mardi 25 avril 2017

L'HOMME REVOLTE...Extrait

L’homme ne peut que se proposer de diminuer arithmétiquement la douleur du monde. Mais l’injustice et la souffrance demeureront et, si limitées soient elles, elles ne cesseront pas d’être le scandale . Prométhée, coincé entre le mal humain et le destin, n’a plus que sa force de révolte. (Mais ) la révolte ne peut se passer d’un étrange amour. Ceux qui ne trouvent de repos, ni en Dieu, ni en l’histoire, se condamnent à vivre pour ceux qui, comme eux, ne peuvent pas vivre : pour les humiliés. Cette folle générosité est celle de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 17 avril 2017

VOYAGE A TRAVERS UNE NEBULEUSE

 Je ne peux remettre l’amour à un autre siècle je ne peux pas même si le cri s’étrangle dans ma gorge même si la haine éclate crépite brûle sous des montagnes grises et des montagnes grises Je ne peux ajourner cette étreinte qui est une arme au double tranchant d’amour et de haine Je ne peux rien ajourner même si la nuit pèse des siècles sur mes épaules même si tarde l’aurore indécise Je ne peux remettre ma vie à un autre siècle ni mon amour ni mon cri de libération Non je ne peux ajourner le cœur.     .   ... [Lire la suite]
vendredi 24 février 2017

LA LUMIERE DU MONDE ...Extrait

Jamais le monde n’a été aussi fort. Le terrorisme tel qu’on le connaît historiquement ne réussit qu’à renforcer le système qu’il prétend attaquer, bien que certains de ses membres aient pu avoir des têtes d’anges. Jamais la négation de l’âme n’a été aussi forte et tranquille. L’esprit n’est plus même nié, c’est plus sournois qu’une négation. Nous sommes comme des prisonniers dont le corps seul aurait le droit de sortir. L’âme va rester vingt-quatre heures sur vingt- quatre en prison : le reste, le clinquant, c’est seulement cela qui... [Lire la suite]
samedi 11 février 2017

REFUS

Je ne parlerai pas d’amour. Le mot s’est arrêté sur mes lèvres s’est figé s’est fermé fossilisé. Je ne dirai pas l’amour ni le chant qui s’en évade chant de joie mêlée de crainte telle l’envolée soudaine de mille oiseaux dans l’émoi dans la transe. Je sens leurs battements d’ailes l’ivresse de leur vol vers les cimes toujours plus hautes. Je sens leur passage le trouble qui jaillit au tout profond. L’espace conquis est ample et lourd et inquiétant. Pulsations d’ailes et du cœur en arythmie l’amour attache s’accroche s’épingle se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 30 novembre 2016

GERALD BLONCOURT

La colère est en moi je hume l’existence je me heurte aux fils de fer barbelés de la désespérance je franchis les ruisseaux boueux de l’inquiétude Martissant, Carreour-feuille, Bizoton, Jérémie, Jacmel, Pétionville, Port-au-prince, l‘Ile de la Gonave, bruissants de misère L’azur est en folie Tout se mêle S’entrecroise Et se noue Je sonde l’espace séculaire Ce brassage de peuples Qui fil sonner le glas Du sordide esclavage Je dis à la jeunesse Aux yeux-diamants luisants d’espoir Aux cohortes affamées des bidonvilles aux créateurs... [Lire la suite]
vendredi 18 novembre 2016

A MA TERRE MEURTRIE

À ma terre meurtrie de sang et de souffrances  Berceau d’Humanité, berceau de mon enfance  Pour que cesse l’horreur des combats et des armes    Je dédie mes mots, ma révolte, mes larmes….  D’avoir ployé longtemps sous le poids du silence,  D’avoir courbé le dos sous le joug des violences,  D’avoir tremblé longtemps dans l’effroi, la terreur   Nous avons tous grandi à l’ombre de la peur…   Pour avoir réprimé dans la honte notre orgueil,  Ravalé l’amour-propre, de nos droits... [Lire la suite]

vendredi 21 octobre 2016

LE DERACINE...Extraits

Rien n'est beau comme ta nuitEclairée d'un sourireLe peu de temps pour la mortTu te pares fragile si belleD'un corps au solstice du rêveVentre premierEt le figement de la vague sur l'étoffeDans l'étreinte de ce lieu perdu que tu saisLa vigueur exige la patience de l'amourL'urgence du souffleLa plus juste faiblesse ... Tu reprends voix dans la révolteTu reprends vieTu reprends criPoussé le premier motArraché du sang véritableLe poème t'avoue dans un autre lieuMoment propice d'une irruption de vivred'une éclosion de souffleTon seul... [Lire la suite]
dimanche 4 septembre 2016

PHILIPPE TANCELIN

Vous franchissez la vie en la soulevant de l'insuffi des rêves anciens par la chair des questions ensevelies en ce bouquet offert à tant de gestes redoutés Qu’est-ce qu'un ciel sans l'espoir des yeux qui le lèvent? Qu’est-ce qu'un jour sans le courage au coeur qui l'infinit? Qu’est-ce que l'horizon sans l'oiseau qui le vole d'un trait de plume? La liberté a le visage de vos mains accordées à son heure Sur la promenade illimitée de votre quête le juste vient à la rencontre aussi certainement que vous marchez au coeur de l'enfance des... [Lire la suite]
jeudi 21 juillet 2016

ETOILE D’ÉMERAUDE ET DE REVOLTE POUR LE CAMARADE

A Joël Rufino dos Santos   Je ne veux pas faire un poème.Ce que je veux c’est allumer une étoilepour alimenter l’espérancede Joël, un camaradeprisonnier parce qu’il aimaitpenser et parler,raconter une histoire nouvelle,celle dont le crime insupportableest d’être simplement l’Histoire.C’est une étoile faite d’amour.Même si se multiplient ses rayonsqui déchaînent la révolte,en son centre coulent des fleuvesde tendresse et de joie.Mais qui aurait dit, Joël,qu’un jour l’amour de cette patrieaurait un goût de fiel.Que cette étoile... [Lire la suite]
jeudi 7 juillet 2016

UNE PRISON SANS MUR

à Michelle Vallée   Même le désespoir ne tient pas ses promesses. Les feuilles ouvrent leurs mains comme un enfant les yeux vers ce qui est donné, le soleil ou la pluie, le sommeil ou la fête, le trèfle à quatre feuilles ou le chant des lutins, la braise sous les mots traduisant le silence dans une langue inconnue.   À chaque printemps je redeviens celui qui naît, celui qui ne sait rien. Ne comptez pas sur moi pour vous rendre des comptes. Je m'abandonne aux autres. Je ne vends pas je donne. Je n'achète pas... [Lire la suite]