mercredi 12 novembre 2008

QUATORZIEME POESIE VERTICALE...Extrait

De cette mi-lumièreou mi-ombrevers où pouvons-nous aller ?Vers plus de lumière,l'harmonie nous étouffe.Vers plus d'ombre,nos pas s'égarentEt icinous ne pouvons pas rester.Il n'y a pas d'autre mi-lumièreou mi-ombre.D'ici, nous ne pouvons aller nulle part.A moins que nous trouvions un espaceoù lumière et ombre soient la même chose. . ROBERTO  JUARROZ .
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 2 novembre 2008

JUARROZ...

"..Le langage et le silence sont inséparables. Il n’y a pas de langage sans silence car chaque mot a une charge de silence. Ce n’est pas seulement le silence qui surgit, comme une limite, quand s’achève quelque chose. Le silence est au-dedans des mots, au-dedans du poème. Le silence, en premier lieu, c’est l’inconnu que nous portons en nous. Je dis parfois que la première condition du vrai poète consiste à donner des mots au silence intérieur. Pas seulement celui du poète, mais aussi celui des autres. Je crois qu’il n’y a pas de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 29 octobre 2008

QUINZIEME POESIE VERTICALE...(Espagnol)

"La noche se cierra a vecescomo bloques de piedray nos dejan sin espacio.Mi mano ya no puede entonces tocartepara defendernos de la muertey ni siquiera puedo ya tocarmepara defendernos de la ausencia.Una veta que brota de esa misma piedrame separa además de mi propio pensamiento.La noche se convierte asíen la primera tumba.". ROBERTO  JUARROZ .
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 29 octobre 2008

QUINZIEME POESIE VERTICALE

"La nuit tombe parfoiscomme un bloc de pierreet nous laisse sans espace.Ma main ne peut plus alors te toucherpour nous défendre de la mortet je ne peux plus moi-même me toucherpour nous défendre de l'absence.Une veine jaillie sur cette même pierreme sépare aussi de ma propre pensée.La nuit devient ainsila première tombe.". ROBERTO  JUARROZ .
Posté par emmila à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 16 octobre 2008

TREIZIEME POESIE VERTICALE ...Extrait en espagnol

"Darlo todo por perdidoAllí comienza lo abiertoEntonces cualquier pasopuede ser el primero.O cualquier gesto lograsumar todos los gestos.Darlo todo por perdido.Dejar que se abran solaslas puertas que faltan.O mejor :dejar que no se abran" . ROBERTO  JUARROZ .
Posté par emmila à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 16 octobre 2008

TREIZIEME POESIE VERTICALE ...Extrait

"Donner tout comme perdu.Là commence l'ouvert.Alors chaque paspeut être le premier.Chaque geste a pouvoirde résumer tous les gestes.Donne tout comme perdu.Laisser seules s'ouvrir les portes qui manquent.Ou mieux :les laisser ne pas s'ouvrir." . ROBERTO JUARROZ .
Posté par emmila à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 14 octobre 2008

ROBERTO JUARROZ

"Así como hay sonidos que crean silencio,luces que crean sombray sombras que crean luz,el vacío crea lazosque rescatan el ser.". ROBERTO  JUARROZ .
Posté par emmila à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 14 octobre 2008

QUATORZIEME POESIE VERTICALE...Extrait

"Tout comme il y a des sons qui créent le silence,des lumières qui créent l’ombre,et des ombres qui créent la lumière,le vide crée des liensqui rachètent l’être." . ROBERTO JUARROZ .
Posté par emmila à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 19 septembre 2008

JUARROZ...

Tôt ou tard il faut mettre la main au feu. Peut-être la main pourrait-elle apprendre d'abord à être flamme ou bien persuader la flamme de prendre la forme d'une main. Et si les deux échouaient peut-être la flamme et la main pourraient-elles se muer en atomes libres d'une autre clarté. Ou peut-être simplement réchauffer un peu plus l'univers. ROBERTO JUARROZ .
Posté par emmila à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 24 juillet 2008

OUBLIER UNE LETTRE

Oublier une lettre Une omission, l'erreur Crée quelquefois une brèche Dans le mur déterminant Qui apprivoise le regard. . ROBERTO  JUARROZ « Quatorzième poésie verticale. En écrivant un mot C'est ouvrir une porte Où il n'y en avait pas. Et même s'il est facile de la murer, La place où il y avait une porte Ne sera jamais plus pareille Et une rafale de sens oublié Continuera de passer à l'intérieur du mot.
Posté par emmila à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,