jeudi 7 janvier 2021

PATRICK CHEMIN...Extrait

Un seul violon pour la fin des mondes Il y a une chance sur trois que je sois là Vivant ce jour-là Je garderai sur moi Les factures du vent La trace des affaissements Je garderai de l’amour Les deux volumes du renoncement La bibliothèque vive du malentendu Tu te souviens de moi ? J’étais celui qui comptait sur le mystère Pour concevoir une présence dans l’écrit Aujourd’hui les étoiles sont harrassées Et le chaos surfait Un seul violon pour la fin des mondes Il y a une chance sur trois Si je ne suis pas là Tout sera en... [Lire la suite]

jeudi 28 mai 2020

CHEMIN DE PLUIE ET D'ETOILES Tome I...Extrait

Pour tes douze ans, mon Cé, en pensée et en coeur avec toi... . " J'ai tant appris de vous,les hommes,J'ai appris que tout le mondeveut vivre au sommet de la montagnesans savoir que le vrai bonheurest dans la manière de l'escalader. " Gabriel Garcia Marquez  .   Parce que l'hommetoujours doit savoir rêverParce que l'hommetoujours doit savoir aimerParce que l'homme toujoursdoit savoir douterParce que l'homme toujoursdoit savoir s'indignerParce que l'homme toujoursdoit savoir être un enfantParce que l'hommetoujours doit... [Lire la suite]
dimanche 3 mai 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

J'ai besoin de plumes, de coups de vent, de papillons et de lumièreDe trous dans l'atmosphère, où l'on tombe en se tenant le coeurJ'ai besoin du mystère d'un craquement de branches dans les feuillesDe trisses, de nuages en jachèreQue les doigts de l'homme ne labourent pasDes nuages de passageQui traversent les yeuxPour y pleurer de joieJ'ai besoin d'air J'ai besoin d'un éclairDéchirant d'or le cielD'une blessure éphémèreD'où des sequins d'eau pureFeraient des trombes sonnantesDes danses trébuchantesEn brisant sur l'asphalte des... [Lire la suite]
lundi 23 décembre 2019

COMIQUE

  Je me ridiculiserai clown désenchanté meFaisant botter sur la sciure du cirque le cul parDe pâles poupées de celluloïd figéQui crient quand on les couche, juste après Mon Dieu et Maman :« Je veux être girly ! », comme si tu les en empêchais,Des femmes à la joie de plastique aux bonheursD’ors de foire pour qui tu tires les bouchonsAu stand des carabines où l’on a faussé la mireHistoire d’exhiber la peau de l’ours et ta peau,Ta gueule ouverte ne mordant plus que la poussièreFemmes de peu, filles de rien,Babillant, balbutieuses,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 1 décembre 2019

IN PRAESENTIA IN ABSENTIA

  Ceux qui savent pleurer ne seront plus comme tant d’autres :ménageant à grand peine leur vulnérabilitéaux mots prononcés, ou par l’écriture qu’on déroule,ils laissent opérer toute la résonance en eux. Sans le moindre barrage (protège ou doubles-fenêtres)l’Ailleurs les pénètre et garde possession de leur for,des scrupules les inhibent tant qu’ils ne voient plus outre,paysage intégrant leur native déréliction. Défait sous son blindage de papier à brioche.plus rien de positif ne leur est venu du soleilqui sitôt réapparu s’est... [Lire la suite]
lundi 7 octobre 2019

AFIN QU'IL N'Y SOIT RIEN CHANGE

Tiens mes mains intendantes, gravis l'échelle noire, ô dévouée ; la volupté des graines fume, les villes sont fer et causerie lointaine.Notre désir retirait à la mer sa robe chaude avant de nager sur son cœur.Dans la luzerne de ta voix tournois d'oiseaux chassent soucis de sécheresse.Quand deviendront guides les sables balafrés issus des lents charrois de la terre, le calme approchera de notre espace clos.La quantité de fragments me déchire.Et debout se tient la torture.Le ciel n'est plus aussi jaune, le soleil aussi bleu.L'étoile... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 12 septembre 2019

BRUNO RUIZ...Extrait

« Ce peu de temps qui reste A ce corps qui s’enliseJe le veux souverainSous la lune compliceJe le veux dans ta mainPlus léger qu’une abeilleComme un coussin d’étéLa flèche d’un hiverJe le veux sans compterLes ruines de nos routesEt savourer à deuxL’instant qui s’éternise. »***« Voici le temps des bilans de l’usure Aux feux croisés de nos forges intimesJe veux l’amour absolu jusqu’au boutFace à la verte et dernière beautéMaintenant »   . . .   BRUNO  RUIZ . . . . Oeuvre ?
Posté par emmila à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 29 juin 2019

MES YEUX DANS TON REGARD

A Joss...     .   .     Quand tu veux tu m'appellesTu connais mon numéro45 12 20 00 Quand tu veux tu m'entraînesEn face de toi dans un barComme autrefois j'ai envie de voirDe voir, de voirMes yeux dans ton regard Mais s'il faut pour te plaireDevenir presque un idiotJe ne suis pas celui qu'il te faut Laisse tomber ce qui pèseOublie les adieux dans les garesLaisse-moi seulement l'envie de revoir, revoir Quand tu veux tu m'appellesTu connais mon numéro45 12 20 00 Et quand les années qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 27 avril 2019

BALLADE EN NOVEMBRE

  Qu'on me laisse à mes souvenirs,Qu'on me laisse à mes amours mortes,Il est temps de fermer la porte,Il se fait temps d'aller dormirJe n'étais pas toujours bien miseJ'avais les cheveux dans les yeuxMais c'est ainsi qu'il m'avait prise,Je crois bien qu'il m'aimait un peu Il pleutSur le jardin, sur le rivageEt si j'ai de l'eau dans les yeuxC'est qu'il me pleutSur le visage. Le vent du Nord qui s'amoncelleS'amuse seul dans mes cheveuxJe n'étais pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 13 février 2019

ERNEST PEPIN...EXTRAIT

Le beau songe qui s’éparpilleDans l’arc-en-ciel des ansA tire d’aile s’envole en reliant nos viesEt nous voilàArchet et violon d’un orchestre sublimeQu’on appelle l’amourQuand nous frôle la douceurDes souvenirs endormisSous nos paupières fragilesD’avoir pu exister et entrevoirCette lumière bénie par le tempsEt qui nous gratifie de blessures inconsoléesNous voilàEcorce des choses neuvesFiers d’offrir au jourSa part de tendresseCri muet d’un éclairQue le toujours du toujours foudroieAu point de chavirer nos chairs Ivresse des... [Lire la suite]