lundi 5 juin 2017

LA VIE N'EST PAS UN RÊVE...Extrait

Tu disais : mort, silence, solitude : comme amour, vie. Mots de nos images passagères. Et le vent s’est levé léger chaque matin et le temps couleur de pluie et de fer a passé sur les pierres, sur notre bourdonnement reclus de maudits. La vérité est encore loin. Et dis-moi, homme brisé sur la croix, et toi, dont les mains sont grosses de sang, que vais-je répondre à ceux qui demandent ? Aujourd’hui, aujourd’hui : avant qu’un autre silence nous pénètre les yeux, avant qu’un autre vent se lève, qu’une rouille nouvelle fleurisse. . ... [Lire la suite]

dimanche 14 août 2016

QUIZAS EL CORAZON / LE COEUR PEUT-ÊTRE

Se hundirá el olor acre de los tilos en la noche de lluvia. Será vano el tiempo de la dicha, su furor, su mordisco de rayo que explosiona. Apenas queda abierta la indolencia, el recuerdo de un gesto, de una sílaba, pero como de un vuelo lento de aves entre vanos de niebla. Y aún aguardas no sé qué cosa, mi extraviada; acaso una hora que decida, que recuerde el principio o el fin; similar suerte, ya. Aquí negro el humo de los incendios seca aún la garganta. Si lo puedes, olvídate de aquel sabor de azufre y el pavor. Las palabras nos... [Lire la suite]
jeudi 9 juin 2016

CHEVAUX DE LA LUNE ET DES VOLCANS...Extrait

Îles que j'ai habitées vertes sur des mers immobiles. D'algues sèches et de fossiles marins les plages où galopent fous d'amour les chevaux de la lune et des volcans. Au moment des secousses, les feuilles, les grues assaillent l'air : dans la lumière des alluvions brillent des ciels chargés ouverts aux astres ; les colombes s'envolent des épaules nues des enfants. Ici finit la terre : avec de la sueur et du sang je me construis une prison. Pour toi je devrais me jeter aux pieds des puissants, adoucir mon cœur de brigand. Mais... [Lire la suite]