vendredi 19 juillet 2013

L'ORAGE

  voir je veux vous voir – voir vous voir là assise sur le banc voir votre rire et toutes vos dents les lèvres roses si rosées la voix qui va dedans sous la langue qui fait des pas de géant voir le cou tendre à vos épaules la peau humide au tissu léger de votre robe entre ouverte deviner la courbe de vos cuisses sur le paradis de minuit attendre la goutte la goutte de pluie – pluie paradis- vous me dites - sur la bretelle de votre soutien gorge qui glisse danse timide fluide jusqu’à vous reins féérique de la démesure des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 5 juin 2013

LEURS YEUX TOUJOURS PURS

Jours de lenteur, jours de pluie, Jours de miroirs brisés et d’aiguilles perdues Jours de paupières closes à l’horizon des mers, D’heures toutes semblables, jours de captivité. Mon esprit qui brillait encore sur les feuilles Et les fleurs, mon esprit est nu comme l’amour, L’aurore qu’il oublie lui fait baisser la tête Et contempler son corps obéissant et vain. Pourtant, j’ai vu les plus beaux yeux du monde, Dieux d’argent qui tenaient des saphirs dans leurs mains, De véritables dieux, des oiseaux dans la terre Et dans l’eau, je les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 24 mai 2013

LE MIROIR EBLOUI...Extrait

Un miroir, voilà ce que nous sommes, lorsque nous prêtons une attention passionnée et émerveillée aux œuvres des arts créateurs.   Les formes, les couleurs et les sons qui nous fascinent ont produit sur nous un effet de choc, comparable à celui que rencontrent nos yeux lorsqu’ils sont éblouis par une lumière intense.   En pénétrant par effraction dans notre conscience, ils ont agi sur nous comme le soleil regardé trop longtemps : un vertige du regard qui nous dérange et qui nous comble en même temps.   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 11 mai 2013

SERGE VENTURINI

Réapprendre à aller voir, ce que nous ne savons plus regarder, ce que nous ne savons plus VOIR, - que nous ne voyons même plus. Vivifier l'or de l'enfance nue dans le regard, dévêtir la vision de tous ses oripeaux. Lors de cette mise à nu, le transvisible apparaît dans tous ses éclats. Et c'est alors que nous franchissons le pont de la vision, vers les pentes de la rêverie. Même si la transparence de l'invisible n'est jamais atteinte, mais seulement approchée, il demeure essentiel de désagrafer l’œil du conformisme, cet immobilisme... [Lire la suite]
dimanche 17 mars 2013

LA GARE VIERGE

Tu cherches des yeux qui reportent le temps Des yeux qui ont touché le temps Des yeux qui remisent la crise Des yeux dans l’heure glauque qui avancent vers nous L’aube dort sur la gare difficile Ma gare est sans départ… La solitude est une vitre Est-ce que des anges vont sur ce rempart ? - Tu me regardes, ô vie, je te regarde - Et à nouveau je sais un peu le temps Qui se reporte et nous regarde Le jour et la maison plus souples Et la mer à côté qui attend Je sais aussi le pointillé des larmes de la pluie Qui visitent ma vitre Un ange... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 24 février 2013

DIXIEME POESIE VERTICALE...Extrait

Calquer l’infini  sur la vitre de la fenêtre,  comme on calque une branche ou une plume,  avec le papier de soie de notre fugacité.    Calquer ensuite une branche ou une plume  sur cette même vitre,  comme on calque l’infini,  avec le papier de soie de nos yeux grands ouverts.    superposer ensuite les deux calques  jusqu’à ce que tous deux coïncident parfaitement.    Si nous continuions à calquer,   sur la même vitre, de nos yeux grands ouverts,  peut-être... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 31 janvier 2012

VERT PARADIS....Extrait II

Dans l'eau des yeux, dort tout au fond, la salamandre du désir. Dans l'eau des yeux luit la flamme unique de chacun. Ses reflets viennent éclairer le miroir profond. C'est là que chacun vient chercher l'autre, sa propre vérité, ce qu'il est, ce qu'il pense, ce qu'il veut. C'est là que le regard de chacun vient se prendre comme une mouche dans la toile d'araignée. Les chaînes de l'amour sont des fils de lumière. Leur soie est plus rigide que le fer. C'est un jeu de miroirs qui se renvoient sans fin leur lumière. Et chacun se délecte de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 5 octobre 2011

BLANC SUR BLANC IX

Traverser le matin jusqu'à la feuille des peupliers être frère d'une étoile, ou son fils, ou peut-être père un jour d'une autre lumière de soie,   ignorer les eaux de mon nom, les secrètes noces du regard, les chardons et les lèvres de la soif, ne pas savoir comment   on finit par mourir d'être une telle hésitation, un si grand désir d'être flamme, de brûler ainsi d'étoile en étoile,   jusqu'à la fin. . . . . . EUGENIO DE ANDRADE . . . . .
dimanche 4 septembre 2011

NULLE CHAIR VAINE...

Un seul regard reprend tous les regards Un seul mot libère tous les échos Un seul geste rompt l’unique fièvre Un seul geste rouvre toutes les veines Nul sang n’est perdu nulle chair vaine . FRANCOIS CHENG . Oeuvre Camille Claudel    
Posté par emmila à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 4 mai 2011

POEMES DE PROSE...Extrait

Rendez-moi les lauriers, et aussi les ormeaux ; rendez-moi l’ombre verte du matin, rendez-moi l’eau humble qui riait dans l’ombre tamisée de soleil. Rendez-moi le silence de la terre. Et le souffle invisible du printemps. L’églantier, avant qu’il ne se cache derrière ses épines. Quand il se perd dans les buissons d’avril.Rendez-moi le silence des oiseaux et l’attente patiente du serpent. Et encore l’eau perdue dans ses miroirs, où venaient se recueillir les abeilles.Pour le jardin secret, dans le jardin sacré, nichée muette au fil des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,