jeudi 4 août 2022

RETOUR AU FOYER

Aux artisans du premier Festival mondial des arts nègres Léopold Sédar SenghorAlioune Diop . . . Cinq siècles de voyages et d’enrichissement  de mort et de résurrection . Cinq siècles pour veiller aux croisées du monde  à toutes les gestations de l’univers. Homme du Saint-Esprit,  j’ai, dans tous les dialectes, prié les dieux lares des continents sans jamais oublier d’avoir été grand prêtre dans le temps messager de la bonne nouvelle tisserand qui liait le ciel et la... [Lire la suite]

samedi 26 mars 2022

RETOUR A CARGESE...

  D'abord il y a eu les virages, mon corps pétri et immobile les a reconnus un à un, et je les ai comptés ainsi, jusqu'au dernier. Puis j'ai senti le soleil qui traversait le bois de mon tout dernier lit, et les embruns discrets colorés de turquoises,de verts et de bleus remonter des rochers comme pour me toucher. J'ai senti les effluves toutes particulières de nos eucalyptus, à m'en tourner la tête . Ils étaient dans la peine, et pourtant j'ai souri, j'ai souri de me savoir tout près... Enfin vint le village, chaque ruelle... [Lire la suite]
jeudi 18 novembre 2021

LA VIE SECRETE...Extrait

On ramasse éclats et feux.On range les douleurs, encore plus loin,oui, bien profond.Le corps retrouve sa mouvance, retisse ses ailes,perd son extase.Le cri n’effleure plus la bouche.Grande est sa nostalgie.Et l’être a de nouveau un nom.Il subsiste malgré l’absence de ciel,il va, son souvenir est nu.   Tu redescends. Plus bas la vie.Plus bas ma sœur.Dessin de la pensée, trace du cœur, cendre, plaie et béance, cicatrice chaude, peau douce, montagnes et vallées, mer qui déferle, fruits de ma terre, paradis,c’est là que je reviens.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 15 novembre 2021

ETERNEL RETOUR

  « Cette vie est ta vie éternelle, car tout est éternel retour. » Ces parcelles de monde, ce délire tangible, ces troublantes énigmes bruissant au fond des choses , tous ces petits hasards cruels ou bienveillants, entrent dans tes desseins & deviennent ton monde.   Quand tu deviens celui qui sait que tout devient, qui sait qu'est seulement ce qui toujours revient,   la feuille, la brindille, l’épeire, le peut être, le pouls sensible... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 22 mars 2020

ANGEL BONOMINI

... Nous serons de retour chaque foisjusqu’à tarir l’être que nous sommesafin que, de pure vie,nous puissions gagner le sensde nos naissances répétées   ... .     ANGEL BONOMINI     .       Photographie Gaëlle de Trescadec
jeudi 16 janvier 2020

JUIN ET LES MECREANTES ...Extrait II

J'ai retenu la viePour que dure l'instant sous le poids des mémoiresj'ai retenu la nuitplus doucement qu'une main de femmeplus longuement sans oubliercontre des murs vivantssur un étroit chemin utile comme un arbrePour que le don de Mort recouvre les eaux sûresJ’ai retenu la merloin des cathédrales dont elle se glorifieloin de ces araignées qui tissent encore des vagues pour attirer la plageet des rochers tordus où s’en ira la viej'ai retenu la viej'ai retenu la merPour que reste le cri des oiseaux de l'orageceux qui n'ont plus rien... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 4 novembre 2018

MAIS AVEC TANT D’OUBLI

  Mais avec tant d'oubli comment faire une rose, Avec tant de départs comment faire un retour? Mille oiseaux qui s'enfuient n'en font un qui se pose Et tant d'obscurité simule mal le jour.   Ecoutez, rapprochez-moi cette pauvre joue, Sans crainte libérez l'aile de votre coeur Et que dans l'ombre enfin notre mémoire joue, Nous redonnant le monde aux actives couleurs.   Le chêne redevient l'arbre et les ombres, plaine, Et voici donc ce lac sous nos yeux agrandis? Que jusqu'à l'horizon la terre se souvienne ... [Lire la suite]
vendredi 28 septembre 2018

CONTRE-JOUR

  Revenir    pieds nus dans les traces trop larges comme si on rentrait chez soi.   Glisser sur le sol se laisser écorcher par les échardes de la mémoire et rendre grâce à la source à la leçon de l’humus à l’éclatement végétal.   Il faut murmurer d’une voix profonde les rêves éteints la cendre lavée de tout l’ocre humain. Il faut dire à voix froissée ce qui hurle en soi avant de se taire.   Dire les chemins tortueux dans la terre lasse de nos migrations. Dire aussi l’adagio... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
lundi 21 août 2017

HEURE D'EXIL

Je te dédie cet espace librement consenti je te dédie ce retour ce vol contre vents et nuages contre la montre vers cette terre naufragée dans mon âme Je te dédie cette lumière cette musique et les mille frôlements de nos corps Je te dédie ce voyage recommencé à tes côtés cet éternel retour où je t'ai retrouvée Je te dédie ta silhouette par mes yeux envoûtée l'unique mémoire de quarante ans d'attente Je te dédie cette inoubliable volonté de lutte cet espoir regreffé à ta voix à ta tendresse à notre angoisse Je te dédie la... [Lire la suite]
lundi 19 décembre 2016

LE SEUL PAYS QUI VEUT BIEN DE MOI

Je retourne au pays des sources avant les noces du chêne, avant l’enfance, avant la nuit. Il y a, sur le bord du chemin de sable, la trace et la trame de toutes les années passées. Et parfois dans le ciel, les étoiles glacées portent un visage, une voix et le manuscrit d’une vie. Je retourne au pays des fées, je vais dormir dans la forêt du milieu avec le petit peuple des légendes. Où vont les années qui passent : dans quel grenier ? Dans quelle mémoire ? Dans quel doux oubli ? Et le grand livre de la vie est toujours ouvert à la page... [Lire la suite]