lundi 6 juin 2022

CHANT GENERAL...Extrait

Il m'est arrivé souvent de renaître. Je naissais du fond d'étoiles vaincues. Je reconstruisais le fil des éternités. Mes mains les peuplaient. Et maintenant je vais mourir, je n'ai rien, que la terre sur mon corps, destiné à être terre. Je n'ai pas acheté le lopin de ciel que vendaient les prêtres, et j'ai repoussé les ténèbres que manufacturaient les métaphysiciens pour l'oisiveté des puissants. Je veux dans la mort être avec les pauvres auxquels ne fut donné le temps de l'étudier lorsque les coups pleuvaient sur... [Lire la suite]

vendredi 27 mai 2022

L'ALCOOL DES VENTS...Extrait

... Je rends grâce aux frontières que l’on passe en clandestin,premiers pas hors de la cour, vélo volé pour la prime aventure.A cet autre côté où l’on renaît de se savoir un peu perdu,tellement livré à l’audace et au possible,et déjà redevable au coin de rue, au chemin creux conquis,à la fiévreuse angoisse qui a réveillé les odeurs et les bruits,d’être vivant.Terriblement. ... . . . . . MICHEL BAGLIN . . . . Artiste ??? 
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 13 octobre 2021

LA PAROLE ERRANTE...Extrait

“Faut-il faire de chaque homme qui bat des ailes un perdant de l’histoire ? L’histoire n’est elle qu’un tombeau ou entasser les rêves de l’homme et de ses mots ?” . . . Le Foyle et le Pô et la Kolyma et l’Èbre et le Hoango Les fleuves qui écrivent l’histoire des terres et les fleuves, qui n’ont pas trouvé de terre pour en écrire l’Histoire saluent tes milliers de points cardinaux. Occitanie À la confluence de toutes les Garonne dont tu inventes et réinventes le cours venu des... [Lire la suite]
dimanche 26 septembre 2021

LUC-OLIVIER D'ALGANGE...Extrait

"Le monde entier donné ou le monde entier perdu, le Graal ou l'avilissement, le conte ou les décomptes, - s'il y a des nuances infinies en tout, elles n'ôtent rien, bien au contraire, à la souveraine simplicité des êtres et des choses ni à la façon dont nous les refusons ou les accueillons. Aux uns le recours aux forêts ou au grand large, aux autres, les "réalistes", les apparences du bon droit en fallacieuse toge prétexte à leurs vilénies. Nous en sommes là. Raison de plus pour tout recommencer, ou, plus exactement, pour tout... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 8 août 2021

SOUS LA PORTE DU MONDE

Merci à Nade Nade   .   Je glisse un mot d'amour Sous la porte du monde Avec la fureur furtive du rêveur L'exigence invisible de la paix Il se peut que jamais personne n'ouvre cette porte Mais j'aurai donné un peu de mon temps Et nous aurons donné un peu de lumière de nos vies Pour restreindre l'obscurité La pierre enrichie de la violence Avec l'espoir peut être qu'un jour Qu'un nouveau monde reste à naître... . . . . . . PATRICK CHEMIN . . . . .
Posté par emmila à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 19 avril 2021

L'IVRE DES SABLES...Extrait

Il est des femmes là-bas il est des femmes ici au pied de l'Atlas ou sur les cimes du Rif terres fécondes lumières des déserts magiques elles sont par millions torturées invisibles violées voilées . il est des lieux là-bas il est des lieux ici elles renaîtront dans la nuit ou dans un jour juste elles laveront leurs beaux visages dans les sources claires pour des lendemains lucides et jetteront loin le fardeau des peines opaques le sein coulera de lait au parfum de thym corps ressucités par des baisers apaisés ... [Lire la suite]

mercredi 22 janvier 2020

LE BOIS D'EPAVE

Il y a des lieux qui nous mènent ailleurs, un arrêt sur image, une page arrachée, une tache blême sur un mur où il y avait un cadre, le sillage d’un bateau, les murs d’un village, une ornière de boue, le sourire d’une plage, la fadeur d’une fadaise, la hauteur d’une falaise, un mot d’auteur. Mon chant est trop petit pour les oreilles du monde. Mes pieds boitent comme un verbe éclopé qui se conjugue mal. Le même paysage accroche les regards. Chacun le voit à sa façon. Je n’ai rien demandé, mais le malheur rôde autour de moi. J’ai... [Lire la suite]
jeudi 9 janvier 2020

MARTIN LUTHER KING

Les Indiens ont dit : " Un jour, dans le futur, les animaux commenceront à disparaître. Les gens ne verront plus de loups, plus d'ours ni d'aigles. Les arbres géants disparaîtront eux aussi. Les gens se battront les uns contre les autres et ne s'aimeront plus. Le magnifique arc-en-ciel s'effacera peu à peu, et les gens n'en verront plus jamais d'autres. Et puis les enfants viendront. Et ces enfants aimeront les animaux, et ils feront revenir les animaux. Ils aimeront les arbres, et feront revenir les arbres géants. Et ces enfants... [Lire la suite]
mardi 19 novembre 2019

UNE TRES LEGERE OSCILLATION, JOURNAL 2014-2017...Extrait

"Les arbres nous enseignent une forme de pudeur et de savoir-vivre. Ils poussent vers la lumière en prenant soin de s'éviter, de ne pas se toucher, et leurs frondaisons se découpent dans le ciel sans jamais pénétrer dans la frondaison voisine. Les arbres, en somme, sont très bien élevés, ils tiennent leurs distances. Ils sont généreux aussi. La forêt est un organisme total, composé de milliers d'individus. Chacun est appelé à naître, à vivre, à mourir, à se décomposer - à assurer aux générations suivantes un terreau de croissance... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 30 décembre 2018

LE SOUFFLE ET LA SEVE...Extrait - HOMMAGE A UN AMI DISPARU EN 2018...BRUNO ODILE

  Ce matin, la vitalité de la beauté me communique son désir d’élévation. Feuilles d’automne tombées dans le miroir des saisons, je vous aime fringantes et craquantes lorsque le pas du marcheur vous écrase. La rosée toute nue s’adosse aux premières lueurs du jour et le mur sur lequel je m’appuie se repeint à la clarté des ombres traînantes. L’esthétisme a le goût des rencontres. Pour lui, la solitude n’est pas un lieu privilégié, au contraire elle s’accapare l’objet même du beau pour le couvrir de toutes nos zizanies... [Lire la suite]