samedi 23 mars 2019

LE PRINTEMPS JAUNE

  Primevères, jonquilles forthysias, fleurs de pissenlit o le jolie printemps que voici Allons citoyens arrivez les gueux chantons l'hymne de la liberté mesdames mesdemoiselles et messieurs joignez-vous à mes bons camaradesvous les travailleurs sous payés les étudiants sans le souchômeurs oubliés retraités spoliésvenez tous au rendez-vous de l'histoireen chantant gaiment la carmagnole dans les rues des villes de la France en colère o le joli printemps que voicivenez avec nous les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 6 décembre 2018

FIN DU MONDE ?

La chute d’un ordre de domination se reconnaît à la stupéfaction qui se lit sur les visages de ses desservants. Samedi, le spectacle n’était pas seulement dans la rue. Il était, et il dure toujours depuis, sur les faces ahuries de BFM, de CNews, de France 2, et d’à peu près tous les médias audiovisuels, frappées d’incompréhension radicale. Que la stupidité ait à voir avec la stupéfaction, c’est l’étymologie même qui le dit. Les voilà rendues au point d’indistinction, et leur spectacle commun se donne comme cette sorte particulière d’«... [Lire la suite]
mardi 4 septembre 2018

LETTRE AUX ENFANTS DE LA TERRE

"Je dédie ce post à mes enfants et à tous les enfants de la terrePuissent-ils avoir la clairvoyance et le courage que nous n'avons pas eus (et je ne leur demande pas de nous pardonner).Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités... [Lire la suite]
mercredi 15 août 2018

PREFACE

  La poésie contemporaine ne chante plus ... Elle rampe Elle a cependant le privilège de la distinction... elle ne fréquente pas les mots mal famés... elle les ignoreOn ne prend les mots qu'avec des gants: à "menstruel" on préfère "périodique", et l'on va répétant qu'il est des termes médicaux qui ne doivent pas sortir des laboratoires ou du Codex. Le snobisme scolaire qui consiste, en poésie, à n'employer que certains mots déterminés, à la priver de certains autres, qu'ils soient techniques, médicaux, populaires ou... [Lire la suite]
jeudi 8 février 2018

POURTANT, UN JOUR...

Quand le ciel est raide, dénué de la générosité qu’il offre au crépuscule pour couvrir le jour quand il décline, quand son bleu se lénifie à devenir le mauve parme que produit la blessure ; quand l’aube peine à étaler sa blancheur véloce à refuser aux sourires l’extase de creuser les fossettes ; quand la nuit s’écrase sur les massifs des nostalgies sans douceur, sans courtoisie ; quand les étoiles sont fuyantes, quand elles s’éteignent subitement après leur apparition augurant de nouvelles surprises dures à porter ; quand les cœurs... [Lire la suite]
vendredi 19 janvier 2018

OXYGENE

Traduire en poésie les soubresauts de l’histoire provoqués par les mouvements populaires du Maghreb et du Proche-Orient ne saurait faire l’économie d’un souffle puissant. C’est par un tel souffle que ce poème voudrait rendre compte de la nouvelle saison historique du printemps arabe.   .   Écoute où que tu sois le chant de ceux qui vivent de l’air dont se nourrit l’espritOn dit qu’un vent de liberté souffle après bien des lustres à l’aune d’un continentSur une terre damnée léguée de despote à despote aux crimes... [Lire la suite]

samedi 16 décembre 2017

POUVOIR TOUT DIRE...

Tout dire les rochers la route et les pavés Les rues et leurs passants les champs et les bergersLe duvet du printemps la rouille de l'hiverLe froid et la chaleur composant un seul fruit Je veux montrer la foule et chaque homme en détailAvec ce qui l'anime et qui le désespèreEt sous ses saisons d'homme tout ce qu'il éclaireSon histoire et son sang son histoire et sa peine Je veux montrer la foule immense diviséeLa foule cloisonnée comme en un cimetièreEt la foule plus forte que son ombre impureAyant rompu ses murs ayant vaincu ses... [Lire la suite]
vendredi 26 août 2016

"AZAZEL" - HAUTE SOLITUDE...Extrait

« ... La vie est un mythe. Mon âme et moi, nous fîmes nos bagages et cherchâmes dans le quartier un gîte qui n'aurait été qu'un gîte. Le pain est simple, l'amour est simple, la mort est simple. Pourquoi les pauvres hommes ont-ils voulu la vie si compliquée ? Pourquoi la bourrent-ils à l'envi de leurs fantaisies ? Que de fatigues, et que de déchets ! ...Ils nous convient dans leurs théâtres pour écouter des dialogues de vendeurs aux soutiens-gorge, ou dans leurs parlements pour entendre des harangues de tambours de village, ou dans... [Lire la suite]
dimanche 7 septembre 2014

BASCULA

.   Combien ça pèse ? Non, je ne vous demande pas votre appréciation Non plus… je n’ai pas besoin d’une estimation ou d’une approximation Je veux, je voudrais savoir le poids réel, à un milligramme près. Non, ça ne tombe pas du ciel… il faut toujours prendre la peine de peser, de sous peser les choses avant de se prononcer, avant de se fixer. Le bon poids, la bonne mesure c’est plus sûr. Oui, ça m’a pris comme ça… du jour au lendemain de vouloir peser mes mots… Pourquoi? Pour savoir s’ils sont lourds de sens ou s’ils ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 19 juin 2013

LES REVOLUTIONS

Les révolutions ont une peau de bébé  un appétit d'ogre Elles avancent et laissent dans leur sillage des hoquets de sang Tant de lumière! Chaque geste a un air d'idéal "Comme je me sens meilleure…" Epaulées par les bras experts de vieux pays elles oscillent entre fraîcheur et cruauté et enjambent dans la joie des gouffres à leurs pieds   Les révolutions meurent jeunes Nées déjà adolescentes elles sourient à de vieux maquereaux  qui guettent leurs frayeurs    Puis l'ogre l'emporte elles... [Lire la suite]