lundi 24 mai 2021

LES BOULEVERSEES

A toutes celles qui portent, presque invisible, "un point de chagrin"... Le texte est au "féminin", mais on ne saurait oublier tous ces hommes qui traversent la froideur du silence avec un brise lame.. On les appelle "les bouleversées". Elles sont belles, lumineuses, vaillantes, présentes. Pourtant une part d’elles s’est mise à flotter entre deux temps, entre deux mondes, entre elle et elle. On les reconnait à ce sourire qui est un mélange parfois de douceur et peut-être d’un « remontant » qui aide à continuer la vie.... [Lire la suite]

jeudi 15 avril 2021

ARMEL GUERNE...Extrait

Ici, où le silence nous a rendu le pas des heures du jour et de la nuit, nous marchons heureusement de saison en saison sans quitter un instant la communion immense de la création, cette prière qui vit en nous, silencieuse, et qui nous rend à notre état vivant de créatures. Sans aller jusqu'à l'humilité, certain éclat de la modestie supprime les barrières et ouvre sur les dimensions universelles pour la joie comme pour la gravité. Les fleurs et les moucherons de l'herbe me parlent souvent d'une terrible colère du ciel. J'écoute. Que... [Lire la suite]
samedi 27 février 2021

PLANTEE A LA BASE DE TON COU LA FLEUR BLEUE DE NOVALIS

Un trait d'étoile sur des larmes pétrifiées Dans l'ourlet de la chair Un bleuet infiniment cousu Un fanal dans ton poème Un roulis de mots que chaque césure Tenaille puis rejette à la vague Dans la crevasse c'est ton silence Un plus-que-mots que chaque césure Déploie comme un fruit marin Pétale après pétale comme une rose d'océan Si vous lisez ces lignes n'y voyez qu'un champ de lin . . . . . GHYSLAINE LELOUP . . . .
Posté par emmila à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 16 février 2021

UN PEU DE RÊVE....

C est un jour silence, un jour blanc , sans nuance, sans présence. Juste la neige derrière les carreaux, supprimant la couleur, impose la brillance. Ces éphémères couches de transparence qui nous basculent dans une froideur intense et dans un monde nouveau, se révèlent être la seule attirance.     Le jour blanc vire à l 'éclatant sous le ciel assombri. Derrière les carreaux le regard s'appuie, et s'enfuit au bout de la nuit. On se croirait seul sur une lune de fine porcelaine qui se craquellera à la moindre source de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mardi 5 janvier 2021

LES 4 SAISONS....Extrait

Je conserve toujours Dans mes jarres de silences Le parfum des mots Je distille goutte à goutte Sur les blessures du temps Le dernier chant Espérant guérir mes rêves Et continuer Mes jeux d’enfant. . . . . . ©AHMED EL FAZAZI Collection «Les 4 saisons» Z4 éditions/Février 2020 . . . . Photo / Désert M'hamid El Ghizlane, juin 2019
dimanche 20 décembre 2020

LUNE POURPRE...Extrait

Pourpre lune qui fait chavirer l’espoir avec ses colliers de salpêtre ses urnes tâchées de sang violet ses mains qui creusent l’espace et le temps les poètes n’ignorent-ils pas tes miroirs où circulent les givres du silence ils feraient n’importe quoi pour te retenir au zénith pour que le jour ne t’engloutisse ils en perdraient la tête si tu n’avais ce triste sourire ce mélancolique sourire comme une fontaine blafarde sur une place tenue secrète de Grenade à l’époque du jasmin Pourpre lune tu peuples d’amertume les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

vendredi 30 octobre 2020

COMME UNE AUBE A JAMAIS...Extraits

   Jean-Pierre Santini, écrivain, poète, éditeur corse, actuellement arbitrairement détenu à Paris.... Maintenu en détention provisoire, malgré la présomption d’innocence, malgré le fait qu’en droit français, la détention provisoire doit être l’exception et non la règle, malgré la proposition d’un contrôle judiciaire au domicile de sa fille sur le continent, malgré une détérioration de son état de santé du fait de son âge ( 76 ans ), de ses pathologies et de 18 jours complets de grève de la faim, malgré le contexte... [Lire la suite]
vendredi 23 octobre 2020

LAETITIA EXTREMET...Extrait

Je pose un mot, un caillou, ma besaceet tout s’effaceque sont devenus les odeurs, les matins et la pluieet ton rire en cascadele vent dans les voletset les heures tranquilles au rebord de l’instantJe reviens de la nuit où j’ai cherché ton ombreet les années perdues à ne savoir que direSi je suis en retard, c’est que le temps n’est plusà son aube de lait, au miel de sa patienceJe ne suis plus qu’en marge d’une page blancheque j’écris en silence pour inventer l’écumede ta voix qui s’absente du doute qui m’assailledes odeurs de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 10 octobre 2020

IL ETAIT UNE VOIX

  ... comme une blessure au cœur de la mémoire un secret perdu soudainement retrouvé la vie nous rompt le cœur et nous ouvre au hasard nous sommes si nus dans la lumière si pauvres et tant reclus le soleil est un songe au fond des mains un peu de cendre éclose visitée par la mer matins muets de nos enfances en ruine quel cri nous ouvre l’âme quel ailleurs inconnu nous arrive au hasard par des mots retenus que le vent soudain libère les yeux rivés sur l’aube l’oreille tendue de douceur nous attendons la... [Lire la suite]
mercredi 30 septembre 2020

COMME LES LOUPS VONT AU DESIR...Extrait

 Merci à André Chenet . Dire ce qu’on dit chaque jourles yeux fermés les yeux ouvertsDire l’écharpe nouée dans l’airla patience enfin mariéeenfin couverte d’agrafesSon ombre changée en roséesa blessure dans tous les cœurscomme un repas en plein azurUne fleur terrasse le ventVoici les murs rendus au plaisirla lune ouverte à tout venantle sable coulant des doigtsjusqu’au nadir L’âme blonde du tempsdans sa cage du temps des galèresla tresser doucement sous l’eau Je sais un êtreune corne d’éléganceaux habitudes de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,