mercredi 5 septembre 2012

DANS LE PARC DES NEVONS

Dans le parc des NévonsCeinturé de prairiesUn ruisseau sans talus,Un enfant sans amiNuancent leur tristesseEt vivent mieux ainsi Dans le parc des NévonsUn rebelle s’est jointAu ruisseau, à l’enfant,A leur mirage enfin. Dans le parc des NévonsMortel serait l’étéSans la voix d’un grillonQui, par instant se tait. . RENE CHAR .    
Posté par emmila à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 1 août 2012

LES APPARITIONS DEDAIGNEES

"Les civilisations sont des graisses. L'Histoire échoue, Dieu faute de Dieu n'enjambe plus nos murs soupçonneux, l'homme feule à l'oreille de l'homme, le Temps se fourvoie, la fission est en cours. Quoi encore?   La science ne peut fournir à l'homme dévasté qu'un phare aveugle, une arme de détresse, des outils sans légende. Au plus dément : le sifflet des manœuvres."   Ceux qui ont installé l'éternel compensateur, comme finalité triomphale du temporel, n'étaient que des geôliers de passage. Ils n'avaient... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 1 août 2012

ENCART

Les routes qui ne promettent pas le pays de leur destination sont les routes aimées. La générosité est une proie facile. Rien n’est plus attaqué, plus confondu, diffamé qu’elle. Générosité qui crée nos bourreaux futurs, des rêves écrits à la craie, mais aussi la chaleur qui une fois reçoit et, deux fois donne. Il n’y a plus de peuple-trésor, mais, de proche en proche, le savoir-vivre infini de l’éclair pour les survivants de ce peuple. La pluie, école de croissance, rapetisse la vitre par où nous l’observons. Nous demandons à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 1 août 2012

GRIFFE

Marcheur voûté, le ciel s'essouffle vite; Médiateur, il n'est pas entendu; Moi je le peins bleu sur bleu, or sur noir. Ce ciel est un cartable d'écolier Taché de mûres. . RENE CHAR .  
Posté par emmila à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 26 juillet 2012

LE NU PERDU...Extrait

  Les pierres se serrèrent dans le rempart et les hommes vécurent de la mousse des pierres. La pleine nuit portait fusil et les femmes n’accouchaient plus. L’ignominie avait l’aspect d’un verre d’eau.    Je me suis uni au courage de quelques êtres, j’ai vécu violemment, sans vieillir, mon mystère au milieu d’eux, j’ai frissonné de l’existence de tous les autres, comme une barque incontinente au-dessus des fonds cloisonnés. . RENE CHAR . Oeuvre Alain Thomas    
Posté par emmila à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 10 avril 2012

LA LIBERTE

 Elle est venue par cette ligne blanche pouvant tout aussi bien signifier l'issue de l'aube que le bougeoir du crépuscule.      Elle passa les grèves machinales, elle passa les cimes éventrées. Prenaient fin la renonciation à visage de lâche, la sainteté du mensonge, l'alcool du bourreau.      Son verbe ne fut pas un aveugle bélier mais la toile où s'inscrivit    mon souffle. D'un pas à ne se mal guider que derrière l'absence, elle est venue, cygne  sur la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 5 avril 2012

LETTERA AMOROSA...Extrait

"Cet hivernage de la pensée occupée d'un seul être que l'absence s'efforce de placer à mi-longueur du factice et du surnaturel. Ce n'est pas simple de rester hissé sur la vague du courage quand on suit du regard quelque oiseau volant au déclin du jour." . RENE CHAR . Oeuvre Fernand Toussaint
Posté par emmila à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 19 mars 2012

FUREUR ET MYSTERE...Extrait

Ma renarde, pose ta tête sur mes genoux. Je ne suis pas heureux et pourtant tu suffis. Bougeoir ou météore, il n'est plus de cœur gros ni d'avenir sur terre. Les marches du crépuscule révèlent ton murmure, gîte de menthe et de romarin, confidence échangée entre les rousseurs de l'automne et ta robe légère. Tu est l'âme de la montagne aux flancs profonds, aux roches tues derrière les lèvres d'argile. Que les ailes de ton nez frémissent. Que ta main ferme le sentier et rapproche le rideau des arbres. Ma renarde, en présence des deux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 27 février 2012

FENETRES DORMANTES ET PORTES SUR LE TOIT...Extrait

La poésie ose dire dans la modestie ce qu'aucune autre voix n'ose confier au sanguinaire Temps. Elle porte aussi secours à l'instinct en perdition. Dans ce mouvement, il advient qu'un mot évidé se retourne dans le vent de la parole . RENE CHAR . Oeuvre Paul Gauguin
Posté par emmila à 16:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 22 février 2012

RENE CHAR

Ùn emu di più puteri à pisà nant'à i dicisioni di a noscia vita ch'e n' emu nant'à i nosci sonnia à traver'à l'arriposu. Appena di più. Rialità guasgi senza scelta, assaltanti, assaltata, è chì spussata si poni, po' si drizza, si dici fruttu di chaos è di primura offertu à a noscia pindenza. Caravana diletta. Cussì si và. Impruvisu ci chjappa l'ordini di susta è u segnu di trincà. Hè l'opara. Comu turrà à a trammula di u suffiu a dissangunata indiscrivibuli ? Quistioni vana, ancu s'e un tal ascindenti t'essi avutu a so ora 'n i... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,