vendredi 30 septembre 2016

REGARD

Ton regard couleur de fleuve Est l'eau docile et qui change Avec le jour qu'elle abreuve. Petit matin, Robe d'ange Un pan du manteau céleste Sous tes cils, entre les rives S'est pris. Coule, coule eau vive. La nuit part, mais l'amour reste Et ma main sent battre un cœur. L'aube a voulu parer nos corps de sa candeur. Fête-Dieu. Le désir matinal a repris nos corps nus Pour sculpter une chair que nous avions cru lasse. Sur les fleuves au loin déjà les bateaux passent. Nos peaux après l'amour ont l'odeur du pain chaud. Si... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

vendredi 2 septembre 2016

FRANCOIS CHENG

En pensant à ma petite Emma O. . " Ce sentier qu’une nuit                Nous avons parcouruTu le prolongeras                Enfant de mon regardPar-delà la forêt                Dort peut-être un étangOu une plage errante               ... [Lire la suite]
lundi 15 août 2016

MATIERE DE LUMIERE ...Extrait

Effleuré par l'oiseau de l'instant Le jardin rentre dans son ordre présent Dans la lumière grise Les couleurs viennent du rose de son cri Le tapis que l'ombre tisse Dans l'éclaircie soudaine Est pour le regard une partition connue La fraîcheur sur la joue gauche Le main droite étendue tout est peut-être retrouvable Et nous sommes des statues familières Sous les doigts légers du lieu   .   HEATHER DOHOLLAU   .
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 3 août 2016

COURBE DU TEMPS ...Extrait

quand le regard devient regardla main s'arrête un peucomme pour écouterla lumière à quatre heuresest l'or déclinant d'un fruitle ciel plus pur encoreque celui de l'enfance cachéedans le vert tremblement des poiressous l'arbre s'incline une têteselon la courbe de sa vievivre vivre blessure lente comme neige   .   JACQUES ANCET   . Yann Simon Photographies    
Posté par emmila à 21:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
jeudi 7 juillet 2016

VIVRE DANS LE FEU, CONFESSIONS

« Même chose qu'avec la mer : solitude, solitude, solitude.Les livres m'ont plus apporté que les gens. Le souvenir d'une personne pâlit toujours devant le souvenir d'un livre, - je ne parle pas des souvenirs d'enfance, non, que des souvenirs d'adulte !J'ai mentalement tout vécu, tout saisi. Mon imagination court toujours devant. J'ouvre les fleurs encore en bouton, effleure de manière grossière les choses les plus tendres et je le fais sans le vouloir, je ne peux pas ne pas le faire ! Donc, je ne peux pas être heureuse ? "M'oublier"... [Lire la suite]
jeudi 30 juin 2016

RAINER MARIA RILKE

Ô mes amis, vous tous, je ne renie aucun de vous ; ni même ce passant qui n’était de l’inconcevable vie qu’un doux regard ouvert et hésitant. Combien de fois un être, malgré lui, arrête de son œil ou de son geste l’imperceptible fuite d’autrui, en lui rendant un instant manifeste. Les inconnus. Ils ont leur large part à notre sort que chaque jour complète. Précise bien, ô inconnue discrète, mon cœur distrait, en levant ton regard.   .   RAINER MARIA RILKE   .       Photographie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 11 juin 2016

LETTRE A LA FEMME AIMEE AU SUJET DE LA MORT

Je veux te dire cette sorte de secretqu’on ne lit qu’en soi loinderrière les paupières ferméeslongtemps après que sur le cercueilse sont reformés les liens du jour   tes morts ne sont qu’à toitoi seule sais leur nom véritablecelui qu’on n’écrit pas aux registresparce qu’il n’est signe dans nulle langue humaineet qu’il n’est pas d’oreilles pour la voix qui le dittoi seule les vois tes mortshors leur visage de cendreset les vois sans faillir dans l’absence mêmetoi seule l’ombre plus claire dans l’ombreoù leur regard paraîtet... [Lire la suite]
lundi 25 avril 2016

ABDELWAHAB MEDDEB

... « le monde est un tissu d'épiphanies toute chose visible porte en elle les traces de l'Invisible voir c'est déchiffrer pour interpréter l'esprit fouille ce que l'oeil reçoit il perçoit plus que l'offre du regard toute face tout paysage est enveloppé d'un halo où grouillent les atomes au-delà des sens et ces atomes emplissent le champ au-dedans de traits et des rides et des tics qui animent les visages comme à la surface des mers à la furtive levée du sable » ... .   ABDELWAHAB MEDDEB   .   Photographie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 31 décembre 2015

LES VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

« Ô dernier feu de l’année ! Le dernier, le plus beau ! Ta pivoine rose, échevelée, emplit l’âtre d’une gerbe incessamment refleurie. Inclinons-nous vers lui, tendons-lui nos mains que sa lueur traverse et ensanglante… Il n’y a pas, dans notre jardin, une fleur plus belle que lui, un arbre plus compliqué, une herbe plus mobile, une liane aussi traîtresse, aussi impérieuse ! Restons ici, choyons ce dieu changeant qui fait danser un sourire en tes yeux mélancoliques… Tout à l’heure, quand je quitterai ma robe, tu me verras toute rose,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 18 novembre 2015

HERITAGE DE LA STUPEUR ...Extrait

Il faut quelqu'un pour mourir. Et quelqu'un pour regarder mourir. Une fleur, un vase. Un baiser, une bouche. Un regard pour celui qui part, un regard pour celui qui veille. Ce don des larmes retenues, ce mouvement secret des sources au centre des pupilles, inachevé jusqu'à la mort et longtemps après, tissé du premier au dernier souffle entre la mère et l'enfant, laisse fléchir le monde doucement dans sa sagesse. Il s'agenouille devant le dieu de celui qui part. De celui qui s'éloigne sans se retourner. Sans revenir sur ses pas. Même... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,