vendredi 22 janvier 2010

LETTRES A UN JEUNE POETE...Extrait

" La volupté de la chair est une des choses de la vie des sens au même titre que le regard pur, que la pure saveur d'un beau fruit sur notre langue, elle est une expérience sans limites qui nous est donnée, une connaissance de tout l'univers, la connaissance même dans sa plénitude et sa splendeur. Le mal n'est pas dans cette expérience, mais en ceci que le plus grand nombre en mésusent, proprement la galvaudent. Elle n'est pour eux qu'un excitant, une distraction dans les moments fatigués de la vie, et non une concentration de leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 16 juin 2009

NOTES SUR LA MELODIE DES CHOSES

Je ne peux imaginer plus voluptueux savoir que celui-là :il faut se faire commençantsQuelqu'un qui écrit le premier mot derrière unpoint de suspensionlong de plusieurs siècles. . . . RAINER MARIA  RILKE . . .
Posté par emmila à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 23 avril 2009

HUITIEME ELEGIE DE DUINO

  De tous ses yeux la créature voit l’Ouvert.  Seuls nos yeux sont comme retournés et posés autour d’elle tels des pièges pour encercler sa libre issue.   Ce qui est au-dehors nous ne le connaissons que par les yeux de l’animal.  Car dès l’enfance on nous retourne et nous contraint à voir l’envers, les apparences, non l’ouvert, qui dans la vue de l’animal est si profond.  Libre de mort.   Nous qui ne voyons qu’elle, alors que l’animal libre est toujours au-delà de sa fin : il va vers Dieu ; et quand... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 16 avril 2009

LETTRES A UN JEUNE POETE...Extrait

.
Posté par emmila à 08:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 27 septembre 2008

POEMES FRANCAIS...Extrait

Qui te dit que tout disparaisse ? De l'oiseau que tu blesses, Qui sait s'il ne reste le vol ? Et peut-être les fleurs des caresses Survivent à nous, de leur sol. Ce n'est pas le geste qui dure, Mais il nous revêt de l'armure D'or, des flancs aux genoux, Et tant la bataille fut pure, Un ange la porte après nous. . . . RAINER  MARIA   RILKE . . . Oeuvre Joan Miro
Posté par emmila à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 25 octobre 2007

LE SUBLIME EST UN DEPART

    Le sublime est un départ. Quelque chose de nous qui au lieu de nous suivre, prend son écart et s'habitue aux cieux. La rencontre extrême de l'art que nous jetons nous-mêmes vers nous ! Et la musique: ce dernier regard n'est-ce point l'adieu le plus doux ? .       Rainer Maria Rilke " Vergers " .          
Posté par emmila à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,