dimanche 1 septembre 2019

PLANETE TERRE: VIVRE OU MOURIR ? REFLEXIONS A PARTIR DE L'ÎLE DE CORSE

LE VILLAGE PREMIER EST L'ENTITE SUPERIEURE ... Le berceau des origines, nous le voyons ici en Corse avec beaucoup d'acuité, est constitué par le village premier.C'est avec lui que le dialogue intime est le plus fort, avec lui que nous ouvrons notre cœur sans restriction et de la manière qui nous convient.Le village est à la fois un ensemble de maisons, un ensemble de familles, et son pourtour naturel, accolé à la montagne. Cette montagne qui fait partie du village comme un confident tutélaire.Ce périmètre naturel et atavique qui est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 28 décembre 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

A ma mère, ma fille Vincia, mes petites-filles Mila, Emma, Loreleï . J’ai agrandi en moi les sillons du silencePour y planter profond les pousses de la joie ;Je ne contemple plus les arbres du dehors,Je les fais croître en moi dans le don désarmé ;Le poème creuse au loin ses racines de vie,Il me suffit d’un rien, d’être là, d’espérer ;Même si j’ai mal au vent, aux marées, aux sillages,Je cueille avec ferveur les bourgeons de l’année ;Demeurer sans compter élargit mes feuillages,Je veille avec le souffle la sève de l’été.   ... [Lire la suite]
samedi 13 octobre 2018

C'EST DANS L'ABSENCE VIVE

C’est dans l’absence viveQue s’oriente le Chant : Y aurait-il un rythmeAu secret du silence ? Ecrire est à douleurQuand le souffle se cherche : Mais si le cœur fatigueOù peupler ses saisons ? Tant que le monde vaNous sommes sans bagages : Y a-t-il un matinDevançant tous matins ? Peut-être le printemps Pourrait nous mettre au monde Si nous étions vraiment Accordés ici-même : Arbres-vie abreuvésAux racines du ciel !   .     JEAN LAVOUEwww.enfancedesarbres.com     .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 10 octobre 2018

LA REDEMPTION DES PEUPLES...Extrait

Un enterrement à Calvi Sur la place de l'église balayée par un vent violent, des dizaines de personnes venues de tout endroit de Corse et en particulier de Castagniccia attendaient le malheureux. J'étais à deux pas du cercueil et devant moi le prêtre officiait face à la foule. Que disait-il? Après avoir parlé du défunt, il lui promettait ou il espérait pour lui une vie dans l'au-delà.J'étais atterré, angoissé par cet enfermement. Moi qui savais et qui devais encore me taire, supporter encore une fois le vieux supplice de l'égarement... [Lire la suite]
lundi 10 septembre 2018

NOTES SUR LA MELODIE DES CHOSES...Extrait

Que ce soit le chant d´une lampe ou bien la voix de la tempête, que ce soit le souffle du soir ou le gémissement de la mer, qui t´environne — toujours veille derrière toi une ample mélodie, tissée de mille voix, dans laquelle ton solo n´a sa place que de temps à autre. Savoir à quel moment c´est à toi d’attaquer, voilà le secret de ta solitude : tout comme l’art du vrai commerce c´est : de la hauteur des mots se laisser choir dans la mélodie une et commune.     Nous sommes en avant tout à fait comme cela. De... [Lire la suite]
lundi 20 août 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Ce temps de métissage et de chansons mêlées,Ce temps de tisserands et de vies accordées,Ce temps que nous appelons sur nous-mêmesComme une supplique du fond de nos détresses, Comment nous sera-t-il donnéTandis que nous allonsSi loin de nos récits perdus,De nos chants disparus,De nos sources oubliées ? Comment nous sera-t-il arbre de vieSi nous ne visitons nos racines,Si nous n'étendons pas nos branches aux frontières,Si nous ne nous approchons pas avec tendresseDe ceux qui glissent inexorablement vers... [Lire la suite]

lundi 13 août 2018

TERRES DE MEMOIRE...Extrait

Les ajoncs, la pierraille au sursis de l'hiver, Haute ruine aux lambeaux de songe, Tous les siècles de l'obscur dans le vent, La vallée, le grand pays familier et désert. Le couple né de ces granits, de ces racines, Et moi qui porte au fond des mots, au fond du sang Je ne sais quel appel, je ne sais quel écho De ce passage de serfs et de guerriers, De vagabonds, de paysans et de rois, D'enfances tenaces et terrifiées, L'effrayante ou miraculeuse saveur D'une lézarde entre deux... [Lire la suite]
samedi 21 juillet 2018

A MON PAYS RETROUVE

Je reviens en septembre, le mois de ma naissance, dans un camion presqu’animal, et la phrase sourde du moteur comme une berceuse de l’enfance conte l’histoire d’un homme et de son sac de sable. Mon pays est plus vaste que mon bagage. Le ciel encombré d’un nuage géant et le dos basculant de la terre que je vois respirent comme un bœuf à l’énorme poitrail. C’est un matin enluminé de fermes blanches et d’arbres aux feuilles filantes comme mes pensées, et depuis l’appel du premier corbeau piquant du bec et de l’âme le reste... [Lire la suite]
mercredi 27 juin 2018

RAVIR : LES LIEUX...

D’ici bouge la lumière. Regarde le vide lourd sur l’épaule éparpillé parmi les fenêtres.   Cherche ce que tu appelles, l’impossible mosaïque silencieuse du voyage et la lampe qu’on dirait brûlée par le temps. Regarde seulement la pièce où résonne ta vie. L’ombre jamais vue visible maintenant, dans les yeux du soir.   Entre toutes terres, le centre, la maison plus au centre, le jardin : sillons que tu racles, bêche de l’âme tirant vers toi le soleil les eaux de pluies sur les pétales à peine apparus. Au cœur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
dimanche 24 juin 2018

GEOFFREY ORYEMA...LAND OF ANAKA

.