mercredi 6 janvier 2021

SERENATA

Sur les rives de la rivière La nuit est en train de mouiller et sur les seins de Lolita Les bouquets meurent d'amour. . Les bouquets meurent d'amour. La nuit chante nue sur les ponts de mars. Lolita lave son corps avec de l'eau saumâtre et des nardos. . Les bouquets meurent d'amour. La nuit des anis et de l'argent Éclaire sur les toits. Argent de ruisseaux et miroirs. Anis de tes cuisses blanches. . Les bouquets meurent d'amour. . . . . FEDERICO GARCIA LORCA . . . . ... [Lire la suite]

jeudi 18 juin 2020

LAËTITIA EXTREMET...Extrait

  Pour revoir la rivière, encore il me faudra l’aurore, ses lierres à l’heure des élans et des lueurs d’ogive quand viennent les lentes dérives des erreurs passagères, j’irai sans peur poursuivre ce leurre de rives aux errantes pâleurs de givre j’irai chercher l’opale furtive de sa peau minérale et son épure ou pire encore, que sais-je sa fuite j’irai chercher l’instant éphémère et me ferai ensuite silence de ces lisières et des heures clandestines . LAËTITIA EXTREMET . Oeuvre Scott Kish ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 9 octobre 2019

A L'INFINI...

... Le bruit de l'eau.... Le chant de la rivière,le grondement du torrent, le souffle d'une cascade ....oui... Mais c'est en écoutant les vagues qu'Elle est comblée. Composé d'instruments inconnus qui déroulent une fluide mélodie, une chevauchée diabolique, ou un drame effroyable , avec la puissance qu'aucun Wagner n'a égalée, ce concert marin l'enivre.  A l'infini la mer dispense son dialogue, ses plus belles histoires ,les plus tristes aussi, y sont contées. Galion, Capitaine, équipage, tempête ,ces mots jaillissent des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 7 novembre 2018

LA FÊTE DE L'EAU

  L’on chante une rivière mal chantée car trop chantéecomme un mantra qui de tout l’affirmerait victorieuse,car ce n’est plus par réflexe qu’il faut nous y pencher : plutôt rompre la mécanique des automatismes,penser son cours comme notre propre réseau sanguin irriguant les tissus les plus essentiels de notre être ; autour les sources sont sèches, l’aridité ruisselleen un pays d’illusions comme de réalitéoù le mistral abrite les foulques et l’éphémère ; l’on chante la rivière aux factionnaires disparusdans un... [Lire la suite]
lundi 10 septembre 2018

ASILE PERSONNEL...Extrait

Comme la rivière se remplit de brindilles par un jeu d’enfants,d’une rive à l’autre le jour étend sa voix, la tienne.Je ne sais rien des colombes qui passent sur ton front lorsque la nuit s’endortni des clefs tentant de t’arracher pour l’autre vie.Je sais des syllabes dans l’ombre, courant inlassables sur les rails,quand dans la plaine la ville n’est plus qu’une île sans sommeil.Et par son accent navigue ta voix, indéclinable et fertile,plus proche de la terre que des hautes sphères invisibles.Spectacle comme la flamme qui monte sans... [Lire la suite]
dimanche 5 août 2018

PETITE ANTHOLOGIE PRIVEE D'AUTOCYLUS

Je vote pour la démocratie subtile des fleurs ayant ton violetOu pourpre et, parmi les familles éligibles, deux ont ma préférence. Qui sont la pivoine, le lupin, que leur humilité nordique protège.A la première j’attache l'apprêt d'un seau en fer blanc mal émaillé, Quelque part sur un marché de plein vent, la rive d'une rivière Se ramifiant au pied d'une cathédrale gothique comme l'artichaut. Dans la poussière de brume d’un contre-jour vaporisant en bleu Sa bouillie bordelaise sur le légume essentiel, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

mercredi 18 juillet 2018

NOSTALGIE

Pareilles à de grosses gouttes de miel les abeillesles abeilles portent les ceps de vigne jusqu’au soleilc’est de ma jeunesse qu’elles arrivent en volanttout comme ces pommesces lourdes pommesce chemin à la poussière doréeces galets blancs tout au long de la rivièreet ma foi dans les chansonset mon absence d’enviede là aussi cette journée sans un nuage cette journée si bleueet la mer couchée sur le dos toute nue et chaudeet cette nostalgieet les dents lumineuses de cette bouche aux lèvres épaissesavec les abeilles dans ce... [Lire la suite]
vendredi 29 septembre 2017

FRAGMENT 57 - L'ABBAYE DE SON VISAGE

Dans l'abbaye délicate de certains visages Le tracé des doutes est tel une rivière Et les berges appellent en cendres le héron Qui pourtant déploie Ses ailes argentées juste là, Au sommet où le baiser se pose Toujours à la cime Surplombant les pans de solitude de silence, Un baiser ourle le ciel d'un nuage blanc ; Un voile léger dans l'immensité bleue, Un regard intense dans l'océan des inaperçus   .   MARTINE CROS http://allerauxessentiels.over-blog.com   .      
Posté par emmila à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 21 février 2017

LA SORGUE - CHANSON POUR YVONNE

Rivière trop tôt partie, d'une traite, sans compagnon Donne aux enfants de mon pays le visage de ta passion Rivière où l'éclair finit et où commence ma maison Qui roule aux marches d'oubli la rocaille de ma raison. Rivière, en toi terre est frisson, soleil anxiété. Que chaque pauvre dans sa nuit fasse son pain de ta moisson. Rivière souvent punie, rivière à l'abandon. Rivière des apprentis à la calleuse condition Il n'est vent qui ne fléchisse à la crête de tes sillons. Rivière de l'âme vide, de la guenille et du soupçon Du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 1 octobre 2016

LA CHAMBRE OBSTINEE...Extrait

Je serai peut-être vent de cendre dans la Guisane Cette rivière du pays de mon père qui va s'oublier Dans la Durance comme tout oublie toujours tout Et si je suis loin pensez à moi de temps en temps De la même façon Suffisamment Vivant Dans le vieil habit propre sincère de la tendresse Donnez-moi une postérité de proximité de baisers déplacés   .   PATRICK CHEMIN   . La Guisane au Lauzet    
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,