vendredi 10 octobre 2008

RENE CHAR

Dans le tissu du poème doit se retrouver un nombre égal de tunnels dérobés, de chambres d'harmonie, en même temps que d'éléments futurs, de havres au soleil, de pistes captieuses et d'existants s'entr'appelant. Le poète est le passeur de tout cela qui forme un ordre...Et un ordre insurgé. . RENE  CHAR .
Posté par emmila à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 21 septembre 2008

LETTERA AMOROSA

Amants qui n’êtes qu’à vous-mêmes, aux rues, aux bois et à la poésie ; couple aux prises avec tout le risque, dans l’absence, dans le retour, mais aussi dans le temps brutal ; dans ce poème il n’est question que de vous.(bandeau accompagnant la 1ère édition, 1953) Je ne puis être et ne veux vivre que dans l'espace et dans la liberté de mon amour. Nous ne sommes pas ensemble le produit d'une capitulation, ni le motif d'une servitude plus déprimante encore. Aussi menons-nous malicieusement l'un contre l'autre une gérilla... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 30 juillet 2008

RENE CHAR

(...) Je voudrais me glisser dans une forêt où les plantes se refermeraient et s’étreindraient derrière nous, forêt nombre de fois centenaire, mais elle reste à semer. C’est un chagrin d’avoir, dans sa courte vie, passé à côté du feu avec des mains de pêcheur d’éponges. « Deux étincelles, tes aïeules », raille l’alto du temps, sans compassion.L’automne ! Le parc compte ses arbres bien distincts. Celui-ci est roux traditionnellement ; cet autre, fermant le chemin, est une bouillie d’épines. Le rouge-gorge est arrivé, le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,