mercredi 23 septembre 2015

LE MOUVEMENT DU MONDE...Extrait

Je t’attends au bout du mondeou à son commencement,tandis que les semences sèchent au soleilqui ne se lève paset que les mots se perdent dans un verssans poids ni mesure.Tu es celle qui ne vient pas :promesse de l’amour qui emplitles miroirs, éclatdes ténèbres qui obscurcitle cristal.Et quand je regarde par la fenêtre,comme si tu venais du bout de la rue,seul le soir s’esquive au coin du trottoirqui t’a vu partiravec les yeux humides du matin nu.Ombre, cendres et ruineviennent à chaque printemps ; mais toitu reviens seulement de je ne... [Lire la suite]

vendredi 22 août 2014

NOTRE CHEMISE RAPEE...Extrait

... Tu ne comprenais pas... et ton petit non plus ne savait pas que sa chemise râpée, tant qu'elle battrait au vent de la peine et de la détresse, avec elle battrait aussi le drapeau du retour. Alors explique à son frère qu'il n'est pas pire souillure que d'en être réduit à vendre la terre humide où gît son père. Mais dis-lui aussi que la force qui pousse la vie à sortir de la graine semée est plus dure que le roc; dis-lui que nos racines plongent loin dans le sein de cette terre... et que notre chemise râpée, tant qu'elle battra au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 19 juillet 2013

UNE ERREUR REMEDIABLE / UN RIMEDIABILE ERRORE

Si nous avions - imaginais-je –l’espoir secret des enfants :se réveiller un matinavec la seule obligation de vivreavec le courage des pastelsavec l’avenir d’une feuille blancheet des oiseaux aériensrevenir en arrière en interrompantle jeu ou réparerdes blessures même profondes des méchancetésavec de petites blandices.Si nous avions le droit au retourjuste avant la limite de l’innocenceau bord d’une journée imprévoyantele simple geste qui effacela douleurfait renaître l’amour scelledans ce toujours un toujoursqui est nôtre. Si nous... [Lire la suite]
mardi 15 janvier 2013

QUAND JE SERAI PETITE

Quand je serai petite, j’aurai une mère et un père ensemble pour toute la vie qui s’aimeront si fort qu’il n’y aurait que la mort qui pourrait les manger mais cinq minutes seulement.  Quand je serai petite, j’aurai un beau chien blond aux yeux si noir brillant qu’ils effaceront les nuits et je ne serai plus forcée à chaque soir venu, de retourner me coucher après l’histoire finie. Quand je serai petite, j’aurai le monde entier pour être mon jardin et des tas d’araignées aux guirlandes de soie tisseront son manteau d’argent,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 21 décembre 2012

RAYMOND FARINA

Ces parcelles de mondece délire tangibleces troublantes énigmesbruissant au fond des chosestous ces petits hasardscruels ou bienveillantsentrent dans tes desseins& deviennent ton monde Effacé sous ton frontl'Enfer qui ne seraitque ce frêle phantasmed'une vie que l'on passeà se rêver de sableà croire que tout passeque tout est dérisoire & tu deviens celuiqui sait que tout devientqui sait qu'est seulementce qui toujours revientque ne sera jamaisexpulsé de la Rouecelui qui sait cela Celui dont tout procède :le devenir des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 22 juillet 2012

ANACHRONIQUE...Extrait

Comment aller à l'essentiel quand il chante dans chaque vers Le fils cherche son père le père vers son fils revient Tous deux sont les pantins d'une distance pathétique Éloignes l'un de l'autre ils vivent l'un pour l'autre dans chaque pulsation des tempes dans chaque instant du temps intime Ils rencontrent chacun tous les sosies de l'autre   La guerre les a séparés monstres magies dieux et tempêtes s'acharnent dans la paix à prolonger l'attente à faire que chacun chaque jour un peu plus tragiquement devienne ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 4 novembre 2011

CIMETIERE ETOILE DE LA MER- Versets 1995-2003

 Si je devais commencer à écrire, je commencerais par la blessure, la déchirure, je répèterais la blessure, la déchirure, éternellement, le retour à la mère, le retour à son ventre de plume et de limon, à son ventre de ciel.    Elle étend la main au-dessus des lions d’étoile, elle étend une main protectrice ou vengeresse au-dessus des lianes de silence, femme de filigranes ou d’empreintes, femme de traces, femme posée sur l’étroitesse tramée d’un sillon, travail d’un graveur sur le ventre veiné bleu de la pierre au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 27 septembre 2010

CHANTER

Le corps brûle dans l’ombre,cherche la source.Je sais maintenantoù commence la tendresse :je reconnaisl’arbuste du feu.J’ai connu le désertde la chauxLa racine du lina été mon alimenta été mon tourment.Mais alors je chantais.De même que la nuit remonte aux sources,moi-même je reviens vers les eaux . . . . .EUGENIO DE ANDRADE . .. .Œuvre Marc Chagall
mardi 14 septembre 2010

LERMONTOV

Non, si j’en crois mon espérance, J'attends un meilleur avenir. Je serai malgré la distance Près de vous par le souvenir. Errant sur un autre rivage, De loin je vous suivrai, Et sur vous si grondait l’orage, Rappelez-moi, je reviendrai..MIKHAIL  LERMONTOV .
lundi 20 avril 2009

RETOUR

Reprisées, mes voiles… Recousu mon corps d’étoiles… Réinjectée l’écume au cœur de mon rêve… Retissée ma vie, mon amour et mon exil. Retrouvée la femme que je deviens.     .     SONYA  SANDOZ   .      
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,