y a qu’ici, que nous savons être... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 28 décembre 2013

LILA BOUDJEMA

Tu dors encore près d'Elle vêtue de ta nuit elle est ton miel et toi son sommeil. Tu dors encore près d'Elle promenant tes rêves Elle est ta banquise et toi le palais glacial. Tu dors encore près d'Elle beauté souveraine elle est ton cœur impérissable et toi au milieu du bal sa grande capitale. Tu dors encore près d'Elle un vin de songes une vigne aux pieds nus Et dans ta bouche. Que sais-je encore ? tous ces papillons les ailes closes que sais-je encore ? de leurs corsages délicats de leurs sphinx volants. Depuis combien de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 27 décembre 2013

LES NOBLES VOYAGEURS

En hommage à OV. L de Milosz Chevaliers errants qui rêvent leurs vies et vivent leurs rêvesVagabonds solitaires de l’âme chemineaux anonymes de l’espritIls traversent le temps et l’espace sans repos ni trêvePour venir allumer des soleils noirs au cœur de la nuitAyant l’âge du sable de la mer et du vent du désertEmpruntant les vêtements du siècle où nous sommesLe pain des forts le feu et le sel leur sont offertsDans des haltes secrètes où s’aiment les hommesAlchimistes du Verbe et forgerons de l’âmeCe  sont des maîtres sans... [Lire la suite]