lundi 22 mai 2017

RINA LASNIER...Extrait

On n’enterre pas le sang décharné de la servitudeni le sang désarmé de l’amour inutilisé ;on ne retire pas le cri de la bouche comme une clef,on ne suture pas la pierre fissurée d’une soif.La chaux vive du sang qui n'a point dormi,tu l'entendras liquéfier la dalle des morts,traverser ses étapes de neige étoufféeet siffler en remarchant tout son hiver.On n'enterre pas le talon poudreux de la foudreni la fureur tendre du fruit piétiné ;le sang retourné sur sa racine comme un décombres'est armé tout droit d'une moisson fruste de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

samedi 1 septembre 2012

PRESENCE DE L'ABSENCE...Extrait

Tu es né mêlé à moi comme à l’archaïque lumière les eaux sans pesanteur,Tu es né loin de moi comme au bout du soleil les terres noyautées de feu,Tu nais sans cesse de moi comme les mille bras des vagues courant sur la mer toujours étrangère ;C’est moi ce charroi d’ondes pour mûrir ton destin comme midi au sommet d’une cloche ;Cette gorgée d’eau qui te livre la cime du glacier, c’est mon silence en toi,Et c’est le sillage de mon défi cette odeur qui t’assujettit à la rose ;Cette pourpre dont tu fais l’honneur de ton... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 14 mars 2011

SIGNES...Extrait

Quelle île régit ta tristesse d'eau longue, Femme ruisselante de solitude inabordable, Solitude incréée en lieu de maternité; Tu ne peux t'arracher à l'ancrage de tes genoux, Dieu t'as rattachée à ses plaies de pierre, Et tu équilibre l'amour avorté dans la mort... Nous errons comme la mer, par divin mécontentement, - Vanité solitaire d'aimer en vain un amour - Reconnais cette île bleue sous nos paupières, Et rends- nous , Marie , regard pour regard. . RINA LASNIER .  
Posté par emmila à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 14 mars 2011

LA MALEMER...Extrait

 "Je descendrai jusque sous la malemer où la nuit jouxte la nuit jusqu'au creuset où la mer forme elle-même son malheur... sous cette amnésique nuit de la mer qui ne se souvient plus de l'étreinte de la terre... toute salive refoulée de silence je regoûterai aux eaux condamnées de ma naissance... maternité mystérieuse de la chair asile ouvert aux portes du premier cri, et la mort plus maternelle encore" . RINA  LASNIER .
Posté par emmila à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,