vendredi 18 janvier 2019

MICHEL EKHARD ELIAL...Extrait

Parce qu'ici est peu et tropme reconnaîtras tusous le feuillagedes parolesau bord de l'existenceune tige uniquequand le bonheurtombe Ecrirepour laisser la lumière alluméeau dessus de l'ombredu chant le plus fidèlepoursuivreentreles séismes et les élans de joietant de ruines tant de rosesau cadastredes ciels et des ostouchent la prièreet l'incendied'où me vient la tendresse du mondequand je fleuris et me défeuillequand le poème brûlej'ai la ferveur d'aimer   .   MICHEL EKHARD ELIAL   . Oeuvre Odilon... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

samedi 29 septembre 2018

BRUNO RUIZ

Ce peu de temps qui resteA ce corps qui s’enliseJe le veux souverainSous la lune compliceJe le veux dans ta mainPlus léger qu’une abeilleComme un coussin d’étéLa flèche d’un hiverJe le veux sans compterLes ruines de nos routesEt savourer à deuxL’instant qui s’éternise. Voici le temps des bilans de l’usureAux feux croisés de nos forges intimesJe veux l’amour absolu jusqu’au boutFace à la verte et dernière beautéMaintenant     .     BRUNO RUIZ     .   Oeuvre Susan Hall  
Posté par emmila à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 13 août 2018

TERRES DE MEMOIRE...Extrait

Les ajoncs, la pierraille au sursis de l'hiver, Haute ruine aux lambeaux de songe, Tous les siècles de l'obscur dans le vent, La vallée, le grand pays familier et désert. Le couple né de ces granits, de ces racines, Et moi qui porte au fond des mots, au fond du sang Je ne sais quel appel, je ne sais quel écho De ce passage de serfs et de guerriers, De vagabonds, de paysans et de rois, D'enfances tenaces et terrifiées, L'effrayante ou miraculeuse saveur D'une lézarde entre deux... [Lire la suite]
dimanche 1 avril 2018

LA PIERRE ETERNELLE DES RUINES / LA PIEDRA ETERNA DE LAS RUINAS

Retourner sur mes pasAimer sous les frondaisons vert d’eauSentir la douce brise de la forêtles feuilles qui se frôlent odeur de boue fraîchede jeune plantede mousse anciennel’arôme des iris qui pendent des grands gaïacsla broussaille qui enterreles trésors des mayasle vent qui gardela mémoire d’autres annéesqui semblent revenir du passétandis que le fleuve descendposémentcomme l’image du Dieu mayasur la pierre éternelle des ruines.   .     MARISA TREJO SIRVENT Poésie du Chiapas ... [Lire la suite]
vendredi 14 avril 2017

LES ARMES DE LA GUERISON....Extrait

Insanes histoires de la vie,Toutes voix tuesReste le bruit éternel du sang.Debout sur les désastres des guerresBrillent les vains débris du monde,Le ciel rempli de fantômes d’aurore.Cachée dans les brouillards des villes,La peur fait bouger les engins du rêveUn doigt déchiffre la langue morseDes fièvres profondes,La litanie des oracles perdusTout va se refaire sous nos pasAu seul cri du matinEt les ruines s’illuminer d’aube.Aube, première aube toujours déchirante,Qui construit la journée avec le néant.   . ALBERT AYGUESPARSE ... [Lire la suite]
jeudi 9 mars 2017

LA BELLE SAISON

Je regarde d’ici les guerres fatiguées Les mots qui sont des mouches sur les vitres Prisonnières Le poids mort de la pesanteur sur la nuque et ce temps que l’on tue De peur De croiser son regard d’y voir le décompte A rebours et le va et vient qui finira Les mêmes boucles la même fin qui ramène le naufragé Toujours à la même vague quand le sol se dérobe Je pense à Diogène avec sa lampe qui cherchait un homme Quand j’écarte de mon chemin les humains en cherchant la lumière Pourquoi Est-il impossible d’être debout Sans retomber... [Lire la suite]

mercredi 1 février 2017

Ô TEMPS ETROIT… Ô VASTE TERRE...Extrait

« Que font les mortsde dix lys flétris et cinq oiseaux muets ? »   Ruines et clôturesmouchoirs et civièrestel est mon cœurMulets accablés, arbres dénudésenfants usés, fleurs étiolésamas de crânes, livres, plumes d’oiseaux :tel est mon cœurBombemur sombre et voie barréenoces comptées en mois et funérailles en jours« Embrasse-moi, que je t’abatte »« Je te donne mon cœur, tu m’offres le gibet »sirènes d’alarmes et cercueilsvieux fers et tintements facticesépitaphes pâlies et carnages d’exportation :tel est mon cœurAmis et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 8 janvier 2017

AVIS DE TEMPÊTE

Noire, absolue, colère,Faite de mille et mille grains assemblésMille et mille blessures et mille indifférencesEt de la vie qui les soulèveJe vaisArracher tous les arbres et les casserDonner des coups de pieds dans les maisons absurdesLancer au loin ces voitures qui passentFracasser quelques rivières après les avoir étrangléesDévaster de ma rage tout ce qui est encore deboutAttraper jusqu’au ciel le déchirer en deuxEteindre le soleil entre mes doigtsEt les étoiles en crachant dessusEt quand tout sera mortJe pourraiM’asseoir sur les... [Lire la suite]
dimanche 4 décembre 2016

DIZAINE POUR LE LIBAN

 Au pied d’un immeuble une poupée bombardée meurt les yeux ouverts Revenir « chez soi » Ni cachemire ni soie Des ruines fumantes   Noces de Cana dans l’amour d’un Christ un jour Eau changée en vin Meurtres de Cana Évangiles piétinés Eau changée en sang   Même pas le temps d’ensevelir ses cadavres La Mort vient du ciel Ciel noir Marée Noire How beautiful the war ! Diurne pollution Galilée Ma Terre les hommes t’auront violée les femmes trahie Connaître par toi la Joie la Beauté de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mardi 12 juillet 2016

L'IRREDUCTIBLE ROUSSEAU...Extrait

    On ignore tout de la matière songeuse.    Des forêts ou des lianes gelées aux vitres de l'enfance.    Du lait. Du sang ou de la lymphe. La sève. Des paupières et du ventre d'où suinte impassiblement la neige des étoiles.    On ignore tout des algues.    Des épithètes en quête de visage. Des lèvres flétries pétale après pétale.    Or, il y a le ciel.    Ses plaies. Ses renflements. Ses ulcères.    Des millions... [Lire la suite]