mercredi 28 décembre 2016

TEMPS MODERNES

Cette année je ne sortirai pas de sa boîte la petite maison de bois Sa mousse ses décors son étoile Ma joie d’enfant de la dresser Les Rois Mages ont été retenus à la frontière Pour trafics divers Et renvoyés dans leur pays on ne savait pas trop lesquels Alors on a choisi à pile ou face la Syrie ou le Yémen L’Âne est parti à l’abattoir pour faire des hamburgers Le Bœuf tire des chariots de cuir au Bangladesh À Joseph on a dit Qu’on n’était plus pour le rapprochement familial Et Marie a fait une fausse couche dans la jungle de Calais... [Lire la suite]

jeudi 15 décembre 2016

ELOGE DE LA FUITE...Extrait

Amour. Avec ce mot, on explique tout, on pardonne tout, on valide tout parce que l’on ne cherche jamais à savoir ce qu’il contient. C’est le mot de passe qui permet d’ouvrir les cœurs, les sexes, les sacristies et les communautés humaines. Il couvre d’un voile prétendument désintéressé, voire transcendant, la recherche de la dominance et le prétendu instinct de propriété. C’est un mot qui ment à longueur de journée et ce mensonge est accepté, la larme à l’œil, sans discussion, par tous les hommes. Il fournit une tunique honorable à... [Lire la suite]
dimanche 11 décembre 2016

SOMNAMBULE

Je garde sous la peau mon costume de mortavec à l'intérieur le long poignard de l'aubema voix se couvre mon ombre et moi nous sommes seulset je laisse sur l'eau des blessures insenséesJe suis à bout de peau je fais des métiers d'absenceje descends dans le corps des oiseaux somnambulesj'éteins les ombres blanches sur le miroir des mortset la couleur du monde s'est perdue en cheminJe vois le ciel pendu à des crochets de plombje vois des marées mortes dans le sang blanc des algueset sur les seuils de pierre des bracelets d'oiseauxDans un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 4 décembre 2016

JE NE DIRAI PAS TOUT... Extrait

Je ne dirai pas tout. J’aurai passé ma vie à me décortiquer, à me déshabiller, à donner en spectacle à n’importe quel prix ce que j’avais de plus précieux, de plus original, plus vivant que moi-même, au prix de quels efforts, je ne le dirai pas. Je ne dirai pas tout. On passe au beau milieu de ses contemporains et la figuration n’est pas intelligente. Ils ont tous un cerveau fendu par le milieu dont toute une moitié se transforme en silex. Je vais jour après jour, envers et contre tout, vers mon point de départ, cercueil... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 25 juillet 2016

SEYRAN...Fragment

 Par une lamentation nous commençons à vivreAvant de parler nous savons blasphémerSi la moitié de notre vocabulaire est de louangeLe reste est malédictionQuelle cruche se remplitQuelle source coule plus vite que nousLa corde la plus tendue, c’est nousMaisCombien de Job s’ébahissent de notre patienceNos tribus tiennent la montagneNous sommes un peuple deboutDans les cités les bidonvilles sont notre imageNous avons mille civilisations sédentairesNotre tambour qui bat le départN’est pas usé.   .GÜLTEN  AKIN (Traduit du... [Lire la suite]

mardi 19 juillet 2016

MARGUERITE YOURCENAR

Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime. J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant. Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres... [Lire la suite]
vendredi 15 juillet 2016

LE CONSENTEMENT TACITE

(Après Nice, la lucidité permettrait un peu d'espoir!)   "Il était un homme, une fois, qui n'ayant plus faim, plus jamais faim, tant il avait dévoré d'héritages, englouti d'aliments, appauvri son prochain, trouva sa table vide, son lit désert, sa femme grosse, et la terre mauvaise dans le champ de son coeur. N'ayant pas de tombeau et se voulant en vie, n'ayant rien à donner et moins à recevoir, les objets le fuyant, les bêtes lui mentant, il vola la famine et s'en fit une assiette qui devint son miroir et sa propre déroute." ... [Lire la suite]
vendredi 15 juillet 2016

EN HOMMAGE AUX VICTIMES INNOCENTES DE NICE....

Posté par emmila à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 19 mai 2016

CE NE SONT PAS DES MAINS DE GEANTS

Ce ne sont pas des mains de géants Ce ne sont pas des mains de génies Qui ont forgé nos chaînes ni le crime Ce sont des mains habituées à elles-mêmes Vides d'amour vides du monde Le commun des mortels ne les a pas serrées Elles sont devenues aveugles étrangères A tout ce qui n'est pas bêtement une proie Leur plaisir s'assimile au feu nu du désert Leurs dix doigts multiplient des zéros dans des comptes Qui ne mènent à rien qu'au fin fond des faillites Et leur habilité les comble de néant Ces mains sont à la poupe au lieu d'être à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,