samedi 3 mars 2012

OCTAVA POESIA VERTICAL

Decir una palabra excluye a todas las otras, abrir un libro cierra todos los demás, pensar una sola cosa desequilibra el mundo, amar a alguien es el mayor olvido. El ejercicio puntual de una sola vida no podrá tener sentido nunca. Queda sólo encontrar el plural. . ROBERTO JUARROZ . Oeuvre Yahne Le Toumelin
Posté par emmila à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 3 mars 2012

HUITIEME POESIE VERTICALE...Extrait

Dire un mot exclut tous les autres, ouvrir un livre ferme tous les autres, penser une seule chose déséquilibre le monde,aimer quelqu’un est le plus grand oubli. L’exercice ponctuel d’une seule vie n’aura jamais de sens. Reste à découvrir le pluriel. . ROBERTO JUARROZ . Oeuvre Yahne Le Toumelin
Posté par emmila à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 25 octobre 2011

XIIIeme POESIE VERTICALE

Toujours au bord.Mais au bord de quoi ? Nous savons seulement que quelque chose tombe de l’autre côté de ce bord et qu’une fois parvenu à sa limite il n’est plus possible de reculer. Vertige devant un pressentiment et devant un soupçon : lorsqu’on arrive à ce bord cela aussi qui fut auparavant devient abîme. Hypnotisés sur une arête qui a perdu les surfaces qui l’avaient formée et resta en suspens dans l’air. Acrobates sur un bord nu, équilibristes sur le vide, dans un cirque sans autre chapiteau que le ciel et dont les... [Lire la suite]
mercredi 19 octobre 2011

XIIeme POESIE VERTICALE

Certaines lumières éteintes éclairent plus que les lumière...s allumées. Il y a des lieux où il ne faut pas que quelque chose soit allumé pour y voir clair. De plus il y a des choses qui s'éclairent mieux toutes lumières éteintes, comme certaines strates obliques de l'homme ou des recoins qui s'installent subrepticement dans les espaces les plus ouverts. Il y a cependant une intempérie de la lumière, une zone sereine et dépouillée où il n'y aucune différence entre les lumières allumées et les lumières éteintes. . ROBERTO JUARROZ ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 14 septembre 2011

L'IMPOSSIBILITE DE VIVRE

L’impossibilité de vivrese glisse en nous au débutcomme un caillou dans la chaussure :on le retire et on l’oublie. Ensuite arrive une pierre plus grandequi n’est plus déjà dans la chaussure :le premier ou le dernier malentenduse mêle à l’amour ou au doute. Viennent après d’autres échecs :la perte d’un mot,la sauvage irruption d’une douleur,une mort sur le chemin,la chute d’une feuille sur notre solitude,la vieillesse qui s’annoncecomme un soir écorché par la pluie. Nous émergeons de toutavec un tremblement qui dissout la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 22 mai 2011

POESIE VERTICALE...Extrait

Il ne s’agit pas de parler, ni non plus de se taire : il s’agit d’ouvrir quelque chose entre la parole et le silence. Peut-être que lorsque tout passera, y compris parole et silence, restera cette zone ouverte comme une espérance à rebours. Et peut-être que ce signe inversé constituera une mise en garde pour ce mutisme illimité où manifestement nous sombrons.   .   ROBERTO JUARROZ   .   Sculpture Claude Houle
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 13 mai 2011

POESIE VERTICALE...Extrait

Inaugurer la transparence,voir à travers un corps, une idée,un amour, la folie,distinguer sans obstacle l'autre côté,traverser de part en partl'illusion tenace d'être quelque chose.non seulement pénétrer du regard dans la rochemais ressortir aussi par son envers.Et plus encore:Inaugurer la transparencec'est abolir un côté et l'autreet trouver enfin le centre.Et c'est pouvoir suspendre la quêteparce qu'elle n'est plus nécessaire,parce qu'une chose cesse d'être interférenceparce que l'au-delà et l'en-deçà se sont unis;Inaugurer la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 10 mars 2011

ROBERTO JUARROZ

 L'inépuisable lutte entre les êtres est la première condition d'être . Être une rose c'est lutter contre une autre rose , visible ou invisible , contre toutes les roses . Et même plus : c'est lutter contre ce qui n'est pas une rose . Et plus encore : c'est lutter contre sa propre absence de rose . La lutte scandaleuse entre deux êtres qui s'aiment est une évidente affirmation d'être . La défaite de l'amour est son triomphe . .ROBERTO JUARROZ .  
Posté par emmila à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 14 novembre 2010

POESIE VERTICALE ..." UN INFINI SANS NOM "

La part de ouiqu’il y a dans le nonet la part de nonqu’il y a dans le ouisortent parfois de leurs litset s’unissent dans un autre litqui n’est plus ni oui ni non.Dans ce lit court le fleuvedes plus vives eaux..ROBERTO  JUARROZ.
Posté par emmila à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 1 novembre 2010

JUARROZ

Hoy no he hechonada.Pero muchas cosas se hicieron en miPajaros que no existenencontraron su nido.Sombras que tal vez existanhallaron sus cuerpos.Palabras que existen recobraron su silencioNo hacer nada salva a veces el equilibrio del mundo,al lograr que también algo pese en el platillo vacio de la balanza..ROBERTO  JUARROZ.
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,