lundi 6 juin 2022

PENSEES FURTIVES I

Mais il n’y pas d’étoiles dans le ciel amoindri. Sommes-nous les variables d’ajustement dans la cérémonie du chaos et le beffroi du néant ? Je veux que tu me tiennes la main quand nous traverserons le petit bois. Comme jadis. Nous serons bien ; sans attente. Sans lendemain. Le présent est conciliant. Les fruits sont offerts. Irascibles vergers. Je vais poser ma tête sur ta poitrine. Je ne parlerai plus de ces choses auxquelles nous pensions dans l’anxiété et le dénuement. Rien n’est comme avant. Avons-nous seulement existés ? Nous... [Lire la suite]

jeudi 2 juin 2022

TRAME

Elle habitait la mort. Pas simple d'être infiniment! Elle broda des jours sur le silence. La trame s'en allégea. Depuis, elle défait l'ouvrage des dieux, conspirant contre leur faim, avouant sa tendresse première, par points de croix interposés, aux canevas sans motif. . . . . . BEATRICE LIBERT Le rameur sans rivage, éditions de la différence . . . . Photographie Thami Benkirane https://benkiranet.aminus3.com/
Posté par emmila à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 20 avril 2022

SILENCE

Silence Dans un repli de l’âme un nom muet une douceur cinq lettres deux consonnes et trois voyelles il est … . AMOUR . . . . MARIA DOLORES CANO . . . . Oeuvre Montserrat Gudiol
Posté par emmila à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 6 mars 2022

CARMEN PENNARUN...Extrait

le coeur est un vaste champ plein de Si, plein de Lances mon silence est un chagrin griffes dedans - il alourdit ma marche et la soumet à la question. . la vie n'est pas un parcours de plaisance pas plus que de convenance. . quand un foyer crame sur Terre Mère de toutes les douleurs pourquoi le chemin vers Compostelle s'effacerait-il de ma carte et la mémoire abandonnerait-elle mes pas ? Je suis du doigt sur la carte-poème les ruisselets de l'amour mais je n'atteins aucune rive sereine. . là, mes enfants... [Lire la suite]
Posté par emmila à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 11 février 2022

IL FAUT TOURNER LA PAGE

Il faut tourner la pageChanger de paysageLe pied sur une bergeVierge . Il faut tourner la pageToucher l'autre rivageLittoral inconnuNu . Et là, enlacer l'arbreLa colonne de marbreQui fuse dans le cielTel . Que tu quittes la terreVers un point solitaireConstellé de pluriel Il faut tourner la pageRedevenir tout simpleComme ces âmes saintesQui disent dans leurs yeuxMieux . Que toutes les facondesDes redresseurs de mondeDes faussaires de Dieu Il faut tourner la pageJeter le vieux cahierLe vieux cahier des chargesOh!... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 28 janvier 2022

LA TRISTESSE DES ANGES

Nombreux sont ceux qui choisissent de se taire quand la vie leur inflige les plus cuisantes brûlures, d'ailleurs, les mots ne sont souvent que des pierres inertes, des vêtements élimés et usés. Ils peuvent également être de mauvaises herbes, de dangereux vecteurs d'infections, des planches vermoulues qui ne supporteraient pas le poids d'une fourmi et d'autant moins celui d'un homme. Pourtant, ils sont l'une des rares choses qui demeurent à portée de main lorsque tout semble se jouer de nous. Gardez bien cela à... [Lire la suite]

samedi 22 janvier 2022

ENTRE LE VIDE ET L'ILLUMINATION...Extrait

Arrache-moi doucement à l'enveloppe de chair qui m'opprime me tourmente et m'étrangle Arrache-moi doucement à la griffe de la douleur Qu'un moment je sois tout entier un homme Conduis-moi au pays qui n'existe que lorsque tes doigts brûlent Et que tes cheveux répandent dans la chambre Une odeur de terre d'aube et de terre mouillée Ne parle pas l'Amour est un long silence Habité par un verbe tout-puissant qui sourd des feuilles et des eaux Et des deux corps qui se fondent ensemble Arrache-moi doucement aux masques... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 18 novembre 2021

LA VIE SECRETE...Extrait

On ramasse éclats et feux.On range les douleurs, encore plus loin,oui, bien profond.Le corps retrouve sa mouvance, retisse ses ailes,perd son extase.Le cri n’effleure plus la bouche.Grande est sa nostalgie.Et l’être a de nouveau un nom.Il subsiste malgré l’absence de ciel,il va, son souvenir est nu.   Tu redescends. Plus bas la vie.Plus bas ma sœur.Dessin de la pensée, trace du cœur, cendre, plaie et béance, cicatrice chaude, peau douce, montagnes et vallées, mer qui déferle, fruits de ma terre, paradis,c’est là que je reviens.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 18 novembre 2021

DANS LA BIBLIOTHEQUE DE MA MERE...Extrait

Dans la bibliothèque de ma mère les livres étaient comme des draps linge frais ou linceul ils moulaient formes et rêves, vivants et morts m'enveloppant de silence pour mieux parler des choses innommées l'azur et l'ombre et les visages, beaux oiseaux qui n'en finissaient pas de passer sur leurs pages veinées d'encre de sang et d'eau. . . . . . . . SYLVIE FABRE G. . . . . .
Posté par emmila à 15:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 22 octobre 2021

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Ta maison d'ardoises enluminées et de ténèbres, Ta maison à la porte du coeur et l'horloge qui bat la mesure -- Qui n'est plus. Un grand vent de froideurs, silence qu'on afflige -- la hante. Le feu éteint, la cendre froide, le temps -- délaissé... Le silence -- accable ; Le silence -- efface de ses doigts blancs les contours de ton corps, et tu erres, ombre dans chaque ombre -- : --Qui passe ? Dis-moi ? --C'est l'absence. . . . . . . ANNE MARGUERITE MILLELIRI . . . . Oeuvre... [Lire la suite]