mardi 27 août 2013

BERNARD PERROY

Tout murmure  lentement  et nulle armure…  Pour seule protection,  comme ces palissades de bois  piqués dans les dunes,  l’enclos du coeur…   Il couve un tout petit morceau de chaud,  un refuge permanent,  la seule lampe qui vaille,  même s’il nous faut  la débusquer d’aventure,  nous armer de patience,  nous rendre à l’évidence,  et la trouver soudain  vibrante,  palpitante,  sous le fatras peuplé  de nos cendres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 4 mai 2013

JE CHERCHE UN LIEU

Je cherche un lieu pour le repos de la couleur. Peut-être : un toit couvert d’ardoise en charge de la nuit qui veille et qui l’imprègne, en profondeur. Le bleu, de l’intérieur, y sommeille et consent.   .   PIERRE ALAIN TÂCHE   .     Oeuvre Maria Dolores Cano    
Posté par emmila à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 20 décembre 2012

PAS ENVIE DE GRANDIR

Pas envie de grandir maman Me laisse pas partir jouer à être grande Quitter mon univers Laisser vieillir mon coeur Mon âme rieuse à l'abandon Pas envie de grandir maman Ranger mes rêves au fond du tiroir Déguiser mes pensées naïves Si démasquée je suis On se moquera de moi Pas envie de grandir maman là-bas il fait si sombre noir Il y à l'adulte vent pire Mangeur d'espoir Assoiffé de mes désirs d'enfants Voler ma réalité Pas envie de grandir maman Apprendre à faire semblant Devenir cet autre pré-fabriqué Aspirer ces âme sensibles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 20 mai 2012

PATRICK CHEMIN

La cabane dans les arbres. Parfois la vie semble si lourde et nous sommes infiniment myopes. Peu voyants. Il faudrait pouvoir se retirer. Voir de plus haut nos petites vies. Parfois le marais. Parfois la rumeur. Et la solitude végétale des villes. Et la solitude minérale qui fait couler son encre au bout du fil. Alors oui parfois il faudrait pouvoir se retirer. Au-dessus des nuages. Dans les branches musiciennes du vent. Voir de plus haut le destin illisible. Et le prévisible dans la fragilité de l’argile. Alors oui ce soir nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 7 juin 2010

CE LIEU QUE LES PIERRES REGARDENT...Extrait

Il est en nous un lieu qui ne peut être touché où personne ne viendra où seule la douleur peut parler. .   JEAN-LOUIS  GIOVANNONI .
Posté par emmila à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 1 juin 2010

LA MAISON DE LA VIE

... Je cherchais le réel Hors la fuite des heures        Les lieux du mirage Mais ce fut le cercle        Instable du présent Qui livrait le monde        Ce fruit de l'air Il suffisait de se retourner        Et de regarder comme dans un berceau Le vide ourlé du temps        De se pencher sur la blancheur Et de croire aux couleurs        A la mer réelle des marées A ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 28 mars 2009

DOUTE

ma maison dans le fond du jardin chancellej'avais mis des pierres de mots et de couleurs avec des joints de chants d'oiseaux souris et lézards y logeaient fallait-il la barder de certitudes ? je n'en ai pas trouvéesj'ouvre la porte le chèvrefeuille s'est endormi sur un tapis de mousse les pommes ont roulé sous les armoires et la rose a perdu ses pétales - les murs vont de guingois  la chouette est partie par un trou dans le toit - sur le coin du buffet un paquet de promesses enrubanné de bleu - le chant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,