vendredi 2 novembre 2012

LE DEHORS ET LE DEDANS...Extrait

Depuis que le silencen'est plus le père de la musiquedepuis que la parole a fini d'avouerqu'elle ne nous conduit qu'au silenceles gouttières pleurentil fait noir et il pleutDans l'oubli des noms et des souvenirsil reste quelque chose à direentre cette pluie et Celle qu'on attendentre le sarcasme et le testamententre les trois coups de l'horlogeet les deux battements du sangMais par où commencerdepuis que le midi du prérefuse de dire pourquoinous ne comprenons la simplicitéque quand le coeur se brise. . NICOLAS BOUVIER .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 5 octobre 2011

LE CORPS VOISE, petite suite eucharistique...Extrait

Recevoir l'ample sur soi et pourtant justaucorps.  Émergeant, tête et poings, de l'étroite et large housse, naître à neuf dans la mise de l'autre.  La blouse de lin sur le soi élimé, retrouver une simple venue.  Débattre les plis de l'un, de l'autre, et faire, debout, des gestes ouverts, et plus grands que nature.          Être ainsi dénudé, et la face, et les paumes et les bras, dans l'immense nef humaine.  Accolé à celui qu'on dépouilla de tout -- "ceci, mon corps" --, qui délaissa la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 14 octobre 2010

LES RADIS BLEUS...Extrait

Rien n'est plus simple que le linge qui sèche sur le fil tendu entre le cerisier et l'acacia. La mésange qui se pose, légère, à côté des serviettes à carreaux rouges et bleus a tout compris. Et la voilà qui s'envole avec le vent faisant un instant vraiment bouger la vie. Le front contre la vitre, l'œil loin au-delà, on prend ainsi l'exacte mesure du temps. Toute gesticulation devient vite dérisoire quand on sait le discret travail de l'arbre, l'infinie persévérance des hautes herbes, l'ombre qu'il faut encore au jour pour lentement... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,