mardi 22 octobre 2013

LES PEUPLIERS D'ARGENT

Les peupliers d’argent Qui s’inclinent sur l’eau Savent tout, mais ne parleront jamais. Le lys de la fontaine Tait sa tristesse. Tout est plus digne que l’humanité ! Face au ciel étoilé, la science du silence Appartient à la fleur tout autant qu’à l’insecte. La science du chant pour le chant Habite les bois murmurants Et les flots de la mer. Le silence profond de la terre qui vit, C’est la rose qui nous l’enseigne Au rosier épanouie. Il faut répandre le parfum Que nos âmes enclosent ! Il faut être musique, Lumière et bonté. Il faut... [Lire la suite]

mardi 15 octobre 2013

YVES NAMUR

 Combien de roses sont-ellesÀ marcher encore dans le grand préEt la solitude ?   Combien sont-elles,   Roses venues de maiOu des lointaines terres blanches,   Combien sont-elles,   Qui ne seront jamais tout à fait ouvertes,Qui ne seront jamais que silences, demi-motsOu douleurs ?   Combien sont-ellesQui se tournent ainsi vers les ruinesEt les vides d'un homme ?     .   YVES NAMUR   .     Oeuvre Bogdan Prystom           ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 12 octobre 2013

SERGE PEY

En chantanton découpe sans bougerles lèvres de ce qui nous embrassecar nous avons faimd’avoir faimet nous vengeons notre bouched’avoir été mangée A force de regarder le cielnous faisons boiterl'infiniqui ne s’arrête pas de marchercomme un mendiant aveugleLa nuit lui donne parfoissans nousla monnaie d’une étoileLa beauté qui se perdnous aime toujoursde nousavoir perdu   .   SERGE PEY   .   Oeuvre Tchoba www.tchoba.com      
Posté par emmila à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 5 octobre 2013

LIBERTE SUR PAROLE...Extrait

Tu nommes l'arbre, fillette Et l'arbre croît, lent et plein noyant les airs. vert éblouissement, jusqu'à ce que vert soit notre regard.   Tu nommes le ciel, fillette Et le ciel bleu, le nuage blanc, la lumière du matin, se logent dans le coeur jusqu'à devenir ciel et transparence.   Tu nommes l'eau, fillette Et l'eau jaillit, je ne sais où, elle baigne la terre noire, reverdit la fleur, brille sur les feuilles et nous change en humides vapeurs.   Tu ne dis rien, fillette Et naît du silence la vie dans une vague de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 4 octobre 2013

LUMIERE

 Pour Aimé Césaire glissante dentelledévorante au sangun envol d’oiseaux raresbruissement des ailesdans le claquement sec du soleil sur l’azurjustice de l’hommejustice faitedans les vagues l’épaisseur de la terrela chaine noirequi attache la route des grands cargosmagique lignesous l’horizon des flottaisonsle silence rend l’attente originellepoussières de l’arc de cerclebarres d’aciertranchantes sur la cime des rivagesle jugement rend-il intègresouvenirs d’une maison des mortsla lianeau delà des couleursm’attache à toidans ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 21 septembre 2013

L'AVANT-SAISON...Extrait

Peut-on traverser la paroi des chansons murées vivesj'entends pourtant le bruissement profondcomme des palmes sous le ventet tout le petit cliquetis d'eau courantene cesse jamais de vibrer sinonm'envahit un parfum de mortil est des jours où se suffitcette pulsation familièreaccordant la vie et le rêveparfois sans crier gare à l'improvistele cri voudrait transgresser ses barrageset me fuir métamorphosésans cesse il me revient docilesachant que son heure et la miennene sont pas encore écoulées   .   PIERRE ETIENNE   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 14 septembre 2013

LES SENTIMENTS PERDIDIFS...Extrait

Le mensonge est cette lumière  de misère et d’arrangement.    L’enfance est la morte racine  de nos jours de vieillissement.    Et ce puits, si profond de mémoire,  de cicatrices…    Nos troubles voix,  sans accent et sans phrases  pour le souvenir déchu.                                       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 6 septembre 2013

NORIA...Extrait

 Au point le plus aigu du jour, le silence nomme l’âme notre sœur indulgente, et, par cette fêlure, nous prenons vue sur nos foules intimes. Ainsi, parfois, la mer se nomme absence ou fleur inoffensive, et couvrirait ses monstres…. Et lorsque ta pâleur voulut parler d’extase et de démences, nous sûmes que nous pouvions durer sur le sentier, près d’une odeur de menthes fissurées par le soir, aux deux bouts de l’improbable rencontre...   .   GABRIELLE ALTHEN   .   Photographie Murad Osman   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 28 août 2013

CALLIGRAPHIER LA SEVE...Extrait

Tout brûle tout s'efface   entre vie et mort si mince la doublure   sous la fugue des larmes la tombe qui m'aiguillonne je la rythme avec toi   Brûlez racines brûlez nuées faufileurs de mon sort feux follets de ma nuit   quel silence gravirait la douleur quel jeune "quoi " butinant quelle moisson d'abeille quel poulain accoucheur de lumière   .   PAUL GODART   .      
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 23 août 2013

CARNETS DE MARCHE...Extrait

Je suis arbre. Arbre-sensation. Mon corps s’enracine. Mes pieds cherchent appui dans la terre humide et s’enfoncent par-delà les premières couches encore visibles au-dessus du sol. Mes doigts se mêlent aux doigts du chêne, filaments et souches, tressages de végétaux, lianes et branchages invisibles à l’oeil égaré dans le vide. Je m’enroule à la sombre intimité végétale. Je m’infiltre. Chemin faisant, je creuse canaux et rigoles nécessaires à ma vie souterraine. Je bois à grands traits l’eau qui gonfle le tronc dont je sens toute la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,