jeudi 22 août 2019

LA CLEF DE VOÛTE...Extrait

Il était un tempsoù ton corpsouvrait les routesTu te confondaisavec l'horizonJe ne vois plusoù tu respiresTu te défendsMes yeux ont porté les tiensmes jambes ont délié tes jambeset ma bouche tes lèvresJe te donne le nomque tes sens épellentTu es l'échode chair et d'osl'image fidèlede mon devenir Il était un tempsoù tu m'étonnaisoù pour te trouveril me fallait luttercontre la fatiguecontre les intriguesA la lueur de nos baisersles continents émergeaientils étaient nos compliceset se révélaient à nouspar carré par habitant La terre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 7 juillet 2019

COMME UN BRUIT DE JARDIN...Extrait

Un sein dont l’aréoleaurait pris le dessusUn sein ouvert commeune outre de laiton diraitun lait de matin bouilliqui ne veut plus redescendreUn voile de lunesur un lac de montagneon est haut encoremais l’œil lisseUn sein passé au talctéton rentré à peine îlot de brumeUn sein qui crève l’écran de sa peau brunehisse sa neigeUn sein sans soutiensinon celui de ma main C’est ce marronsorti de bogueet que je tournejusqu’aux farines de mes rêves     .     JACQUES MOULIN ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 18 mai 2019

EROSTASIE...Extrait

La cantate des amants Dans les feuillées du litLes prismes de la nuit À ciel ouvert les amantsComblent la terre de présents Leur peau transparenteFlotte au vent des caresses Ils ont mille bouches fauves à nourrirSe boivent jusqu’au fond des yeux Construisent des nids de feuentre les branches de leurs gestes Ils s’exaltent dans la tempêteEt se creusent de solitude et d’extase À travers aubes et forêtsIls se transforment en oiseaux bleus S’écoulent infinimentSans fatigue s’étirent Sur des routes de pluies chaudesOù danse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 9 avril 2019

LA PAROLE QUI VACILLE...Extrait

Dés la peaula caresse abolit l'inutile aux lèvres nuesjuste aux miennes baillées aux regardspuits secrets des longs chants de la terre aux frissons d'entre pluiessur avides ravines aux herbes que rienne peut foulerd'éternelaux herbes aux roséesfragiles et tendresqui nous unirent au temps d'entre deux notesoù musique fleuritsur nos bonheurstendue aux pasqui de tout me séparentou m'approchent selonl'instinct bleu des étoiles aux silences des paumesensemble reposéesdans la nuit à ce qui aurait pumais fit bien de ne pas à ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 6 janvier 2019

L'ETRANGE DOUCEUR

  Comme un oiseau dans la têteLe sang s'est mis à chanterDes fleurs naissent c'est peut-être Que mon corps est enchanté Que je suis lumière et feuillesLe dormeur des porches bleusL'églantine que l'on cueilleLes soirs de juin quand il pleut Dans la chambre un ruisseau couleHorloge aux cailloux d'argentOn entend le blé qui rouleVers les meules du couchant L'air est plein de pailles fraîches De houblons et de sommeilDans le ciel un enfant pêcheLes ablettes du soleil C'est le toit qui se soulèveSemant d'astres la maisonJe me... [Lire la suite]
samedi 24 novembre 2018

L'ANDATU

Le Chemin de traverse... Faudra que tu me dises:Oui...Nous partirons vers de vertes prairies où les pâquerettes viendront égayer tes cheveux quand tu te relèveras de nos longues ballades, de nos chaudes roulades...cabrioles et poursuites à faire rougir les blés. Faudra que tu me dises :Oui...Per a machja andaremu à mezu à scopa è fiori induve u rusignolu vinarà à cantà nantu a to spalla nuda à pelle amuriscata da dolce labbre è sole. Faudra que tu me dises...Oui...Nous irons, sous la cascade fraîche, nous faire masser le dos et,... [Lire la suite]

dimanche 2 septembre 2018

LE COFFRET DE SANTAL....Extrait

C’est moi seul que je veux charmer en écrivant Les rêves bienheureux que me dicte le vent, Les souvenirs que j’ai des baisers de sa bouche, De ses yeux, ciels troublés où le soleil se couche, Des frissons que mon cou garde de ses bras blancs,De l’abandon royal qui me livrait ses flancs.Or que le vent discret fait chuchoter les chênes Et que le soleil soûle, aux clairières prochaines, Vipères et lézards endormis dans le thym, Couché sur le sol sec, je pense au temps lointain. Je me dis que je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
lundi 27 août 2018

LES LARMES...Extrait

Un jour, des doigts osent, de façon circonspecte, lente, timide, furtive, muette, une seconde, se poser sur l'avant-bras de l'autre corps qui se trouve en face des yeux. Un autre jour, la paume de la main forme comme une coque qui se referme sur le dos de la main qu'elle regarde et la main, sous la main, ne se retire pas. Les corps se font soudain plus proches de façon mystérieuse, d'un coup, sans qu'ils s'approchent en aucune façon. Un jour, ils semblent à jamais proches, sans qu'ils aient besoin de bouger. Puis la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 18 août 2018

QASIDA DE LA FEMME ETENDUE/ CASIDA DE LA MUJER TENDIDA

Te voir nue c'est se rappeler la terre.La terre lisse, dégagée de chevaux,la terre sans roseaux, forme purefermée à l'avenir : confins d'argent. Te voir nue c'est comprendre l'enviede la pluie à la recherche d'une taille fragile,ou de la fièvre de la mer à l'immense visagesans trouver la lumière de sa joue. Le sang sonnera dans les alcôves,et viendra avec l'épée flamboyante,mais tu ne sauras où se cachele cœur du crapaud ou la violette. Ton ventre est une bataille de racines,tes lèvres sont une aube sans contour,sous les roses... [Lire la suite]
mercredi 1 août 2018

RAYUELA...Extrait

Je touche tes lèvres, je touche d’un doigt le bord de tes lèvres, je dessine ta bouche comme si elle naissait de ma main, comme si elle s’entrouvrait pour la première fois, et il me suffit de fermer les yeux pour tout défaire et tout recommencer, je fais naître chaque fois la bouche que je désire, la bouche que ma main choisit et qu’elle dessine sur ton visage, une bouche choisie entre toutes, choisie par moi avec une souveraine liberté pour la dessiner de ma main sur ton visage et qui, par un hasard que je ne cherche pas à... [Lire la suite]