dimanche 22 mars 2020

ANGEL BONOMINI

... Nous serons de retour chaque foisjusqu’à tarir l’être que nous sommesafin que, de pure vie,nous puissions gagner le sensde nos naissances répétées   ... .     ANGEL BONOMINI     .       Photographie Gaëlle de Trescadec

jeudi 16 janvier 2020

JUIN ET LES MECREANTES ...Extrait II

J'ai retenu la viePour que dure l'instant sous le poids des mémoiresj'ai retenu la nuitplus doucement qu'une main de femmeplus longuement sans oubliercontre des murs vivantssur un étroit chemin utile comme un arbrePour que le don de Mort recouvre les eaux sûresJ’ai retenu la merloin des cathédrales dont elle se glorifieloin de ces araignées qui tissent encore des vagues pour attirer la plageet des rochers tordus où s’en ira la viej'ai retenu la viej'ai retenu la merPour que reste le cri des oiseaux de l'orageceux qui n'ont plus rien... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 4 novembre 2018

MAIS AVEC TANT D’OUBLI

  Mais avec tant d'oubli comment faire une rose, Avec tant de départs comment faire un retour? Mille oiseaux qui s'enfuient n'en font un qui se pose Et tant d'obscurité simule mal le jour.   Ecoutez, rapprochez-moi cette pauvre joue, Sans crainte libérez l'aile de votre coeur Et que dans l'ombre enfin notre mémoire joue, Nous redonnant le monde aux actives couleurs.   Le chêne redevient l'arbre et les ombres, plaine, Et voici donc ce lac sous nos yeux agrandis? Que jusqu'à l'horizon la terre se souvienne ... [Lire la suite]
vendredi 28 septembre 2018

CONTRE-JOUR

  Revenir    pieds nus dans les traces trop larges comme si on rentrait chez soi.   Glisser sur le sol se laisser écorcher par les échardes de la mémoire et rendre grâce à la source à la leçon de l’humus à l’éclatement végétal.   Il faut murmurer d’une voix profonde les rêves éteints la cendre lavée de tout l’ocre humain. Il faut dire à voix froissée ce qui hurle en soi avant de se taire.   Dire les chemins tortueux dans la terre lasse de nos migrations. Dire aussi l’adagio... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
lundi 21 août 2017

HEURE D'EXIL

Je te dédie cet espace librement consenti je te dédie ce retour ce vol contre vents et nuages contre la montre vers cette terre naufragée dans mon âme Je te dédie cette lumière cette musique et les mille frôlements de nos corps Je te dédie ce voyage recommencé à tes côtés cet éternel retour où je t'ai retrouvée Je te dédie ta silhouette par mes yeux envoûtée l'unique mémoire de quarante ans d'attente Je te dédie cette inoubliable volonté de lutte cet espoir regreffé à ta voix à ta tendresse à notre angoisse Je te dédie la... [Lire la suite]
lundi 19 décembre 2016

LE SEUL PAYS QUI VEUT BIEN DE MOI

Je retourne au pays des sources avant les noces du chêne, avant l’enfance, avant la nuit. Il y a, sur le bord du chemin de sable, la trace et la trame de toutes les années passées. Et parfois dans le ciel, les étoiles glacées portent un visage, une voix et le manuscrit d’une vie. Je retourne au pays des fées, je vais dormir dans la forêt du milieu avec le petit peuple des légendes. Où vont les années qui passent : dans quel grenier ? Dans quelle mémoire ? Dans quel doux oubli ? Et le grand livre de la vie est toujours ouvert à la page... [Lire la suite]

samedi 19 novembre 2016

D'AMOUR ET DE DESOLATION...Extrait

Chair pétrifiée de l’Amérique,hallali de pierre éboulée,rêve de pierre, notre rêve,pierres du monde avec leurs pâtres ;pierres qui se dressent d’un coupafin de s’unir à leurs âmes !Dans la vallée close d’Elqui,par pleine lune de fantôme,nous doutons : sommes-nous des hommesou bien des rochers en extase !Les temps reviennent, fleuve sourd,et on les entend aborderdu Cuzco la meseta, marchesgrimpant à l’autel de la grâce.Sous la terre tu as sifflépour le peuple à la peau ambrée;ton message, nous le dénouonsenveloppé de salamandre;et dans... [Lire la suite]
mercredi 31 août 2016

L'EXIL ET LE DESARROI - Hommage

J'ai vu et, j'ai lentement traversé le dérisoire lieu du retour. traversé la cour où nulle herbe ne pousse où nulle parole ne parvient où nulle offrande n'existe. Ainsi j'ai poussé la porte du lieu, et ma gorge s'est gonflée de colère, haine, désespoir. J'ai poussé la porte du lieu, et, j'ai vu L'agneau mort. Celui dont j'aurais pu être le gardien coutumier pour notre bonheur. Innocence. J'ai poussé la porte du lieu et, quelque chose s'est brisé en moi. Comme une larme. Ou, un plaisir. Désanimé. J'ai poussé la porte du lieu, et,... [Lire la suite]
vendredi 17 juin 2016

LE CHANT DE SAMA N'DEYE...Extrait

... Ecoute le chant de N’déye écoute mon chant.   Précipite ton retour comme l’oiseau qui revient au nid.   Fais de l’éventail de tes ailes le bouclier qui me couvre et m’abrite des harpons de leurs désirs, et que ton souffle couse les blessures de ma fidélité.   Ecoute le chant de N’déye, écoute mon chant   Ta voix est le vêtement de mon âme ; parle, et tu m’habilles, et tu me déshabilles, de plus près que ma peau.   De la chaleur de ton souffle et de la vie de tes mains, tisse pour... [Lire la suite]
mardi 31 mai 2016

L'ARRACHE COEUR...Extrait

la paix trouvée d’un silence d’amourje reviendraivoyageur infatigablevers la source douloureuse toujoursindivisiblede ton sourire .   FRANCIS ROYO   .   Oeuvre Elin Danielson-Gambogi
Posté par emmila à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,