dimanche 30 novembre 2008

LE SILENCE

Claude  Saguet . Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI Classement des meilleurs sites et positionnement
Posté par emmila à 23:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 2 novembre 2008

JUARROZ...

"..Le langage et le silence sont inséparables. Il n’y a pas de langage sans silence car chaque mot a une charge de silence. Ce n’est pas seulement le silence qui surgit, comme une limite, quand s’achève quelque chose. Le silence est au-dedans des mots, au-dedans du poème. Le silence, en premier lieu, c’est l’inconnu que nous portons en nous. Je dis parfois que la première condition du vrai poète consiste à donner des mots au silence intérieur. Pas seulement celui du poète, mais aussi celui des autres. Je crois qu’il n’y a pas de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 12 septembre 2008

LA DERNIERE DOUANE

Depuis que le silence n'est plus le père de la musique, depuis que la parole a fini d'avouer qu'elle ne nous conduit qu'au silence, les gouttières pleurent, il fait noir et il pleut. Dans l'oubli des noms et des souvenirs, il reste quelque chose à dire entre cette pluie et Celle qu'on attend, entre le sarcasme et le testament, entre les trois coups de l'horloge et les deux battements du sang. Mais par où commencer depuis que le midi du pré refuse de dire pourquoi nous ne comprenons la simplicité que quand le coeur se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 3 septembre 2008

CHARLES JULIET

" Celui qu’une nécessité intérieure contraint, selon cet autre mot de Hölderlin, à ne chercher "qu’une seule chose : la plus grande, la plus belle", est condamné à n’éprouver le plus souvent que déception, amertume, désespoir. Car ce à quoi il aspire si ardemment se refuse, ou ne se livre à  lui que par éclair, quand l’être se tient au plus près du rien, se voit rassemblé au plus désert et au plus jaillissant d’un profond silence. Et le pire, c’est que ce qui est quêté, impose de renoncer au savoir, à l’agir, au vouloir.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 1 septembre 2008

LAMBEAUX

..."Lorsqu’elles se lèvent en toi, que tu leur parles, tu vois s’avancer à leur suite la cohorte des bâillonnés, des mutiques, des exilés des mots.Ceux et celles qui ne se sont jamais remis de leur enfance.Ceux et celles qui s’acharnent à se punir de n’avoir jamais été aimés.Ceux et celles qui crèvent de se mépriser et se haïr.Ceux et celles qui n’ont jamais pu parler parce qu’ils n’ont jamais été écoutés.Ceux et celles qui ont été gravement humiliés et portent au flanc une plaie ouverte.Ceux et celles qui étouffent de ces mots... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 31 juillet 2008

SILENCE

" Tu parles toujours à partir d’un silence contre lequel tu te briseras.          Il n’y aura jamais eu, derrière et devant nous, que le même silence.          Le premier." . EDMOND  JABES .
Posté par emmila à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 18 juillet 2008

LES DUNES PARADOXALES...Extrait

A écrire dans le sillage de ta voix en Désert de deuil quand les hommes en signe d'amertume effacent le sable de ses traces en traversées de silence le verbe en basalte de cris impudents sur le versant des catacombes le temps en poussière de Désert que la liberté des dunes emporte vers l'inconnu des marais .                                                  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 2 juillet 2008

LA BALEINE AUX YEUX VERTS

Ça commence comme ça, ça commence toujours comme ça, c'est par les livres que ça commence. Les premiers livres, les premières nuits miraculées de lire, les yeux rougis, le cœur battant. La lecture intervient très tard dans la vie: vers les six, sept ans, après la fin de l'éternel. Avant de savoir lire, on écoute les voix qui épellent le monde, la voix des proches, le murmure de l'eau vive sur les sables du sang. La lecture suscite une absence qui ramène vers cette prime enfance, au bord de cet amour qui à jamais manquera de mots. On... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 4 mars 2008

SILENCE,JE TOURNE ROND !

Dédié à Tourterelle et à KendorO sable doré quand l'astre brûlant cuit mes entraillesO sable mordoré lors ma parole bariolée fuit la rocailleY a-t-il plus austère errance que celle de ma marmailleSourde à mes sages propos incarnant la basse canaille?O scribe assis en boudeuse griffonnant oiseuse sagesseO pauvre de moi errant muet aveugle sourd à la tendresseY a-t-il un aussi sévère supplice que le mien sans largesseVacuité fatuité futilité absurdité est ma vie sans finesse ?O désert qui fut mien jadis disert abondant de prophétieO... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 18 août 2007

CHRISTIAN BOBIN

  L'amour est le miracle d'être un jour entendu  jusque dans nos silences et d'entendre en retour, avec la même délicatesse, la vie à l'état pur, aussi fine que l'air qui soutient les ailes des libellules et se réjouit de leur danse. . CHRISTIAN BOBIN .  
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,