mardi 13 février 2018

HELENE OU LE REGNE VEGETAL...Extrait

  Tu étais la présence enfantine des rêves.Tes blanches mains venaient s'épanouir sur mon front Parfois dans la mansarde où je vivais alorsUne aile brusquement refermait la lumière. J'appelais, je disais que vienne enfin la grande,La belle, la toujours désirable et comblée. Et j'allais regarder souvent à la fenêtreComme si le bonheur devait entrer par là Ce fut par un matin semblable à tous les autres.Le soleil agitait ses brins de mimosa Des peuplades d'argent descendaient la rivière.Les enfants avaient mis des bouquets... [Lire la suite]

mercredi 30 août 2017

LA VIE ENTIERE...Extrait

"Devant le jour épais qui s'avance à pas lents  Devant l'horrible face à face  O coeur ouvert à tous les vents  Et jusque dans ces bras qui cherchent le courant  Hier demain et à présent    Il n'y a rien de nouveau  Sous le soleil de ma poitrine  C'est toujours la même tendresse qui chemine  Le même filet bleu qui baigne mes poumons  Toujours ma chair à l'abandon    Plus haut la tête claire  O mon front riverain du ciel et de la terre  Prunelles... [Lire la suite]
mardi 30 mai 2017

LA VIE RÊVEE...Extrait

Tu peux bien m'enfermer Dans la neige et les fleurs, Me défendre d'aimer Une saison nouvelle. Je regarde le ciel Et je te porte en moi. Tu sauves les vergers. Ton rire mieux qu'une aile Apprivoise en passant Une étoile égarée. Les lièvres les oiseaux Boivent dans tes prunelles. Tu es toute la vie, La glaise et le feuillage. Si j'écarte le vent Je trouve ton visage Dormant comme un ruisseau Plein de frai lumineux Ta main va se poser Sur ma plus haute branche. Tu plantes des bleuets Tout autour de mes yeux. L'océan accompagne Au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 22 mai 2017

LES SECRETS DE L'ECRITURE

Je n’écris pas pour quelques-uns retirés sous la lampe Ni pour les habitués d’une cité lacustre Pour l’écolier attentif à son cœur Non plus pour cet enfant paresseux qui sommeille Entre mes bras depuis cent ans Mais pour cet homme qui dépassé par l’orage N’entend pas la rumeur terrestre de son sang Ni l’herbe le flatter doucement au visage J’écris pour divulguer ce qui vient des saisons La neige pure ainsi qu’une main féminine Et le pollen éparpillé sur les gazons Aussi l’agneau qui fait le calme des montagnes J’écris pour dépasser la... [Lire la suite]
lundi 19 septembre 2016

LETTRE A DES AMIS PERDUS

Merci Agnès..   Vous étiez là je vous tenais Comme un miroir entre mes mains La vague et le soleil de juin Ont englouti votre visage Chaque jour je vous ai écrit Je vous ai fait porter mes pages Par des ramiers par des enfants Mais aucun d’eux n’est revenu Je continue à vous écrire Tout le mois d’août s’est bien passé Malgré les obus et les roses Et j’ai traduit diverses choses En langue bleue que vous savez Maintenant j’ai peur de l’automne Et des soirées d’hiver sans vous Viendrez-vous pas au rendez-vous Que cet ami perdu... [Lire la suite]
dimanche 8 mai 2016

JE T'ATTENDAIS AINSI...

Je t’attendais ainsi qu’on attend les naviresDans les années de sécheresse quand le bléNe monte pas plus haut qu’une oreille dans l’herbeQui écoute apeurée la grande voix du tempsJe t’attendais et tous les quais toutes les routesOnt retenti du pas brûlant qui s’en allaitVers toi que je portais déjà sur mes épaulesComme une douce pluie qui ne sèche jamaisTu ne remuais encore que par quelques paupièresQuelques pattes d’oiseaux dans les vitres geléesJe ne voyais en toi que cette solitudeQui posait ses deux mains de feuille sur mon couEt... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 26 août 2015

POEME A ALAIN GERBAULT

Tu n'es pas fait de la même glaise que nousC'est un autre torrent qui brise tes genouxDe quel monde inconnu tiens-tu ces belles hanchesCes colombes de sel qui nichent dans tes branchesTon pas n'a pas franchi le seuil de nos prisonsTu ignores le gel et le nom des saisonsEt tes bras sont peuplés de voyageurs étrangesO toi dont la peau sent le soleil et l'orangeQui trace ton sillon dans le sable des mersConnaîtras-tu jamais nos sourires amersNos épaules fanées, ces poitrines fragilesEt les relents d'acier qui ternissent nos îlesTu... [Lire la suite]
mercredi 19 novembre 2014

LES VISAGES DE LA SOLITUDE

Il existe un pays semblable à ma mémoireOù l'approche d'un pas fait un doux bruit de clefsOn se sent le besoin de poser les genouxEt d'aller à genoux vers cette forme humaineQui respire et qui bat sans qu'on sache comment-Car saura t-on jamais quelle main voyageuseFait chanter tristement le coeur hanté du boisAfin que cette nuit un homme se demandeLa raison de ce chant qui monte jusqu'à lui.Aussitôt que j'entends s'épouvanter ton aileLourde porte du temps qui m'aura vu passerAlors que jeune encor je croyais en des routesDouces à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 21 juin 2014

COMME UN OISEAU DANS LA TÊTE...Extrait

Sur le clavier du ciel où chantent les étoilesLancé sur le trapèze impossible des voilesDans la sciure des blés habitée des perdrixGagnant le toit la tonte épaisse de la nuitTout le jour en danger mais retrouvant des ailesPour dépasser le monde obscur la citadelleEst-ce mon ombre ou la lumière sous la pluieJe ne sais qui je suis prisonnier de ces routesAvec mon sang qui coule à a mer goutte à goutteAvec ces larges plaies aussitôt pardonnéesEt mon coeur de plein vent ma grange abandonnéeJe vais. J'ai rendez-vous sur les plateaux sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 21 juin 2014

RENE GUY CADOU

Je crois en toiVisage parmi les pierres veinées de soieLe plus seul avec son courageLe plus près de la terreSous sa taie de soleilTu glisses avec les algues de douceurEntre les rameaux blancs les mainsL'humus découvert des saisonsTu portes sur le front le tatouage des tempêtesLes stigmates du fleuveDerrière toi il y a tout un passé qui s'ouvreUne enfance incertaineDes pas inachevésLe meilleur de toi-même que tu croyais perdu   . RENE GUY CADOU .