lundi 16 mai 2016

POESIE ET REALITE...Extrait

La poésie est une tentative risquée et visionnaire d’accéder à un espace qui a toujours préoccupé et angoissé l’homme : l’espace de l’impossible, qui parfois semble aussi l’espace de l’indicible. J’ai toujours pensé la poésie comme la plus éminente manifestation de cette histoire occulte des hommes et de la correspondance ineffable avec la réalité qui s’y révèle, au delà du gonflement du simple temps linéaire, au delà des formules et des systèmes qui codifient la connaissance, la prière, le regard, le geste, le lieu, l’amour, le... [Lire la suite]

vendredi 6 mai 2016

JACQUES GAMBLIN AU PARLEMENT DES ECRIVAINS

Merci Joss    
Posté par emmila à 14:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 20 avril 2016

EN PAYS DE VERTIGE...Extrait

... Ne parle pas. Ne parle pas. Ne parle pas. L'air va fleurir. C'est un bouquet triste Vite fané. Sois prêt, le mur va s'ouvrir Et tu verras le versant de l'autre monde.   Chacun s'en va selon son rythme Avec un air de danse dans la tête, La réalité dans les bras. Chacun est Heureux, chacun est triste des mêmes choses.   La route est pleine de chansons inouïes Et le cœur de fleurs saccagées. . . . JEAN MALRIEU . .   . Photographie Thami Benkirane benkiranet.aminus3.com/  
Posté par emmila à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 10 avril 2016

LA NUIT AU SOLEIL...Extrait

Peut-on jamais sortir des signes ( et du sens )En sortir absolumentPour entrer dans l'absolue réalité sans signe ?Qui " on " ?La poésie ne nous fait jamais mieuxsignequ'en nous aveuglantabsolument.Nous que l'absolue réalité sans signerend muets,tout,dans une seconde vue, nous fait signe ;toutnous renvoie au sensqui n'a de sensqu'à l'intérieur du sens :sans signeen noussans nom.Les yeux ne sont faits pour ne voir,les oreilles pour n'entendrerien d'absolu.   . MICHEL CAMUS .     Oeuvre Philippe Le Ferrand ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 11 juillet 2015

CELEBRATIONS

Nous n'en finissons pas de naître au cœur d'une gerbe d'appels De rive en rive retentissent ces détonations de nous-mêmes Des mots effervescents pétillent dans les poitrines Une aube d'aile et d'infini se lève sur la partition grande ouverte Corps à corps Du fond de notre solitude Nous n'en finirons pas d'émerger A même la chair des mondes Contre ces parasites qui brouillent le Chant de la vie à sa source Contre ce qui nous sépare de nous-mêmes Depuis que s'est sabordé le grand orchestre animal Depuis que nous ne sommes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 20 mai 2014

DEFENSE DU POETE

Non, Messieurs, il ne porte pas des cheveux de quarante centimètres, ni le pli nostalgique au coin de la bouche. Il ne participe pas d'une planète invisible et monstrueuse mais de la vôtre ; et, s'il pose ses pieds sur la terre, il la sent, le poète. Oui, le Poète que vous honorez d'une majuscule et d'un sourire complaisant, n'est pas plus hors du temps et du lieu que vous hors des principes pantouflards. Vous souriez toujours. Votre conception bourgeoise, votre vision hermétique du monde n'admettront jamais qu'il puisse, le Poète... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 15 mars 2013

UN RÊVE

 Ce qui ne nous tue pas Nous rend plus fort A dit Friedrich Nietzsche Ce qui se cache Sous la maladie N’est que l’advenir de la santé Ce savoir-vivre Qui est au-delà De toute souffrance Car au-delà de toute souffrance Car au-delà de toute représentation De la souffrance Ça le détient Je peux faire de presque tout Une métaphore À commencer par l’idée que je me fais du monde Dans les choses lointaines Comme l’est le cosmos Dans les choses proches Comme l’est tout ce qui m’entoure Mais la métaphore N’est pas le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 3 mai 2011

UN SI LONG PARCOURS....Extrait

(....) Nous cherchons ce lieu de vertige où les rumeurs de la vie s’irisent de lumière,ce lieu de nulle part, oiseau fulgurant et avide, étrange et mauve, aux ailes déployées versl’absence et le rêve.Chasseurs entêtés de l’ailleurs, nous flottons, îles de solitude au-dessus desgrands fonds où grouillent tant de présences que le regard évite.Ici, le monde est plein. Le monde craque, éclate, pourrit. Le monde étincelle etjaillit. Ici.Le silence nous lance le cri des fontaines. Ici. Nous ne l’entendons pas,insensés que nous sommes,... [Lire la suite]
dimanche 3 avril 2011

PAUVRETE ET PRIVILEGES

« La réalité pure ne se dérobe pas à qui la rencontre pour l’estimer et non pour l’insulter ou la faire prisonnière. Là est l’unique condition que nous ne sommes pas toujours assez purs pour remplir. » . RENE CHAR . Oeuvre Tarcsay Bela
Posté par emmila à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 4 janvier 2011

LE MYTHE DE SISYPHE...Extrait

La création […] est le bouleversant témoignage de la seule dignité de l’homme: la révolte tenace contre sa condition, la persévérance dans un effort tenu pour stérile. Elle demande un effort quotidien, la maîtrise de soi, l’appréciation exacte des limites du vrai, la mesure et la force. Elle constitue une ascèse. Tout cela “pour rien”, pour répéter et piétiner. Mais peut-être la grande œuvre d’art a moins d’importance en elle-même que dans l’épreuve qu’elle exige d’un homme et l’occasion qu’elle lui fournit de surmonter... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,