dimanche 3 juin 2012

L'IMMEMORABLE LARME

Pour Paul Celan    Le monde, — les mondes sont une maison hantée,           habitée de revenants. — Allant et venant,           passant au grand soleil des nuits. — Yeux anthracite.             — Dans les libres draps noirs flottant           et claquant au vent. — Obscurcis.           Il y... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 16 mai 2012

UNE PROMESSE

Nous avons traversé des orages, des tempêtes, les hautes solitudes, les profondes douleurs. Ne fût-ce que cela la vie ? La mort, n’est-ce rien que cela. —Vers l’haut-delà ? Des joies, — l’éclair, du bonheur, — l’éblouissement. — Or, j’avance somnambule, entre rêve et réel. Et j’ai outrepassé le visible, — le cap vers l’inconnu, — l’invisible.Nous serions donc passés, comme des fantômes pressés.Pourquoi ce brouillard, ce perpétuel brouillard ?—Mais quoi, folie, pourquoi ce doute ? dit l’éveillé. Vois !... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 23 avril 2012

L'INCONNAISSABLE

   Oui, je sais entendre dans les bribes de mots, Le pas brumeux des autres mondes Et je sais suivre le sombre envol du Temps Je sais chanter avec le vent... . Alexander Blok  ( 1880-1921 )                                                 ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 19 mars 2012

DE PROFUNDIS

à Josquin des Prés (vers 1445-1521), au « Prince de la Musique »       1.   1  Et ma parole fendra la pierre, — mon œil brûlera tout ce qu’il ne voudra voir.   4  Par ma bouche jailliront des paroles anciennes. — Fort anciennes.   7   Des voix d’antiques cultures mêlées, — tissées, — trissées, — au vent de l’universel. — Métissées.   10  Ma voix s’élancera. Là-haut. — Très haut. Loin dans l’espace du chant. — L’esprit. Dans le temps. — Le temps... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 17 mars 2012

ODES ARMENIENNES...Extrait

J'appelle Anna, mon rubis, (Lalanie) Importé des mines de Badechkhan. Peut-être mourrai-je de nostalgie, Ma langue-rossignol couperont-ils. Que pleurent les ennemis, restent à l'écart mes amis.    Tu portes la soie pourpre à merveille, Nazanie, Orne ton front avec un ruban d'or, Et tiens à la main des ciseaux plaqués or, Coiffe, coupe, tes cheveux torsadés.   J'appelle Anna, mon Amie, (Yaranie)  Odes, ballades lyriques et vers. Qui dit qu'en vain ils ouvrirent, Une plaie dans ta blessure ? Dans les... [Lire la suite]
samedi 4 février 2012

OR ET SILENCE

Et quand il eut franchi le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre A.W. Murnau, Nosferatu le vampireIls ont saccagé le silence. — L’essentiel silence nourricier. Dans le silence de l’amour, nul besoin de parole. Nécessaire est la parole, mais pas n’importe quelle parole. — La Parole. L’or du silence ne peut se dilapider tel un simple trésor.De générations en générations, le silence de l’amour passe comme un livre écrit en une langue étrangère à la logique des hommes. Dans le devenir des hommes, tout est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 8 novembre 2011

DOUZE APÔTRES, DOUZE ECRIVAINS EUROPEENS INVITES PAR LA REPUBLIQUE D'ARMENIE

    — Un grand souffle poétique !... Ainsi fut le projet organisé par la République d’Arménie via son ministère de la culture sous l’autorité de Madame Hasmik Poghosyan. En effet, douze écrivains européens ont été invités pour découvrir l’Arménie du 19 au 28 octobre 2011. Herbert Maurer (Autriche), Geert van Istendael et Filip van Zandyche (Belgique), Peeter Sauter et Vahur Afanasjev (Estonie), Arlette van Laar et Serge van Duijnhoven (Hollande), Claudio Pozzani (Italie), Leo Butnaru (Moldavie), Jacek Pacocha... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 6 novembre 2011

ROSES D’EREVAN

                                                            Merci à Serge pour sa gentillesse   Je suis parti avec le parfum des roses d’Erevan, mais les roses sont restées là-bas, place de l’Opéra. Mon corps a brûlé dans l’écrasement... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 27 septembre 2011

AU PIED DE LA MONTAGNE

Au pied de la montagne, mille chemins. Gravir. Et tu escalades, mais quel chemin prendre ?  La brume se lève, des voies apparaissent.  Plus tu montes, plus les chemins se ressemblent.  Les voies sont les mêmes, les voix se rassemblent.  - Lavé, tu traverses les nuages, trempé. Toujours tu grimpes et le ciel est encore bleu.  Le ciel est noir, - la lumière brûle les yeux. Tu es diamant, tu es poussière, le temps vole.  Il ne reste rien qu’un silence.  - Vent d’amour.  Une plume... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 18 juin 2011

TRANSHUMANTS DU TRANSVISIBLE

Je suis le vent de nuit de l'été qui franchit le seuil de l'aujourd'hui et qui vient rafraîchir toutes les pièces ouvertes jusqu'à l'aurore. Je suis fils de la Terre, un errant transhumant. Je vais au-delà dans le ciel de toujours, la mort n'est plus mon ennemie. Je suis aussi le fils du ciel, passeur des mondes, des vivants et des morts, j'avance dans le temps, — je suis une force qui va de l'avant, trébuchant parfois, bégayant souvent. Je suis à l'image de ma pierre de parole, je suis un pont entre les hommes, — je suis un fragile... [Lire la suite]