lundi 22 mai 2017

LES SECRETS DE L'ECRITURE

Je n’écris pas pour quelques-uns retirés sous la lampe Ni pour les habitués d’une cité lacustre Pour l’écolier attentif à son cœur Non plus pour cet enfant paresseux qui sommeille Entre mes bras depuis cent ans Mais pour cet homme qui dépassé par l’orage N’entend pas la rumeur terrestre de son sang Ni l’herbe le flatter doucement au visage J’écris pour divulguer ce qui vient des saisons La neige pure ainsi qu’une main féminine Et le pollen éparpillé sur les gazons Aussi l’agneau qui fait le calme des montagnes J’écris pour dépasser la... [Lire la suite]

jeudi 18 mai 2017

UN COEUR QUI BAT

Merci Adélita mia   Lorsque le coeur éclot dans le berceau du temps, Comme une goutte d'eau jaillissant de la source, Un lever de soleil, des bourgeons éclatants, Sur la vie au long fleuve, un vaisseau prend sa course. Lorsque le coeur frémit sous le souffle du vent, Poussant tous les ruisseaux merveilleux de l'enfance, Au regard d'une mère, on voit briller souvent Une perle, une larme, au miroir d'espérance. Lorsque le coeur explose aux rayons de l'été, Ainsi qu'un soudain feu brûlant l'aube première, Rien ne peut... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
vendredi 10 mars 2017

RAG-TIME...Extrait

On ne refera plus les sapins aussi vertsma sœurNi les cieux aussi cieux, ni les aubes si frêlesni les goudrons fondants des routes de l'éténi les canons de bronze aux jambes des enfants sur la grand-place,à l'ombre insigne des vieux mortsd'autres guerresMa foion ne refera plus la gaieté d'autrefoisma sœurje n'y crois guèrePas plus qu'aux longs comas de nos douillets hiversmon cœurni aux calmes maisons avec leurs demoisellesroses pour vous servir une tasse de théles seins jeunes dessous des corsages bouffantsDe tout cela qui a étéma... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
jeudi 6 octobre 2016

LA RETRAITE SENTIMENTALE....Extrait

« ... quelle amertume d’abord – mais quel apaisement ensuite ! – de découvrir – un jour où le printemps tremble encore de froid, de malaise et d’espoir – que rien n’a changé, ni l’odeur de la terre, ni le frisson du ruisseau, ni la forme, en boutons de roses, des bourgeons du marronnier... Se pencher, étonnée, sur la petite coupe filigranée des anémones sauvages, vers le tapis innombrables des violettes – sont-elles mauves, sont-elles bleues ? –, caresser du regard la forme inoubliée des montagnes, boire d’un soupir qui hésite le vin... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 27 juillet 2016

TEMPS DE L'ARBRE

Ce n’était pas l’arbre. Mais la brise, oui, et l’oiseau et la prière de l’oiseau; et la doctrine du fruit, le rituel des papillons jaunes. Ce n’était pas l’arbre. Mais le campanile, oui, des corolles et la terre pour la descente des fleurs et la racine des pluies et la broderie des ombres et le  bras vert dans la bruine. Ce n’était pas l’arbre. Mais le nuage, oui, et le vent et la voix, le corps et l’âme du vent et les membres pour la soif de l’eau et les entrailles pour le désir de soleil et le chemin aux ailes... [Lire la suite]
samedi 19 septembre 2015

BELLES SAISONS OBSCURES

Nous n'oublions rien des moissons lourdes Des plaines brûlées du long désir Noué aux vignes des sarments rouges De la chair des pollens de lumière Autour des épaules des visages Tendus vers une crête invisible Nous sommes la mémoire du vent Qui s'épuise au chevet de l'hiver Quand vous ne songez plus qu'au silence Où disparaissent même les noms Des plus aimés de leurs plus beaux songes Même cette paume sur la nuque A la croisée des routes les peurs Et leurs aveux débordant les ombres.   .   GERARD BOCHOLIER ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 5 mars 2014

LA FLEUR ROUGE

A la place du cielJe mettrai son visageLes oiseaux ne serontMême pas étonnésEt le jour se levantTrès haut dans ses prunellesOn dira : « le printempsEst plus tôt cette année ? »Beaux yeux, belle saisonViviers de lampes clairesJardins qui reculezSans cesse l’horizonOn fait déjà les foinsLe long de ses paupièresLes animaux peureuxViennent à la maisonJe n’ai jamais reçuTant d’amis à ma tableIl en vient chaque jourDe nouvelles établesL’un apporte sa faimUn autre la douleurNous partageons le peuQui nous reste tous en chœurQu’un enfant... [Lire la suite]
mardi 30 avril 2013

LES RUINES DU TEMPS

Yeux couleur d'écureuil, cheveux boucles de Seine, corps pétri par le jour au regret de la nuit, la beauté d'un sourire échancre ton baiser, la pulpe des moissons abonde sur tes lèvres. Glacier, archive d'eau, reposé son front d'ombre, théorie de siècles, pourquoi la fîtes-vous ? Sans fin l'heure défait ce que le temps créa. L'horloge assassine les saisons sans soucis, l'homme seul récuse l'impossible mémoire. Vêtus de blonds soleils nos gestes nous protègent, le mépris des choses fait le miel de la vie, conte-moi la grandeur et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,