mercredi 8 août 2018

RAPHAËL GLUCKSMANN...Extrait

Ce que notre indifférence face à la mort des migrants en Méditerranée et la peur du "grand remplacement" disent de ce que nous sommes devenus... La France, son identité, sa culture, son histoire, ses modes de vie, sa langue ne peuvent être menacés par l'accueil de 50 000 réfugiés par an. Ou 100 000. Ou même 200 000. À quel point faut-il douter de son pays et de soi-même pour être gagnés par l'angoisse ou "l'insécurité culturelle" face aux 0,1% ou 0,2% (ou même 0.8% pour reprendre les chiffres les plus farfelus) de migrants... [Lire la suite]

dimanche 7 janvier 2018

ON M'APPELLE " SANS-PAPIERS

On m’appelle sans papiersPourtant j’avais pris soin de me munir de feuilles vertesComme une offrande à la forêt lointaineMais la forêt grondait comme une jungleJ’avais pris soin de me plier dans les coinsDe n’habiter nulle partEt de courtiser les trottoirsDe bien tendre la main aux guichetsDe me fondre dans la nuit du métroMalgré toutOn m’appelle sans papiersConnaissez-vous la minorité visible d’un sans papiersCela ressemble à l’invisibleAux contrôlesAux refoulésJe vis ma vie de rats dans les égouts du malheurJ’habite au fond de... [Lire la suite]
vendredi 12 mai 2017

MOI...NOUS

Moi n'existe pas si le nous est absent La racine du racisme c'est la négation de soi-même, renier un alter ego de l'espèce humaine est un rejet de l'humanité, ne peut s'affirmer être humain un vivant qui se réclame d'une identité autre qu'humaine. Le rejet de son semblable est le propre de l'inculture, la grande dérive de ce monde est le monopole des cultures, la culture d'un peuple est un air commun à chaque humain, ça circule, s'il n'est pas respiré, l'étouffement est assuré.   .   KAMEL YAHIAOUI     . ... [Lire la suite]
dimanche 5 juin 2016

DANS LES VOIX DU POEME

Dans les voix du poème, le silence des pauvresVoix des brumesAu pieds des feuxSur la merL'âme des marins mortsAile de vague douceChant lointain des eaux vivesLever de lune sous un ciel d'orVaisseau fantômeHommes de flammesRire des enfants d'AlepAux chars abandonnésHoules et ventsRéinventent les grisPour des nuages qui dansentTable de roses et de lumièresPétales embarquésRêve d'un soir floutéTremblant de deviner le chant du mondeVoix des chimèresVoix réfractaire voix solaireVoix blanche voix caverneuseDire des maux simplesDes mots pour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
vendredi 7 décembre 2012

MOI AUSSI / I TOO

Moi aussi, je chante l'Amérique. Je suis le frère à la peau sombre. Ils m'envoient manger à la cuisine Quand vient du monde. Mais je ris, Et je mange bien, Et je prends des forces. Demain, Je serai à la table Quand viendra du monde. Personne, Alors, N'osera me dire "Va manger à la cuisine". De plus, Ils verront comme je suis beau Et ils auront honte — Moi aussi, je suis l'Amérique. . , too, sing America. I am the darker brother. They send me to eat in the kitchen When company comes, But I laugh, ... [Lire la suite]
dimanche 19 août 2012

SANS FRONTIERES FIXES...Extrait

«Voilà ce qu'ils disent: l'anémone est plus intelligente que la rose le sable est plus beau que le chat et la pierre a toujours été supérieure au potiron   Ils reprochent au noir d'être plus noir que le blanc comme on reprocherait au feu d'être plus chaud que la neige et au miel d'être plus sucré que la vague   Et s'ils ont peur de leur ombre c'est qu'ils se doutent un peu que haïr l'étranger c'est avoir peur de soi». . JEAN-PIERRE SIMEON . Oeuvre Frédéric Leighton      
Posté par emmila à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 3 janvier 2010

A LA MEMOIRE DE...

Poème à la mémoire de Brahim Bouarram, jeune Marocain jeté et noyé dans la Seine, le 1er mai 1995, par un groupe de skinheads. .   Mère, ma superbe mon imprudente Toi qui t'apprêtes à me mettre au monde De grâce, ne me donne pas de nom Car les tueurs sont à l'affût Mère, fais que ma peau soit d'une couleur neutre Les tueurs sont à l'affût Mère, ne parle pas devant moi Je risque d'apprendre ta langue et les tueurs sont à l'affût Mère, cache-toi quand tu pries laisse-moi à l'écart de ta foi Les tueurs... [Lire la suite]
samedi 12 juillet 2008

POUR SARAH, RACHIDA, LEILA

  (pour une Juive, une Palestinienne, une Afghane)     Mes yeux s’allument et t’admirent Ils veillent Parce que les hommes ont condamné tout ce qui naît de ta chair Parce que l’humanité à ton âme fervente s’est brûlée   Et moi qui marche parmi la foule Embrigadé dans l’histoire Sommé de suivre le jeu du monde Persécuté et banni Maudit en raison de mes origines Méprisé à cause de ma couleur Voici que j’élève en mon cœur, pour ton avenir, Des feux d’actions de grâce   Que devient ton visage... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,