samedi 24 septembre 2011

PARLER POUR NE RIEN DIRE

Oh! Je sais! Vous pensez : "S'il n'a rien à dire... Il ferait mieux de se taire!" Évidemment! Mais c'est trop facile! C'est trop facile! Vous voudriez que je fasse comme tous ceux qui n'ont rien à dire et qui le gardent pour eux? Eh! bien, non! Mesdames et Messieurs, moi, lorsque je n'ai rien à dire, je veux qu'on le sache! Je veux en faire profiter les autres! Et si, vous-mêmes, Mesdames et Messieurs, vous n'avez rien à dire, eh! bien, on en parle, on en discute! Je ne suis pas ennemi du colloque. "Mais, me direz-vous, si on parle... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 3 octobre 2010

MES POEMES NE CHANGERONT PAS LE MONDE...Extrait

Même quand il semble que la journéea passé comme une aile d’hirondelle,comme une poignée de poussièrejetée et qu’il n’est pas possiblede ramasser et que la descriptionle récit ne trouvent nécessiténi écoute, il y a toujours un motun petit mot pour direqu’il n’y a rien à dire..PATRIZIA CAVALLI.
mercredi 15 septembre 2010

PSAUME

Personne ne nous pétrira de nouveau dans la terre et l'argile,personne ne soufflera la parole sur notre poussière.Personne.Loué sois-tu, Personne.C'est pour toi que nous voulons fleurirA ta rencontreUn rien,voilà ce que nous fûmes, sommes et resterons, fleurissant: la rose de Rien, la rose de Personne.Avec la clarté d'âme du pistill'âpreté céleste de l'étamine,la couronne rouge du mot pourpre que nous chantions,au-dessus, ô, au-dessus de l'épine . .. .PAUL CELAN .. . . .
Posté par emmila à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 28 avril 2010

IL ARRIVE

Il arrive qu’on ne possède plus qu’une force enlisée qu’on ne discerne que le passage vide déserté… Alors on cherche les mots humains à dire…    Mais, rien. On s’égare on se défait on se dilue. Rien ne reste qu’une buée un étouffement. On n’atteint plus on n’entend plus sinon le bruit des mains affolées le froid d’une déchirure. Sinon, rien. On sait que tout sera à reprendre qu’il faudra porter notre inertie ou l’ignorer. On sait l’à peine frémissant de notre existence. On sait. On ne répond plus. On sait l’appel lointain... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 26 décembre 2009

LISIERES DU LISIBLE...Extrait

Cela peut-être ne s’atteint que quand nous avons tout perdu ou lorsque ce qui s’écrit ne peut plus être lu, alors le poème se fait si diaphane, si incandescent, qu’il semble s’être vidé ou bien chargé de trop de jour,en fin de compte comment écrire ce qui aurait déjà cessé ou comment entrer dans un espace ouvert infini, comment donner le jour à ce qui n’a jamais cessé, écrire la figure synchrone, intacte de ce qui n’a point de visage, comment se figurer ce qui est sans limite, écrire l’aurore finissante et le couchant à son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 12 juillet 2009

RIEN...

« Rien…Rien,C’est un mot qui fuitD’une vertèbre à l’autre.Rien,C’est une brindilleQui casse sous la joue.Rien,C’est dans un rocherUn peu de mer qui brûle.Rien,C’est la libertéQui blesse vos pieds nus. » . . . JEAN  SENAC . . . Photographie Tierry Nectouh www.chambrenoire.com    
Posté par emmila à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 22 avril 2009

CITATION

"Notre civilisation est à certains égards inhumaine, profondément inhumaine, parce qu'elle a opté pour le plus contre le mieux, c'est-a-dire pour la quantité plutôt que la qualité. On pourrait aussi dire pour l'avoir plutôt que l'être. Cela donne des hommes vides aux mains pleines...". THEODORE  MONOD .
Posté par emmila à 16:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,