dimanche 10 janvier 2010

L'ETREINTE DU MONDE...Extrait

Ma table est mise et mes convives sont en retard.      Ont-ils oublié mon invitation, perdu mon adresse en cours de route?  Quel mal a-t-il pu leur arriver?      Depuis des heures, j'attends, « mon oreille suspendue à la porte ».  Je ne sais pas combien seront mes convives, s'ils porteront des habits d'hiver ou d'été, en quelle langue ils lanceront leur salut en entrant.      Ma table est mise.  J'attendrai le temps qu'il faut et qu'il ne faut pas.  Et si j'étais victime... [Lire la suite]

vendredi 6 mars 2009

QUAND LA MORT CESSE DE FAIRE PEUR

Un autre espace pour l’amourcette voixcette écriturece corpscontre glissements                victoires et brisuresInstant de vide  la langue n’est pas seule à travaillerle blanc aussi parleLe corps         dans ses espaces         ses brasiers             est apte à            se dévoiler             ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 20 février 2009

SALAM SUR GAZA

Dans les bras de la lumièreEt la beauté du mondeEn dépit du plomb durciA la barbe des sanguinairesCes flocons de neigePour apaiser la terreDu feu qui lui brûle les lèvresPourquoi aimez-vous tant les cendresQuand la braise nourrit mon cœurTendre dans les cours des rivièresPourquoi détruisez-vous mon limonRéduit en poussièreLe soleil vous fait-il peurDe voir votre propre ombre .   TAHAR  BEKRI .     Oeuvre David Decamp
Posté par emmila à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 17 février 2009

IMPROMPTU

Nous étions en paix comme nos montagnes                                    Vous êtes venus comme des vents fous.                      Nous avons fait front comme nos montagnes                               Vous avez hurlé comme les vents fous.  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 29 décembre 2008

TRIBULATIONS D'UN RÊVEUR ATTITRE

Ce n'est pas une affaire d'épaulesni de bicepsque le fardeau du mondeCeux qui viennent à le portersont souvent les plus frêlesEux aussi sont sujets à la peurau douteau découragementet en arrivent parfois à maudirel'Idée ou le Rêve splendidesqui les ont exposésau feu de la géhenneMais s'ils plientils ne rompent paset quand par malheur fréquenton les coupe et mutileces roseaux humainssavent que leurs corps lardéspar la traîtrisedeviendront autant de flûtesque des bergers de l'éveil emboucherontpour capteret convoyer jusqu'aux étoilesla... [Lire la suite]
mercredi 30 janvier 2008

ENTRE MORIR Y NO MORIR ...Quilapayún Historicos

. El poeta entra a contar su condición y predilecciones/Entre morir y no morirme decidí por la guitarray en esta intensa profesiónmi corazón no tiene tregua,porque donde menos me esperanyo llegaré con mi equipajea cosechar el primer vinoen los sombreros del Otoño.Entraré si cierran la puertay si me reciben me voy,no soy de aquellos navegantesque se extravían en el hielo:yo me acomodo como el viento,con las hojas más amarillas,con los capítulos caídosde los ojos de las estatuasy si en alguna parte descansoes en la propia... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,