jeudi 17 janvier 2019

LA CONDITION SUFFISANTE

  Il suffira d'un seul sourirepour être l'ami du soleil& la nuit nous chuchoteraà l'oreille tous ses secrets. La mort ne viendra pas ce soir,elle a d'autres yeux à fermer,tant de soupirs à oublier,de larmes et de "plus jamais",tant de désespoirs à bercerque ne put apaiser "enfin". Il suffira d'un seul sourirepour voir tous les "non" hésiterpuis mourir au bord du silence,pour voir le silence s'écrired'abeilles que l'avril affole,& libre de tous les "pourquoi",pouvoir caresser l'évidence. Il suffira d'un seul... [Lire la suite]

dimanche 13 janvier 2019

ZOHRA MRIMI...Extrait

Les anges ont leurs préférences, ils ne sont pas plus liés à l'existence que cette rose, qui fleurit bientôt son absence.Le jour fait l'adieu, sa voix porte le fardeau d'un nouveau-né. C'est une joie violente de consoler, aussi la mort. Elle écrit sur ton front tous les mots de la honte, tous les secrets de cette absolue chance. En réalité, c'est ta paume qui transforme le dôme du matin, dans un silence tu ramasses tes épreuves pour les éloigner sur une page.   .     ZOHRA MRIMI  
Posté par emmila à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 14 septembre 2018

DJAFFAR BENMESBAH...Extrait

Le chant des vagues est l’ivresse raffinée des flots quand ils symphonisent le silence des océans pour le confier en murmure à la chronique du temps qui passe. C’est une œuvre d’inspiration tendre dans laquelle la mélopée se lie indissolublement aux paroles de l'évasion où l’amour tient une part plus large que l’éloignement, la séparation, l’exil, la tristesse et la nostalgie. Une œuvre qui, dans le rideau du soir, livre par déclamation libre et notée les secrets de pérennité.    .   DJAFFAR  BENMESBAH   ... [Lire la suite]
lundi 27 août 2018

OUI, NOUS PARLONS

Nous parlons la démesurenous parlons l’appartenance à un sourire et le dédale de ses secretsnous parlons l’attente tournée vers l’horizonsans possession dissimulée dans la voixsans usage d’un lieu de la parole nous parlons entre le réel inquiet et le mystère de son appelnous parlons depuis les veilles rauques des délaissésnous parlons la mélancolie de l’étendue portant d’escale en demeure l’épreuve de chacunnous parlons l’éclair élucidé du dire vraiquand n’apparaît plus que l’attention de l’horizon au jour nous ouvrons la volière... [Lire la suite]
samedi 14 juillet 2018

QUELQUES GOUTTES DE SOLEIL ET APRES...Extrait

Des brins de paille dans les cheveux nos cris et ceux des hirondelles frôlant les champs de lavande dans la lourdeur de l'air tant de chaleur tant de secrets les cachettes du buis le froid de l'arrosoir sur les lèvres et les grelots des chèvres le soir à la même heure sur les mêmes chemins on serre contre soi ces images sans serrure comme on vole une fleur sur un talus  ... Nos demeures s'attardent en nous longtemps après notre départ leur odeur la couleur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 17 octobre 2017

GHERASIM LUCA

"Dans ce langage, qui sert à désigner des objets, le mot n'a qu'un sens, ou deux, et il garde la sonorité prisonnière. Qu'on brise la forme où il s'est englué et de nouvelles relations apparaissent : la sonorité s'exalte, des secrets endormis surgissent, celui qui écoute est introduit dans un monde de vibrations qui suppose une participation physique, simultanée, à l'adhésion mentale. Libérer le souffle et chaque mot devient un signal..."    .   GHERASIM LUCA   .       Photographie Thami... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 24 septembre 2017

PATRICK CHEMIN...EXTRAIT

C'était un collecteur de mots. Il allait par les rues du village et devant chaque porte demandait des phrases, des images, des silences. Oui des silences car il pensait que les mots étaient posés dans le vase des silences. Il allait dans les jardins et caressaient les plantes et susurrait des secrets aux différentes fleurs. C'était un secret différent pour chacune. Il était amoureux des ruisseaux et à chaque période de l'année il comparait leurs courants aux variations de la parole. Et parfois la sécheresse le faisait tantôt pleurer... [Lire la suite]
vendredi 4 novembre 2016

PROPHETIE

Moi démineur des vents Homme des mille chemins de l’homme Et des mille carrefours Je joue à vivre sur la marelle d’une île Mon sang éteint la nuit qui se rebelle En une seule violence d’abeilles descellées J’écorche patiemment la nuit Rêve à rêve Et  je recommence avec toi la naissance du monde J’aurais payé comptant l’oiseau levé dans L’aiguille du jour Et qui brode tes yeux d’araignée fabuleuse Moi démineur des vents J’ai pris racine dans la flambée des lèvres J’ai jeté l’ancre J’ai pavoisé la route de soleils... [Lire la suite]
lundi 24 octobre 2016

GERALD BLONCOURT...Extrait

L’heure est venue De dire La tempête des cœurs Il est temps de lever L’impôt de la misère De payer l’amende des injustices De crever le décors Des jours suspendus L’heure est venue De monter au sommet Des gloires branlantes D’agiter les drapeaux De l’oubli Rien n’est plus sûr Que tes secrets étranges Rien ne vaut Cette cascade d’ennuis Qui chute dans l’espérance De tes mots éblouis La vie est un mélange De saveurs incertaines Te dire qu’un temps viendra Où nous reverrons l’autre Parti à l’horizon Des mornes dénudés La colère est en... [Lire la suite]
jeudi 29 septembre 2016

RIVIERE DE TOUT BOIS...Extrait

Au coeur des mots Toujours les mêmes fleurs . Vous me parlez d'abeilles De rameaux De sève de cigales Et du matin que vous avez dans l'âme Et vous fermez les yeux Sur mes secrets de pleine ivresse . L'hiver Vous le savez Blanchit le soleil même . Essayez donc De renverser le ciel sur votre table   .   SERGE BRINDEAU   .  
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,