vendredi 12 août 2011

CHANTS DE LA BALANDRANE...Extrait

  Ne vient pas trop tôt, amour, va encore ;L'arbre n'a tremblé que sa vie ;Les feuilles d' avril sont déchiquetées par le vent. La terre apaise sa surfaceEt referme ses gouffresAmour nu, te voici, fruit de l'ouragan !Je rêvais de toi décousant l'écorce. . RENE CHAR . Oeuvre Henri-Charles Manguin    
Posté par emmila à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 17 juillet 2011

POSSESSIONS EXTERIEURES

Parmi tout ce qui s'écrit hors de notre attention, l'infini du ciel, avec ses défis, son roulement, ses mots innombrables, n'est qu'une phrase un peu plus longue, un peu plus haletante que les autres. Nous la lisons en chemin, par fragments, avec des yeux usés ou naissants, et donnons à son sens ce qui nous semble irrésolu et en suspens dans notre  propre signification. Ainsi trouvons-nous la nuit différente, hors de sa chair et de la nôtre, enfin solidairement endormie et rayonnante de nos rêves. Ceux-ci s'attendent, se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 30 juin 2011

LA SEULE LIBERTE...

La seule liberté, le seul état de liberté que j’ai éprouvé sans réserve, c’est dans la poésie que je l’ai atteint, dans mes larmes et dans l’éclat de quelques êtres venus à moi de trois lointains, celui de l’amour me multipliant. . RENE CHAR . Oeuvre Zao Wou-ki
Posté par emmila à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 8 juin 2011

LES VOISINAGES DE VAN GOGH...EXTRAIT

Pression des chances sur les blés. La neige ne fond pas gaiement, Évasive enfant descendue de l'air, Lorsque les nuages cantonnent .   Qu'une vitre héberge son souffle Comme le veulent les amants !   Ah ! que nette est leur aventure Qui passe pour durer mille ans Mais peut se conter sans mémoire A l'aube riante du sang.   Il n'est que d'aimer pour le croire . Sous un musical soleil gris, Te lançons un caillou, salut ! Torrent, le plus jouisseur des ruisseaux.   Sève et froidure emblavent un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 6 juin 2011

GISANT DEBOUT ( Portrait de René Char)

Il est plus grand que son corps d’homme sous la terre.   Lié à la souffrance et au partage, au trèfle en feu des lèvres traversées, il écarta le rêve pour l’action et le pain qui sort du four.   S’il fut l’obscur, ce fut avec éclat. Pythie peut-être ! mais d’abord un paysan du cosmos, dont l’unique abandon fut à la fermeté.   La canicule l’abreuvait. Si le bâton l’égarait quelquefois, la plénitude signifiait sa générosité.   Le lire, c’est l’aimer ; l’aimer, c’est le relire non plus en aveugle... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 20 mai 2011

EL NUDO NEGRO

Me repito, Belleza, lo que ya sé, Belleza tiznada de excrementos, hecha trizas. Eres mi enamorada, soy tu suspirante. El pan que cocemos en las noches acogedoras, cual rey anciano se adelanta los dos brazos abiertos.   Vámonos por todas partes, con la risa en las manos, nunca separados. Cesta con picos tuertos, ofrecemos tus recursos. Tenemos del martillo la lengua aventurera. Somos creyentes Para caminos muleros.   Cuanto menos se dobla la claridad, más se ahueca la caña bajo los dedos presentidos. .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 20 mai 2011

LE CHANT DE LA BALANDRANE...Extrait

Je me redis, Beauté, ce que je sais déjà, Beauté mâchurée d’excréments, de brisures. Tu es mon amoureuse, je suis ton désirant. Le pain que nous cuisons dans les nuits avenantes, tel un vieux roi s’avance en ouvrant ses deux bras.   Allons de toutes parts. Le rire dans nos mains, jamais isolément. Corbeille aux coins tortus, nous offrons tes ressources. Nous avons du marteau la langue aventureuse. Nous sommes des croyants pour chemins muletiers.     Moins la clarté se courbe plus le roseau se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 17 mai 2011

IMPRESSIONS ANCIENNES...Extrait

Nous nous sommes imaginés, en 1945, que l'esprit totalitaire avait perdu, avec le nazisme, sa terreur, ses poisons souterrains et ses fours définitifs. Mais ses excréments sont enfouis dans l'inconscient fertile des hommes. Une espèce d'indifférence colossale à l'égard de la reconnaissance des autres et de leur expression vivante, parallèlement à nous, nous informe qu'il n'y a plus de principes généraux et de morale héréditaires. Un mouvement failli l'a emporté. On vivra en improvisant à ras de son prochain. La faim devenue soif, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 9 mai 2011

ELOGE D'UNE SOUPCONNEE...Extrait

Soupçonnons que la poésie soit une situation entre les alliages de la vie, l'approche de la douleur, l'élection exhortée, et le baisement en ce moment même. Elle ne se séparerait de son vrai coeur que si le plein découvrait sa fatalité, le combat commencerait alors entre le vide et la communion. Dans ce monde transposé, il nous resterait à faire le court éloge d'une soupçonnée, la seule qui garde force de mots jusqu'aux bords des larmes . RENE CHAR .
Posté par emmila à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 6 mai 2011

A PROPOS DE JOË BOUSQUET

Cher Jean Paulhan, Joë Bousquet a été pour moi, à un tournant difficile de ma vie le prompt et pur compagnon secourable. Il reste celui qui sut toujours entre deux êtres tenir propre la vitre. Je l'aimais bien. Penser à lui fait se pencher sur le perpétuel la fleur qui a le cœur majeur, toujours si étrangement cachée. . RENE CHAR .
Posté par emmila à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,