lundi 25 juillet 2022

BALLADE DU SILENCE CRAINTIF

Ici, quand le vent meurt, les mots défaillent. Et le moulin ne parle plus. Et les arbres ne parlent plus. Et les chevaux ne parlent plus. Et les brebis ne parlent plus. Se tait le fleuve. Se tait le ciel. Se tait l’oiseau. Et se tait le perroquet vert. Et, là-haut, se tait le soleil. Se tait la grive. Se tapit le caïman. Se tait l’iguane. Et se tait le serpent. Et, en bas, se tait l’ombre. Se tait tout le marais. Se tait tout le vallon. Et se tait même la colombe qui au... [Lire la suite]

mardi 17 avril 2012

LA JOLIS-PIEDS-NUS-DES-CHEMINS

  La Jolis-pieds-nus-des-chemins, l'ensorceleuse de rainettes, endormie sous un olivier.   Petite rose des osiers, hier, au matin, je suis partie, et le crapaud noir, celui dont un diamant brille sur le front, n'a voulu sauter avec moi.   Petit jasmin des romarins, l'après-midi je suis partie voir le crapaud noir, celui dont un diamant brille sur le front... N'a voulu sauter avec moi.   Petite anémone des blés, hier, à la nuit, je suis partie, et le crapaud noir, celui dont un diamant brille sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 30 mai 2011

A LAS BRIGADES INTERNACIONALES

Venís desde muy lejos... Mas esta lejanía,   ¿ qué es para vuestra sangre, que canta sin fronteras?  La necesaria muerte os nombra cada día,  no importa en qué ciudades, campos o carreteras.   De este país, del otro, del grande, del pequeño,  del que apenas si al mapa da un color devaído,  con las mismas raíces que tiene un mismo sueño,   sencillamente anónimos y hablando habéis venido.   No conocéis siquiera el color de los muros  que vuestro infranqueable compromiso... [Lire la suite]
lundi 30 mai 2011

AUX BRIGADES INTERNATIONALES

Vous êtes venus de très loin... Pourtant, cette distance   Qu’est-elle pour votre sang, qui chante sans frontières ? Nécessaire, la mort chaque jour vous appelle.    De ce pays, de l’autre, du grand, du petit,  De celui dont on devine à peine le ton pâle sur la carte,    Avec les racines communes d’un rêve commun,  Anonymes — rien d’autre — en parlant vous êtes venus.  Vous ne connaissez même pas la couleur de ces murs  Que votre parole donnée, infranchissable, fortifie. Ce sol... [Lire la suite]
dimanche 5 avril 2009

SOBRE LOS ANGELES

También antes,mucho antes de la rebelíon de las sombras,de que al mundo cayeran plumas incendiadasy un pájaro pudiera ser muerto por un lirio.Antes, antes que tú me preguntarasel numero y el sitio de mi cuerpo.Mucho antes del cuerpo.En la época del alma.Cuando tú abriste en la frende sin corona, del cielo,la primera dinastía del sueño.Cuando tú, al mirarme en la nada,Inventaste la primera palabra.Entonces, nuestro encuentro.RAFAEL  ALBERTI .
Posté par emmila à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 30 novembre 2008

A LA PINTURA...Extrait

A ti, lino en el campo. A ti, extendida superficie, a los ojos, en espera. A ti, imaginación, helor u hoguera, diseño fiel o llama desceñida. A ti, línea impensada o concebida. A ti, pincel heroico, roca o cera, obediente al estilo o la manera, dócil a la medida o desmedida. A ti, forma; color, sonoro empeño porque la vida ya volumen hable, sombra entre luz, luz entre sol, oscura. A ti, fingida realidad del sueño. A ti, materia plástica palpable. A ti, mano, pintor de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 27 août 2008

TERCER RECUERDO

           ... detrás del abanico de plumas de oro...                     G.A. Bécquer .   Aún los valses del cielo no habían desposado al jazmín y la nieve, ni los aires pensado en la posible música de tus cabellos, ni decretado el rey que la violeta se enterrara en un libro. No. Era la era en que la golondrina viajaba sin nuestras iniciales en el pico. En que las campanillas y las enredaderas morían sin balcones que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 21 juin 2007

RÊVE DE MARIN

Moi, le matelot, là, sur mon rivage   Posé sur un blanc et dur fleuve offrant   Son bras à certaine mer andalouse       Je me vois en rêve à bord d’un navire   Je suis amiral et je fends les flots   Sous le feu solaire et la lune froide       Les glaces du sud ! Les îles polaires   De septentrion ! Blancheur printanière   Nue sous les glaciers et transie de froid       Corps de roche et cœur de cristal fragile !   L’été... [Lire la suite]
Posté par emmila à 05:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,